Jean Claude ... ses derniers moments

Voici un résumé un peu long de ce qui s'est passé au niveau de sa santé et du déroulement de tous ces terribles moments.... 


Infos transmises entre le 12 janvier et le 22 février .... c'était sur Facebook et en parallèle via des mails adressés à bon nombre d'entre-vous qui n'ont pas facebook. 
Voici le récit que j'ai un peu écrit au fur et à mesure des évênements... Seule avec lui, ces échanges de courriers m'ont permis de lui dire combien vous pensiez à lui et à moi de me permettre de communiquer avec le reste du monde...

Voici donc : 

""""Dernière petite nouvelle en date... C’est vrai que certains n’ont pas eu la moindre nouvelle depuis quelques temps déjà… Après moult hésitations, j'envoie, j'envoie pas... je me devais quand même de vous avertir de la santé de Jean Claude.....malheureusement aussi quelques infos ajoutées quelques jours plus tard, vers le 22 février... 

à lire calmement... et en ayant une belle pensée pour lui......


Ce message n'est pas parti au début de ses soucis de santé mais quelques temps après quand les choses semblaient être revenues normales....


Reprise depuis le début du récit et des soucis de santé qui s'en sont suivis... ....Cette saison, pas ou peu de turquoise sous les coques de Chamicha, il nous faudra se contenter des eaux moins belles du Rio Dulce... mais rassurez-vous l'endroit est agréable aussi. Pas de nouveaux horizons, pas de photos inédites, bref, nous sommes là pour vous raconter ce qui suit, et c'est déjà une bonne chose...

Pourquoi... et bien le Cap'taine Jean Claude nous a fait une belle frayeur avec sa santé, mais rassurez-vous, il va mieux et reprend doucement du poil de la bête, pas trop quand même car il finira par ressembler à notre Florentine !

En quelques mots, enfin, un peu plus quand même...

Le 12 janvier dans la fin de la nuit, il a eu une grosse hémorragie interne, a perdu beaucoup de sang (environ 2 litres). Je vous passe les détails du comment cela s'est passé... J'ai vraiment pris peur quand j'ai vu le résultat.

Une connaissance de la marina où nous sommes, Vincent, docteur en vacances, est venu se rendre compte de son état immédiatement et décision a été prise d'aller faire des analyses sanguines séance tenante. S'en est suivi une autre visite chez le petit docteur de la clinique en face de la marina, et, verdict, hospitalisation d'urgence sans tarder.

Jean Claude ne pouvait plus mettre un pied devant l'autre tellement il était faible. Nous avons même dû faire venir un tuc- tuc (scooter locaux à 3 roues transport de personnes) pour l'emmener du bateau au laboratoire.

Contact immédiat avec un chauffeur de taxi que nous connaissons bien, et que nous apprécions pour sa conduite prudente. Direction l'hôpital d'El Carmen à Puertos Barrios à 80 kms de là auprès d'un spécialiste gastroentérologue à l’hopital del Carmen.

A peine arrivé, un docteur l'a examiné et mis de suite sous perfusion. Plusieurs analyses faites dans la lancée. 

Le lendemain vers 5 h30 du matin, 3 docteurs sont venus le voir. Décision rapide : commander du sang et le transfuser,
du O négatif, ça ne traine pas les rues et il n'y en avait pas à la banque du sang. Commande de 2 poches en urgence au Honduras.

La veille, grâce à radio ponton, un ami de bateau Jean Pierre nous avait averti avoir le même rhésus que Jean Claude et qu'il se tenait à disposition au cas où. J'avertis les docteurs de cela, immédiatement et sans hésiter il demande à ce que cette personne vienne. Donc téléphone à Jean Pierre vers 6 h qui part de suite en voiture avec Michel, un autre ex-marin. Ils arrivent une bonne heure plus tard environ. A sa vue, le docteur dit : "pas possible, trop âgé".... mais comme il y a urgence et que le sang du Honduras n'arrivera pas avant 10 ou 11 heures du matin, il prélève quand même un échantillon qu'ils analysent et une heure et demie plus tard Jean Claude reçoit sa première poche, du bon sang lyonnais comme le sien... entraide entre gones lyonnais... La seconde poche ne sera prête que vers 16h30, le temps d'arriver, en retard forcement, puis de se réchauffer car trop froide, (ils n'avaient pas de micro-onde dans l'hôpital - je blague, ça fait du bien après tous ces événements). il reprend à peine un peu de couleur.

J'ai dû rester avec lui dans sa chambre la première nuit, pas question de rentrer au bateau. On a mis un lit confortable à disposition à côté du sien et j'ai pu dormir un peu. Mais pas trop en fait....

Voilà, un peu requinqué, le chef n'a eu les examens nécessaires pour trouver l'origine de cette hémorragie gigantesque que seulement le lundi matin car il fallait lui faire une petite anesthésie et il était trop faible pour la supporter le dimanche, lendemain de la transfusion. Endoscopie et coloscopie au programme. Ayant assisté à tout cela, je connais dorénavant tout son intérieur, entre nous, bof... pas terrible...

Il est resté 4 jours entiers à l’hôpital, sous perfusion, avec de nombreux médicaments.

J'ai fait la route chaque jour, une partie dans les grands bus de ligne, mais n'allant pas jusqu'à la destination, une partie dans les petits bus trompe-la-mort que l'on déteste tant. Mais bon, aucun n'est parti dans le décor comme on en voit souvent dans les journaux locaux. (13 places - 25 personnes parfois) Je n'aurai pas voulu que notre Florentine soit orpheline à son âge... 80 kms le matin plus 80 kms le soir après parfois 1 heure et demie d'attente au froid au bord de la route... un parcours du combattant à part entière pour aller voir ma tendre moitié au fond de son grand lit ! Hé oui, il fait parfois aussi froid au Guatemala... Notre Flo restée quant à elle à bord, a été gardée par les navigateurs encore présents à la marina quand je n'étais pas là.

En conclusion, le chef a eu chaud, son taux d'hémoglobine est descendu à 7 et quelques poussières, il a failli rejoindre le paradis des marins plus tôt que prévu... sans le sang, si nous avions été en mer ou loin d'un endroit pour intervenir, il ne s'en serait probablement pas sorti.

Retour du Cap'taine sur Chamicha le 16 janvier, très affaibli. Il était entendu que nous devions aller voir un autre gastroentérologue à la capitale, Guatemala city, pour un examen supplémentaire non faisable sur place : une capsule vidéo chargée d'aller explorer les méandres de son intestin grêle non accessible autrement car la cause de l'hémorragie n'a pas été trouvé lors de ces examens.

Rendez- pris, nous partons le dimanche 21 en taxi privé, 5 heures et demie de route pour couvrir les 275 kms. Le lundi visite chez le médecin, puis le mardi, nouvelle endoscopie suivi de l'examen réalisé avec cette miniature de technologie. Pas de résultat avant jeudi matin à 9 h. Jean Claude toujours très faible a dormi toute la journée du mercredi.

L'histoire ne s'arrête pas au moment de venir chercher les résultats, non, non, pas encore... voyez la suite...

Pressés de rentrer au bateau, nous avons eu encore quelques jours de bonus à passer dans cette "magnifique" ville !

Hé oui, le jeudi à son réveil, nouveau souci : difficulté d’élocution et bouche tombante.. il a fait ce qui ressemble grandement à un AVC pendant la nuit (notre ami docteur Bruno aussitot contacté par internet me dirige aussi dans ce sens). Direction sans tarder chez le docteur, on passe un peu avant tout le monde, pas de temps à perdre... Il nous envoie de suite faire un IRM qui confirme bien un petit accident vasculaire cérébral. Le médecin nous dirige de suite chez un collègue neurologue, une nouvelle hospitalisation s'en suit... nous sommes jeudi vers 15h30 quand il rentre à l’hôpital Esperanza ... avec un nom pareil, il va s'en sortir...

Mis de nouveau sous perfusion, électrocardiogramme, électroencéphalogramme, scanner, radio, doppler, tomographie, et j'en passe... Il s'avère qu'il a aussi une infection ainsi des problèmes de fortes douleurs aux mollets depuis son hémorragie, bref, pas vraiment frais le capitaine, encore plus petit dans son grand lit... un peu jaune, un peu gris... bref, pas joli joli... avec plein de médicaments administrés en intraveineuse.

Après tous ces examens et 4 jours en observation pour contrôler la machine humaine un peu bancale, nous avons eu le droit de rentrer retrouver notre Rominet au bateau (8 heures de bus dans ce sens). Nous étions partis pour 3 jours, nous y sommes restés 8 jours ...

Pendant ces derniers 4 jours d'hospitalisation, j'ai veilleé auprès de lui, pas question d'aller faire les boutiques !!! pour une fois qu'il y en a... 

Ici, et à partir d'un certain âge il faut une personne dans la chambre du malade, soit un membre de la famille soit une infirmière privée... pour me consoler, j'ai eu droit à un super lit comme le sien, électrique, tout articulé, confortable à souhait... mais quel ennui que de rester ainsi 4 jours statique, enfin, ceux qui me connaissent peuvent imaginer...

Dans les 2 cas nous avons eu une chambre privée, peu de différence de prix avec une commune. Il faut dire qu'il y a de superbes hôpitaux privés, d'excellents docteurs... pour autant que l'on ait le porte-monnaie bien garni, c'est pas que le notre le soit particulièrement mais par rapport à la moyenne de la population nous sommes des privilégiés ici.

Voilà, nous avons de nouveau un rdv la semaine prochaine pour voir un peu ce qu'il en est, savoir s'il faut rentrer compléter les examens en France, Jean-Claude n'en n'a pas vraiment envie, voire pas du tout, il remonte la pente gentiment, se gave de médocs de toutes les couleurs, a droit à une piqure par jour, et bonne nouvelle.... son AVC et les conséquences sur son visage ne sont plus qu'un mauvais souvenir... Il a eu 3 séances de physio sur place et la récupération qui peut s'operer dans les premiers jours suivant ce genre de problème s'est fait quasi naturellement, mais il n’empêche qu'il fait surveiller de près dorénavant l’intérieur de la machine ! Il parle, sourit et articule normalement... ses yeux devenu gros et globuleux sont repris leur forme originale ... ouffff

Pendant les premiers jours après son hémorragie, il en avait même perdu son sens de l'orientation, lui qui se vante tant d'en avoir un exceptionnel et qui se moque souvent de moi...

Ce que je tire comme conclusion côté pratique :

Le gros problème dans ce genre de situation, le langage... un espagnol plus que archi basique pour moi, voire carrément petit nègre, un anglais souvent assez approximatif chez certains docteurs, (le français, on n'en parle même pas) et mon english scolaire certes amélioré par les voyages mais loin d'être shakespearien et surtout non adapté aux termes médicaux. Ce dernier, l'anglais donc, étant quasi nul chez les soignants et les aides-soignants (serviables à souhait par ailleurs, agréables, souriants et en nombre important ce qui nous a beaucoup étonné, ainsi que de la propreté des lieux etc), le seul qui parle correctement l'espagnol étant au fond de son lit et vraiment pas opérationnel, tout n'a pas été facile. Mais et fort heureusement j'ai pû avoir l'aide précieuse de Vincent donc depuis la marina qui a assisté Jclaude dès le premier jour, et aussi à distance depuis la France, de celle de Bruno, docteur à la retraite de son état et ami navigateur et aussi de celle précieuse également de Martine, docteur en activité et navigatrice aussi. Tous 3 m'ont été d'un grand secours dans leurs explications, les recherches, les détails à signaler aux docteurs, de mes recherches du vocabulaire en espagnol à partir de termes médicaux exacts, de leur conseil de médications, d'examens, car tout expliqué dans un autre langage porte parfois à confusion, bref, merci infiniment à vous trois... et sans internet je n'aurai certainement pas pû être efficace non plus, même si les touches de mon téléphone sont petites, elles ont le mérite d'avoir servi à contacter certains d’entre-vous, de pouvoir joindre l'assistance dès le premier moment pendant notre trajet jusqu'au premier hôpital.

L'assistance "grand large" que j'avais prise en juin 2016 via le site dédiés aux marins STW : Elle a suivi de près l'évolution, savoir s'il fallait le rapatrier (de toute façon son état ne le permettait pas), demander des rapports médicaux, etc.

En fait, si tout se passe bien, tout ce que nous avons eu à payer directement, à savoir tout, devrait être en théorie pris en charge par la sécurité sociale selon sa bonne volonté, ou pas et selon ses barèmes (formulaire spécifique destiné aux soins à l'étranger hors Europe), la mutuelle devrait suivre et l'assistance grand large complèterait le manque... sinon, et bien..... on mangera des pommes de terre à l'eau pendant toute l'année !!! Les 10'000 euros ne sont pas loin d'être atteints et il reste encore les visites de la semaine prochaine, et les médicaments, ce qui prouve bien que les petites gens d'ici ne peuvent pas se soigner convenablement... ici aussi on vend des médicaments à l'unité... c'est dire... (cout total au final : environ 20'000 euros)

Ha oui, aussi, avoir des cartes bancaires multiples, il arrive d'avoir à payer plus de 10'000 quetzals soit environ 1'100 euros pour un examen payable en liquide, averti au dernier moment... à coup de 2000 quetzals par retrait par jour et par carte, il faut vraiment le savoir pour le prévoir à l'avance. Certaines banques ici au Guatemala ont bloqué le retrait des cartes étrangères ce qui limite encore la possibilité de retraits. En souhaitant à tous que vous n'ayez pas besoin de passer par là. Les prises en charge par les cartes bancaires pour ce type de problème sont limité à 90 jours, pour autant que le vol en avion ait été payé par carte donc cela ne nous concerne pas compte tenu du délai sur place.

Voilà comment commence 2018 sur Chamicha, pas terrible donc, mais le principal est que le Cap'taine soit de retour, toujours fatigué et guère vaillant, mais pas trop cabossé et encore soignable... 

Voilà chers amis un grand compte-rendu de nos dernières aventures, celles dont on se serait passées, mais ainsi va la vie, et tant qu'il y a de la vie.... il y a de l'espoir, les beaux jours reviendront, et le Rio Dulce, c'est pas mal pour se reposer !!! 

Heureusement et si tout va bien et que les choses rentrent dans l'ordre, mi-avril, départ pour le grand nord en avion récupérer le camping-car à Québec et commencer la descente vers l'Ouest américain... si tout ne va pas bien, et bien vous nous verrez peut-être bientôt sur les terres de France pour compléter les examens... On préfère et de loin vous voir venir nous rendre une visite !

De notre côté, nous vous espérons tous bien en forme pour continuer sur une belle lancée cette année 2018.

Signé, Chantal et le Capitaine ... au repos depuis le fond de son lit







Mais malheureusement les jours suivants .........



Suite .............. mauvaise pente ......

Bonjour à tous.
Dernière nouvelle du capitaine. 
Il a refait hier 12 février un 2ème AVC, grave celui-ci... Nous partons cette fois en ambulance de la petite clinique proche de la marina à l'hôpital de Puerto Barrios, le plus proche et ce en principe pour quelques jours avant de rentrer en France pour la suite de sa réeducation. Jusqu'à maintenant Jean Claude ne voulait pas revenir en France. 
Malheureusement, compte-tenu de son état actuel, il est impossible de le rapatrier dans l'immédiat. J'ai vu les médecins il y a un quart d'heure...c'est le verdict, on reste ici pour le moment. L'assistance médicale appelle régulièrement pour prendre des nouvelles mais les résultats ne sont pas terribles et il est hors de question de pouvoir entammer un si long voyage en avion. 

Voilà les dernières mauvaises nouvelles. On croise les doigts pour qu'elles s'arrêtent là et que le capitaine reprenne vraiment du poil de la bête.
Il a perdu l'usage de tout son coté droit, bras et jambe et aussi de la parole, il garde néanmoins toute sa raison. C'est terrible de le voir comme ça... Pourvu que les choses rentrent dans l'ordre même s'il faudra du temps.






suite encore ......... Ultime nouvelle.........

C'est fini... Jean Claude mon capitaine nous a quitté ce 22 février 2018 vers 17 h à l'hôpital Del Carmen à Puerto Barrios ici au Guatemala...
Il s'est endormi pour toujours.
Je n'entendais enfin plus le grondement sinistre dans son thorax.... depuis plusieurs jours la pneumonie qui semblait sous contrôle avait repris son travail de sape. Maintenant, il ne souffre plus....
Quelques minutes plus tard, son visage était serein, paisible, reposé comme au temps d'avant ...





Les derniers jours ont été difficiles, peu d'espoir de le voir un jour retrouver l'usage de son côté droit ni de la parole... Enfermé dans sa tête et dans son corps... Aurait-il supporté cela ??? C'est triste mais en même temps une délivrance... Les docteurs m'avaient confirmé de la quasi impossibilité de récupération de ses fonctions motrices et de la parole suite au nouvel examen cérébral de lundi. Les lésions cérébrales avaient terriblement augmenté de surface en une semaine. Tout son organisme se détraque... Ces derniers jours ont été difficiles mais il a eu tous les traitements nécessaires à son confort sans se rendre compte de la dégradation de son état. J'ai même demandé à ce que les séances de physiothérapie continuent afin qu'il ne se rende pas compte que tout espoir était perdu.

 Le dernier matin suite à la visite de ses médecins, nous savions que le pire allait se passer dans les heures à venir... A ma demande exprès, la morphine lui a permis de partir en douceur et sans qu'il s'en rendre compte. 




Je voudrais en écrire plus mais les mots me manquent... Je vais essayer de dormir. Je suis de retour sur Chamicha ce soir 22 février après 11 jours et 11 nuits avec lui... quasi sans dormir.

Ne pas m'envoyer les éternelles stupides condoléances qui ne feront que me faire pleurer.. Plutôt des anecdotes de bons moments passés avec lui...




Jean Claude, qui a rejoint le paradis des marins, poursuit son chemin comme il le désirait. Il est parti seul rejoindre la mer des Caraïbe en suivant le cours du Rio Dulce ...........Le 28 février à l'aube, nous sommes partis de Chamicha en annexe avec quelques copains de bateau pour aller disperser ses cendres dans le Rio ... C'était son souhait... Adieu Jean-Claude........ 




"""""" fin du récit ......




Voilà chers tous, ce grand récit écrit sur place au fur et à mesure de ces tristes moments m'a permis de vous tenir informé, vous m'avez tous aidé moralement, un immense merci, seule au Guatemala ou ailleurs, dans une langue étrangère, je ne souhaite à personne de vivre pareille expérience... 







Tous vos petits mots.......j'espère ne pas en avoir oublié...


Tous les commentaires de facebook et des divers courriers que vous tous avez envoyés….Vos commentaires et aussi les miens (mon nom y apparait)

 
 

Effy Vessaz 
Beaucoup d'énergie positive et pensées affectueuses pour Jean Claude et toi!!! Rassurée de lire qu'il reprend doucement du poil de la bête. Pense à te reposer aussi après cette période éprouvante, pour vous 2! Abrazos grandes :)



Sans Nadir 
Ben alors! Bon courage à vous 2, ça fait vraiment un mauvais début, mais bon... le plus dur est passé... je vous le souhaite de tout cœur! Je vous embrasse tous les 2!



Valerie Hatchadourian 
Eh ben il fait pas les choses à moitié le cap... Sacrée mousse aussi... Nous vous embrassons de tout coeur et souhaitons à notre ami un très rapide rétablissement



Ginette Garboli 
Nous vous envoyons des ondes positives et réparatrices pour que Jean Claude se remette rapidement! Et toi Chantal repose toi après cette épreuve, un convalescent sur les 2 ça suffit. bisous à tous les 2



Liliane Labadie 
Je viens de lire ton message bravo à tous ceux qui vous ont aidé et soutenu nous pensons fortement à vous 2 tout en soignant ton capitaine penses aussi à toi bises à vous 2



René Roux 
ouf! je croyais que ct lisible par tous, même par les crapules du net !! je relis ça avec josy ... en attendant, gros bisous a tous les deux et je skype très bientot.



Chantal Chamot non chacun est sélectionné, pas de public ni certains "amis" comme facebook les considère



Michèle Rubiere 
Plein de courage et de bisous à tous les deux des TEREVA



Christian Labes Quelle chance que tout se termine pour le mieux! Courage capitaine! Remets toi bien! Tu as une bonne garde malade bien active! Doucement pour un temps histoire de reprendre la forme tous les deux! Grosses bises!

 

Florian Wentz Holalalalala quelle mésaventure ... plein de courage et un très bon rétablissement à Jean-Claude ! Plein de bisous



Ghislain Sadoun Tout est bien qui fini bien... Biz à tous les 2



Chantal Chamot on espere...... que Dieu (???) t'entende mon enfant !!!!!!!



Damien Fombaron 
:) bien contents que cette nouvelle aventure se termine en anecdote ! Nous sommes tjrs sur le rio et nous rejouons quelques temps au sundog avec Titou et Cathy, d7s que JC est en état, et s'il a toujours envie de nous voir, nous serons contents de vous voir ! bises de Ruth et Damien

 

 

Gilbert Thollet Il y a des aventures dont on se passerait bien. Courage à vous deux. On vous fait de très gros bisous. Gil et Joss.



Yves Aguila 
Bon courage à tous les deux, allez Jean Claude après la pluie vient le beau temps ! Bisous Martine et Yves, Tu as un beau visage JC tu rajeuni.

 

Gilles Pfeiffer 
Quelle histoire ! Mes doux amis ! Bon courage a tous les deux ! Avec patience tu vas te retrouver avec un capitaine refait à neuf ! Bises d’Australie !



Chantal Chamot coucou Gilles,; tout neuf pas gagné.... mais moins mal... bisous

 

Marc Cyprès Bon courage a vous deux et que Jean Claude se rétablisse au plus vite. C’est fou les progrès que l’on fait en espagnol quand on perd son traducteur!
Grosse bises



Christophe Briquet 
Courage et bonne récupération!



Francoise Garboli 
On vous embrasse tous les deux très fort et on espère que tout va bien aller maintenant. Jean Claude est un capitaine plein d'énergie et il va reprendre le gouvernail et toi tu es tellement pleine d'énergie.... Mais pense quand même un peu à toi et repose toi, quand le capitaine sera opérationnel il faut que le moussaillon le soi aussi. Bon courage à tous les deux et plein de bisous réparateurs

 

Nathalie Coudyser Embrasse bien fort le capt'aine. Et profitez un max de la vie et de vos projets les zamilous. Bisoussssss



Philippe de la Motte Je pense à vous deux et je vous embrasse très fort



Monique Vessaz 
Oh quelle nouvelle .... merci de continuer à nous donner des nouvelles du Capitaine... je suis de tout coeur avec vous et souhaite bon rétablissement à Jean-Claude et du courage pour toi , Chantal, je sais que c'est éprouvant et il faut que tu te reposes aussi , il a besoin de son Moussaillon en pleine forme le Capitaine!!!!



Monique Vessaz 
Je vous embrasse très fort 😍😘😍😘👩‍❤️‍💋‍👩



Gilles Drogerys 
Hello drôle de nouvelle pas cool que ne ferait il pas pour se faire dorloter par des jolies infirmières. ...bon rétablissement vieux pirate kiss à vous deux

 

Christian Couronne Bon rétablissement les coups durs sont là pour nous rappeler qu'i faut profiter un max
mais vous savez déjà
Bises à vous



Serge Laverre Tient bon ça vaut le coup



Odette Dumas 
Ah! Capitaine! Que ce soit la maladie ou la mer, il saura toujours la prendre à bras le corps! Laâhe pas Jean Claude, on t'envoie tout plein d'amour et d'énergie:)



Michele Gugler-Westberg 
Gros bisous et bon rétablissement à Jean-Claude

 

Ulrich Wacek 
Et bien mon cher capitaine, bienvenu dans le club des éclopés... heureux de voir que ça se passé sans trop de séquelles !!! Tiens le cap vieille branche, j'aimerais bien qu'on se revoit, quitte à siroter un jus de fruit...



Christelle Theraulaz 
Et ben l’important c’est que tout finisse bien, on pense bien fort à vous . On vous embrassent bien fort et vous souhaite que du bon



Laure Lam Cecchini 
Mon Dieu tu as dû vivre l’enfer ! Mais au final savez-vous ce qui a provoqué une telle hémorragie ? Pauvre JC il a dû terriblement souffrir. Perso j’ai subi une grave hémorragie lors de mon dernier accouchement et je m’en souviens encore... La chance de JC : avoir une petite femme qui assure !! Souhaite lui un prompt rétablissement de notre part. Bisous. Laure et Flo



Jean Philippe Muller 
Eh bien dis-donc quel mésaventure ! Bon courage à vous deux ... Jean-Claude GO ! Je serai heureux de lire les prochaines nouvelles de vos aventures en camping-car en pleine forme ! Courage les amis et bon rétablissement ... Bisous

 


Monique Spring 
Prends soin de toi bisousssssss



De Chantal Chamot : 
Merci à tous pour vos voeux d'amitié, de sympathie, de bon rétablissement, d’encouragement à une vie plus "saine", aux bons jus de fruits concoctés avec amour ou amitié qui nous attendent au prochain retour.... merci pour votre humour parfois, toujours bienvenu. Demain retour à la "capitale" comme ils disent ici quand ils parlent de Guatemala city. De nouveau cette grande et interminable route, tout cela pour 1/2 de rdv, mais bon, ce seront les deux médecins qui l'ont suivi là-bas. J'aurai cette fois l'aide d'une interprète que j'ai contactée via l'ambassade de France. Ce sera plus facile pour la compréhension des résultats et surtout pour la suite de son traitement compte-tenu que certains médicaments pour tel souci risquent de contrarier ceux pour l'autre souci... donc affaire à prendre au sérieux. Florentine sera à bord de Chamicha, notre nouvelle amie des animaux américaine va venir s'occuper d'elle. Nous partons donc serein à ce niveau. Voilà les dernières nouvelles, le Cap'taine reprend gentiment des forces, enfin ... pas trop quand même.... Il a laissé échapper à l'eau la clé du cadenas de l'annexe tout à l'heure.... trop lourde !!!!!! je blague mais il a fallu aller chercher un petit gars du coin qui a plongé pour la retrouver... je crois qu'il a encore besoin de beaucoup de repos .... Amitiés à toutes et tous...

 

Pierre Buschi 
Wow, sacrée galère! Courage à tous deux.
Quand je serai très malade je ferai appel à tes services. Je vois que tu prends le taureau par les cornes!

 


Chantal Chamot Tache surtout de ne pas être malade, même si c’est avec plaisir que je te soignerai… mais je te rassure je suis meilleure organisatrice qu'infirmière !!!!!!!!!

 


Pierre-Charles Dumas Certain Chantal n’est pas du genre à rester les « deux pieds dans le même sabot »superbement réactive 😉

 


Jean Philippe Muller 
L'année passée en visite chez un ami pour un petit tournage, il a eu la bonne idée d'aller à Como (IT) pour s'offrir un survol du lac dans un hydravion. De retour à la voiture ... plus de clés !! On a tout fouillé l'hydravion, les poches, il a fallu se rendre compte qu'elles avaient disparu ... probablement dans l'eau. Appel à un plongeur qui est arrivé une heure plus tard, puis encore une heure de recherche, il n'a rien trouvé. Les eaux étaient troubles et encombrées de déchets de bois venant des montagnes environnantes charriées par les rivières. Heureusement qu'une amie avait ses clés de maison et a pu nous apporter un double de celle de la voiture ! Coût plus de 800CHF pour refaire une partie du trousseau...

 

Chantal Chamot chère la clé..... une expérience qui marque et que l'on n'a pas envie de renouveler, nous ça a couté moins cher, pour le petit gars qui a plongé (tout habillé par ailleurs) et qui a trouvé la clé de suite, l’équivalent de presque une demie journée de boulot au prix d'ici et pour nous, 6 ou 7 euros.... on s'en sort bien...

 

Jean Philippe Muller 
Bon courage pour la suite ! Un câlin à vous deux !


 

Alain Chaptal  
bon rétablissement Jean-Claude, après ce début 2018 fort éprouvant. Félicitation Chantal pour ta remarquable efficacité lors de ces circonstances exceptionnelles.

 
 

Lindy Bullen 
What a story greeted us when we opened your news. You have managed to survive this terrible ordeal with your wonderful optimism and strength. I hope you are still smiling and John Claude is also. We look forward to the good news of recovery and your trip to Quebec. xxxxx for you both.

 

Chantal Chamot  
Hello. He is a little better day after day... But always very tired..normal. And by the way me to. WE have to bé suite for some months here in rio dulce. I only hope he will be better for the next trip in states in may. He seems interesting by this idea. Take care of you also and great time on Samarang. Kisses from us. Chantal

 



Casimir 
Bon courage à vous

 

De Chantal Chamot 
Bonjour à tous. 
Dernière nouvelle du capitaine. Un rapatriement en France s'impose.

Jean Claude a refait hier un autre AVC. Son côté droit, jambe et bras sont atteints, il ne peut plus parler pour le moment. 
Savez-vous si les hôpitaux en Martinique ou en Guadeloupe sont bien équipés et ont bonne réputation. Le souci est la longueur du vol. Pour cela que je vais peut-être proposer cette solution à l'assistance. Idéalement Paris ou Lyon si son état permet un voyage plus long. Pour le moment nous sommes de nouveau à l'hôpital de Puerto barrios au Guatemala et ce pour quelques jours. Impossible de le transporter dans l'immédiat. Vu les médecins il y a un quart d'heure.... Voilà les dernières mauvaises nouvelles. On croise les doigts pour qu'elles s'arrêtent là et que le capitaine reprenne vraiment du poil de la bête.

 

Monique Spring 
Merde que pouvons-nous faire pour vous on est si loin pour les hôpitaux Martinique ou Guadeloupe j appel de suite mon médecin qui vient de cette region. bisous te tiens au courant

 
 
Marc Cyprès 
Désolé de cette mauvaise nouvelle.

 
 

Francoise Garboli 
On ne peut malheureusement que souhaiter que Jean Claude se remette au mieux et te dire qu'on pense beaucoup à vous.... Vous êtes si loin et nous si impuissants.... Courage....

 


Serge Laverre 
La Martinique est bien équipée st martin aussi
Dit lui de s’accrocher
Tu as des comprimes de cardioaspirine ?

 

Chantal Chamot 
Merci Serge, c'est la solution la plus logique dans son état amis je préfèrerai Paris ou Lyon. On verra dans quelques jours ce qu'il en est. Pas de medocs comme ça, contraire a l'autre souci,... les médecins le suivent bien.... toi aussi prends soin de ta santé

 
 

Alain Alix 
C'est vraiment pas une bonne nouvelle que tu nous apprends là.
Nous vous souhaitons beaucoup de courage à tous les deux.
Il serait peut-être plus prudent de le rapatrier en France le plus rapidement possible à l'aide de Mondial Assistance si votre assurance vous couvre.
Nous vous faisons de très gros bisous et pensons très fort à tous les deux.

 


Chantal Chamot 
Pas de mondial assistance dans notre cas mais j'ai une autre assistance via le site de Stw. ils suivent depuis le début des événements et attendent nos infos pour rapatrier JC. Merci pour votre petit mot d'encouragement les amis

 

Monique Vessaz 
Oui impuissants nous sommes... si loin de vous deux... courage Chantal, dit au Capitaine de s'accrocher.... Ulli et moi pensons très fort à vous deux ! je t'embrasse

 
 

Genevieve Faussurier 
Des qu'on te dit que JC peut supporter le voyage il faut aller en France. Pas Guadeloupe ni Martinique ni SXM. Courage Chantal.

 


Chantal Chamot Merci Geneviève mais je crois que la distance sera en rapport à son état. La Martinique pourrait être une étape intermédiaire. Pour le moment impossible de toute façon. Portez-vous bien et bon séjour à la montagne

 

Chantal Clarenc Leydier 
Je pense comme Geneviève, il est préférable qu’il soit transféré directement en France. Courage, Bises

 

Pierre Buschi 
Courage Chantal



Christian Mercier courage a tous les deux, de tout coeur avec vous pendant cette nouvelle épreuve. j`espère que tout va s`arranger



Chantal Chamot Merci pour vos petits mots. Pour le moment tjrs pas transférable....

 

Michele Gugler-Westberg 
Hervé et moi pensons très fort à vous. Toute notre amitié

 

Laure Lam Cecchini 
Mince alors... ça doit être dur à accepter pour JC...

 


De Chantal Chamot Tout est très dur... Il s'en rend compte puisqu'il a toute sa tête, heureusement d'ailleurs. Il est totalement dépendant.... J'hésite vraiment à le laisser seul même quelques heures. Les infirmières et aides sont bien sympas mais parfois manquent un peu de professionnalisme. Perf qui se barre pendant la séance de physio.. Le carrelage n'en a pas besoin mais personne n'avait vu. Une lui administre un antibio dans un cathéter et il a mal, elle est jeune et n'a pas contrôlé par où part le produit : Dans la main pas dans la veine...si je ne suis pas là, qui le surveille ? Il ne peut pas s'exprimer, je dois deviner... ça ne marche pas trop mal. Heureusement, les docteurs sont efficaces et sérieux.

 


Laure Lam Cecchini 
Quel bordel ! C’est vrai que dès qu’on est loin d’hôpitaux sérieux on se trouve vite démunis. Mais même dans les hôpitaux du coin il y a parfois de gros loupés.

 

 
Pierre-Charles Dumas 
Bon sang quel histoire courage bises

 

Alain Alix 
Prend bien soin de lui afin qu'il puisse rapidement être transporté en France.
Bon courage et je sais que tu n'en manque pas.
Gros bisous de nous deux.

 

Ghislain Sadoun 
Courage ma belle.

 

Jean Philippe Muller 
Courage Chantal et JC. Bien en pensées avec vous



Francis Corneille 
Pensons bien à vous dans ces moments difficiles, prompt rétablissement au Capitaine, bises de Vendée

 
et puis .......................
 

De Chantal Chamot 

C'est fini... Jean Claude mon capitaine, nous a quittés ce 22 février 2018 vers 17 h à l'hôpital Del Carmen à Puerto Barrios ici au Guatemala...

Il s'est endormi...je n'entendais enfin plus le grondement sinistre dans son thorax....
Un peu plus tard son visage était serin, paisible, reposé comme au temps d'avant ...

Les derniers jours ont été difficiles, peu d'espoir de le voir un jour retrouver l'usage de son côté droit ni de la parole... Enfermé dans sa tête et dans son corps... Aurait-il supporté cela ??? 
C'est triste mais en même temps une délivrance... Les docteurs m'avaient annoncé hier de l'impossibilité qu'il puisse récupérer ses fonctions suite au nouvel examen cérébral de ce lundi. Les lésions avaient augmenté de surface. Ces derniers jours ont été difficiles mais la morphine de cette dernière et ultime journée lui a permis de partir en douceur et il ne s'est jamais rendu compte de son état. Je voudrais en écrire plus mais les mots me manquent... Je vais essayer de dormir. Je suis de retour sur Chamicha ce soir après 11 jours et 11 nuits passés avec lui...
Ne pas m'envoyer les éternelles stupides condoléances qui ne feront que me faire pleurer.. Plutôt des anecdotes de bons moments passés avec lui...


 

Pierre-Charles Dumas Quand on jouait aux petites voitures, il voulait toujours s’appeler « kalagan » Salut mon pote « Kalagan »

 

Chantal Chamot voilà, c'est le genre de chose que je voudrais que les gens écrivent...



Daniel Heurtebize 
Je suis triste mais il est parti après avoir réalisé son rêve et le tien en même temps. Au travers de toutes vos photos vous m'avez fais rêver et c'est comme si j'avais vécu avec vous durant de nombreux mois. Je n'oublierai jamais. Bisous

 
Effy Vessaz 
Toutes mes pensées volent vers toi et Jean Claude. Une mémoire qui me revient toujours en tête ce sont les journées à votre ancien chalet en France, je me rappelle d'un grand hamac dans le jardin et que je n'arrivais jamais à me mettre dessus... Je crois même que Ulli en était tombé, enfin on avait bien rigolés.

 


Monique Vessaz RIP Capitaine ! ton beau sourire et ta joie de vivre resteront dans nos coeurs pour toujours ... toutes nos pensées vont vers toi petit Moussaillon... Monic, Ulli, Cyrius, Chritelle et Urs
 

 Yves, tu peux le mettre ton beau message..

 

Ghislain Sadoun 
On pense beaucoup à toi et je prépare mes rasoirs pour te refaire une beauté.
On t'embrasse bien fort.

 

Jean Philippe Muller 
Vous avez vécu tant d'années de bonheur en faisant ce qui vous plaisait ! Courage Chantal ! Tellement de bons souvenirs sur ton site ! Magnifique aventure vécue les deux ensemble ! C'est l'essentiel😍😍😘

 

Casimir 
A bientôt JC. Nous allons naviguer ensemble dans les nuages au pays de Casimir

 

Xavier Roux 
De bons souvenirs :)


Chantal Chamot oui, que de beaux souvenirs... un régal tous ensemble

 
De la part d'Yve Aguila pour Jean Claude ;
""J’aime les beaux paysages, tout comme toi. Ils font quelquefois sur mon âme le même effet qu’un archet bien manié sur un violon sonore, ou sur les touches blanches et noires d'un beau piano. Ils créent des sensations folles, ils augmentent notre joie et rendent le malheur plus supportable (Stendhal).
Quel est donc ce cap sur ton compas de route ? Tu pars seul dans la nuit épaisse où les feux sont inversés. Trois jours de mers et l'aube apparaitra sur ton horizon, mon père me l’a dit. Les lueurs des arcs en ciels émergeront devant ton étrave. JC magnifique capitaine, mon ami, mon doux ami, il n’y a plus de tempête à soumettre.
La mer est d'huile et les vents sentent bon le sel. Adieu donc aimé d'elle qui n'a pas tissé tes ailes. Tu lui laisses les perroquets dans leurs belles couleurs et les pélicans douleurs. Tu veilleras demain sur ses drisses et garcettes, elle, qui a toujours été à ton écoute. Tu as prêté l’oreille aux chants des sirènes, sans cire et sans retenue et tu sancis maintenant sans nous.
Nous sommes tous de passage dans nos voyages. Nous ne pouvions pas être sages pour pouvoir gagner une éternité de tristesse, alors, n'ayons pas de regret sur le bien être que nous n'avons pas volé. Là-bas, garde nous les meilleures escales, les plus belles criques. Au revoir Jean Claude, tu lèves l'ancre et tu t'en vas découvrir d'autres îles, sous d’autres soleils. Laisse-nous ton sillage pour que l'on puisse te retrouver et aimer avec toi, comme tu l’as fait sur les mers terrestres, tout ce qu'il y a de plus beau comme dans les rêves des enfants et leurs bateaux blancs décorés. Dans cette nuit-là j'ai entendu les âmes parler. Je n'ai pas compris leurs dires, elles se parlaient et d'autres répondaient, étais je simplement un invité ou avais-je trouvé un passage ? Aucun bruit ne troublait le lieu. Aucun vent n'a poussé mon bateau. J'étais stoppé, là, au milieu de la mer."""

 

 
Pierre Buschi : Notre amie Chantal a géré cette épreuve dans une langue et un pays étrangers, sans se démonter et sans paniquer. Ce petit bout de femme a une force morale et une solidité mentale qui forcent l'admiration. Le choc est dur, Chantal, mais tu as beaucoup de courage et je te souhaite de t'en remettre assez rapidement. Tu as encore de belles années devant toi.

 

René Roux et comment ... c'est peu de le dire !!

 

Damien Fombaron Rapidement : quel bonheur de voir un sourire d'un coté jusqu'à l'autre de quelqu'un concentré sur tes moindres notes lorsque tu joues quelques phrases de jazz ! Je retiens vraiment cette image de Jean-Claude, le mélomane averti qui donne du sens à ton jeu. Bonne continuation l'ami !

 
 

De la part de Ferdinand :
Chère amie si lointaine et si proche,
Insomniaque je découvre ton message m'apportant un magnifique hommage à celui qui avait trouvé avec toi un chemin de vie correspondant à ses aspirations secrètes. Tu l'a accompagné pour accomplir son rêve. Tu étais à ses côtés pour son ultime escale. Désormais il glisse sur un océan sans ride le long des rivages infinis et lumineux d'une éternité ne connaissant aucun port. Je garderai de lui un visage souriant empreint de gentillesse. A La Louvière, tu ne l'ignores pas, tu seras toujours bienvenue et je serai là pour t'y accueillir malheureusement certainement pas aussi chaleureusement que n'aurait su le faire ma douce aimée mais ils seront tous deux bien présents dans nos coeurs meurtris.
Je t'embrasse affectueusement. Vous êtes dans mes pensées.

 

De la part de Paco et Rosy pour JC :
On est bien tristes ce soir, notre Jean Claude nous a quitté et nous voila ramenés d'un coup à notre triste destin.
Mais on est content d'avoir vécu et partagé avec vous des magnifiques moments de complicité, camaraderie et découvertes, ces souvenirs seront toujours lies à vos personnes, les bons moments passés au Rio et à l’intérieur du Guatemala on les garde en nous.
Je ne vais pas m’étendre d'avantage mais sache que si tu as besoin de n'importe quoi tu peux compter sur nous.
On te souhaite la suite la moins pénible possible et on espère te retrouver très bien tôt.
On récolte ce qu'on sème, pour vous c'est l'amitié.

 

De la part de Brigitte et Jean Pierre qui lui a donné son sang :

Bonjour Chantal,
Nous sommes tristes et sommes de tout coeur avec toi.
Dire qu'il y a relativement peu de temps encore nous casse-croûtions ensemble chez Michel et j'avais pris quelques photos qui m'avaient fait sourire. Peut-être le ventre plein et un petit coup de trop y étaient-ils pour quelque chose :

Les trois Jean en plein effort...

Nous garderons dans nos têtes ces moments que nous avons partagés avec vous.
Nous t'embrassons fort

 

de la part de Sophie et Xavier ;
Les anges l’entourent d’affection et d’amour à travers ces nouveaux paysages. Libre il parcoure les mers, les océans, il n’a plus mal, il n’a plus peur, il est baigné de lumière.
A bord du cerf-volant il s’envole pour un autre voyage....
Biz le Capitaine !

 


De la part de Nicolas ;
Nous garderons en mémoire la joie de vivre de Jean Claude ,et les bon moments passés à rigoler autour d’une pizza et d’un mojito au sundog café en votre compagnie !! Bon courage à toi!!



de la part d'Hermann et de Ucchi ;
Tu as perdu ton Capitaine « Bien-Aimé » et moi un très grand ami que nous gardons en nos cœurs pour toujours. J’ai été bouleversé par ton message d’hier qui n’a laissé plus d’espoir et mes larmes ne peuvent consoler ton chagrin. Quelque part il était écrit que Jean-Claude devait lâcher la barre loin de son Léman…et ironie du sort, c’est dans les eaux douces du « Rio Dulce » que ses ultimes jours se sont profilés. J’ai envie de te dire « MERDE » mais avant tout aies le courage nécessaire pour surmonter tous les soucis futurs qui viendrons à présent s’accumuler sur tes seules épaules.

Bisous de tout mon cœur pour toi et mon humble amitié, Hermann.



De la part de Daniéle et d'Alain ;
Ce matin nous nous remémorions votre dernière visite ponctuée par cette visite de la cité du vin ainsi que la balade à Arcachon et la dune du Pyla.

Que de bons souvenirs.



De la part de Josy et René;
je viens de réussir a avoir un peu d'internet et aller sur fdb...

putain, le coup de massue....que josy et moi venons de prendre !!!!!!!!!!!!

on s’attendait à ce qu'il garde quelques séquelles, mais pas à son départ !!!

''l'enfoiré ''... partir sans qu'on trinque ensemble au jus de fruits avec ses amis !

... mais te connaissant, dès que tu auras récupérer un peu de forme, tu vas prendre à bras le corps et résoudre tous les problèmes qui malheureusement arrivent après le départ d'un proche.

 

 

Michèle Rubiere Que dire ... Un nouvel an aux AVES ensemble ... Bon vent capitaine et plein de bisous et de courage à toi Chantal ... Nous t'embrassons très fort ! Les TEREVA



Chantal Clarenc Leydier Le Capitaine, son calme et sa gentillesse, son doux sourire empreint de malice, des moritos au Sun Dog .... RIP JC



Nathalie Lanne Salut capitaine ! Tu pars tellement trop vite ! Nous gardons de bons souvenirs de vos « trop rares » passage en haute Savoie. En tous les cas, je l’écris à chaque fin d’emails, mais... maman Nathalie veille...



Frank Locatelli Barbecue a la marina Manglar en l'honneur de JC avec tous ceux qui ne sont pas encore en mer avec un énorme beau bouquet réalisé avec les fleurs de la marina





voici le magnifique bouquet spécial "marina" pour mon Capitaine

[Description : L’image contient peut-être : plante, plein air et nature]

 

Monique Vessaz Qu’il est beau !

 
 

Christelle Theraulaz Que dire dans ces moments-là. Sauf qu’on pense bien fort à toi . On est de tout cœur avec toi. Quand tu veux vient nous voir se sera toujours avec grand plaisir. 😘



Christian Labes Quelle tristesse ! Et que de bons souvenirs à Dakar au CVD, et en Guadeloupe, avec la gentillesse et la joie de vivre de Jean Claude et de toi Chantal... Le plaisir des discutions partagées autour de verres, de bbq dans la fraîcheur des alizées!... Que de bons souvenirs partagés en toute amitié...



Gilles Drogerys Le voilier.
Je suis debout au bord de la plage.
Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.
Quelqu'un à mon coté dit : "Il est parti ! "
Parti ? Vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout !
Son mât est toujours aussi haut,
sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.
Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit : "Il est parti ! "
Il y en d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux,
s'exclament avec joie : "Le voilà ! "
C'est ça la mort.

William Blake.

On se retrouvera tous un jour ... on ne t'oubliera pas capitaine Jean Claude



Laure Lam Cecchini Je suis consternée par cette triste nouvelle à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Je n’ai malheureusement pas de souvenirs liés à votre long périple marin mais je me souviens de votre dernière visite à la maison. Nous avions passé un délicieux moment sur notre terrasse. Je garderai le souvenir d’un homme enjoué, blagueur et bon vivant, petit par la taille mais tellement grand de cœur. Son sourire et sa bonne humeur manqueront à tous ceux qui l’ont côtoyé et je plains sincèrement notre petit moussaillon qui s’en trouve privé aujourd’hui.
Flo et moi sommes de tout cœur avec toi Chantal en ces moments difficiles. N’hésite pas à venir nous voir si tu reviens chez nous. Affectueusement. Laure

 

LA FIN DU VOYAGE ....

De Chantal Chamot L'ultime voyage sur terre de mon capitaine s'est fait aujourd'hui à Guatemala city à bord d'une magnifique Buick blanc nacré avec 8 cylindres sous son capot. Le moteur ronronnait calmement tout du long du trajet qui l'emmenait au crématorium. Depuis, je l'ai ramené sur Chamicha dans un très beau coffret en bois noble... Ces cendres seront dispersées probablement au Rio dulce et elles rejoindront la mer comme il le désirait... Continuez d'écrire comme beaucoup l'on déjà fait... des anecdotes ou souvenirs agréables vécus avec lui et par pitié... N'utilisez plus ce triste mot " condoléances "...
J'aimerai que tout soit regroupé sur ce post et non dispersé via ceux que des gens sympathiques ont ajoutés sur facebook...un seul endroit pour Jean Claude... Ne pas ouvrir d'autres postes, tout doit être ....ici...
Merci à tous.


 



Laure Lam Cecchini Je n’arrête pas de penser à toi et au vide que doit te laisser la disparition de ta moitié. J’aimerais être près de toi pour te soutenir mais nous sommes si loin... je me sens tellement impuissante...Je sais que tu as un courage sans limites et Dieu sait combien j’ai souvent envié ta force de caractère. Sache que je suis là si tu éprouves l’envie de parler ou si je peux t’aider en quoique ce soit. Prends soin de toi.

 

Monique Vessaz J’imagine le sourire et le sourire du Capitaine écoutant le ronronnement.... bisous Chantal 😍


 

Odette Dumas Je suis sans voix, de surprise et d'émotions. Chère Chantal, tu nous fais savoir si tu veux avoir un coin pour Etre. On est de tout coeur avec toi, Florentine...et Chamicha...



Pierre-Charles Dumas Aïe une Buick JC ne voulais que la Chrysler cabriolet jaune intérieur vert en Dinky bien sure 😏

 


Christian Labes
Une mauvaise nouvelle nous arrive par Facebook: un ami, Jean Claude du bateau Chamicha vient de succomber à un second AVC en un mois, là-bas au Guatemala! Chantal se retrouve seule sur le catamaran, face à de nombreux problèmes à régler... Jean Claude a vécu son rêve d'aller au loin sur les vagues, en Méditerranée d'abord pendant de nombreuses années puis en Atlantique. Une vingtaine d'année sur un sloop puis un catamaran, avec la mer, les amis de rencontre, les chats du bord, le soleil, les verres et les repas de l'amitié, la découverte de nouveaux paysages... Il a vécu tout ce qui fait le charme du voyage au long court! Je me souviens du capitaine au CVD de Dakar où nous mangions souvent ensemble autour du BBQ avec quelques verres dans une amicale ambiance. Et puis nous nous sommes retrouvés en Guadeloupe, au ponton, avec des amis et quelques punchs... Que de bons souvenirs. Ce soir je pense à Chantal qui doit se sentir si seule...




Joelle Chauvet de Paquito
Chantal , je sais que maintenant Francis et Jean Claude sont en train de déguster un plateau d'huîtres comme sur la plage de Magarita au Venezuela. Plein de bonnes pensées à toi.
Paquito, Francis et Joëlle vous saluent tous les deux


De la part de Serge et Bettina de Passpartoo
Merci Chantal pour ce joli clin d'œil et ce partage des moments heureux avec Jean-Claude. Tu as réussi à nous faire sourire en regardant les photos et c'est bien vivant et heureux que l'on veut se souvenir de lui.

Délivrance est le mot que nous retiendrons dans ton mail et tu as eu raison de le prononcer. La vie est un bien précieux qu'il faut apprécier quotidiennement et la souffrance n'en fait pas partie.

 


De la part de Jean Paul et de Sylviane de Shéhérazade :
Merci pour ces belles photos de notre ami, que tout le monde appréciait au Rio et ailleurs sans doute. Joli hommage... Je crois qu'il a eu une belle vie et qu'il était heureux que tu sois là jusqu'au bout du chemin...

 



De la part de Marie Noelle et Michel  de Joz 4
Un souvenir, l'une des dernière fois où nous nous sommes vus ... Vous arriviez en Martinique avec votre beau cata, tout aménagé pour toi, pour vous, pour des souvenirs à écrire dans votre mémoire. Ce fut un bon moment et vous en avez vécu beaucoup d'autres.

 



De la part d'Hugette, sa seconde Maman ;
Depuis si longtemps Jean-Claude faisait partie de ma vie, c’était un peu mon petit garçon, on a tellement partagé de moments dans le passé…
Je sais que tu as rendu Jean-Claude heureux, je pense bien à toi et n’oublie pas de faire signe si tu passes à Lyon, ça me fera plaisir.

 



De la part de Maurice, un ami victime lui aussi récemment d'un avc :
Jean Claude n’est pas mort ; Dans mes pensées, il ne sera jamais mort… du moins tant que nous serons là et… dans notre pensée, il sera toujours le pilote de son voilier, navigant dans des eaux turquoises, les lagons ou au large du littoral… ces lieux qui vous ont tant enchanté et que par ton blog tu nous a permis de suivre… de rêver aux fils de vos péripéties aux fils des semaines, des mois et des années.
Le voyage s’est arrêté bien trop vite et c’est bien toi qui est la plus malheureuse car confrontée a tout, à l’après… et à des problèmes dédaléens.

 


De la part de Ruth et Sigi :
Nous, en tout cas, avons levé nos verres pour Jean-Claude hier soir en pensant à lui comme nous l’avons aimé…
en étant plein de vie, d’humour et de savoir vivre.
Nous ne l’oublierons jamais

 

De la part de Martine et Hubert :
On se souvient du jour où il nous demande de le rejoindre chez Mourrier pour avoir notre avis sur la couleur de la moquette de son choix.
Alors là c’était comique car la couleur de la moquette n’allait pas du tout, mais pas du tout avec le papier peint qu’il venait de poser ! Donc on l’a dirigé sur une autre couleur.
Evidemment par la suite, on en a souvent reparlé et chaque fois, on a bien rigolé.
Il faut préciser pour compléter cette anecdote que Jean Claude est daltonien

 


De la part de Sylvie :
Je viens de te lire et n'en crois pas mes yeux. Moi qui croyais mon Dalai lama personnel immortel. Je nous revois à mes 40ans tous ensemble dans notre douce folie. Jean Claude lui ressemblait vraiment ce jour-là tu l'avais bien déguisé
. C'est beau et doux comme tu racontes son départ vers le pays inconnu.

 



De la part de Solange :
Pour moi Jean Claude restera toujours le Dalai Lama, raison pour laquelle pour Lui comme pour les Autres. Je ferai brûler une bougie dans un de ces temples Himalayens lors d'un prochain voyage dans ces contrées.

 


De la part de Ute de Freya
Lors de nos rencontres, quand on se faisait des bisous, le capitaine
cherchait toujours un tabouret ou quelque chose de ce genre, ou une
marche supérieure pour pouvoir arriver à mon hauteur. C'était drôle et
tout mignon.
il n'y aura plus de bisous du capitaine, mais je lui en fais plein,
plein de bisous d'adieu

 

De la part d'Andrée de Kif-kif
Très triste de la disparition de cet être si touchant... Aurai aimé être près de toi dans ces douloureux moments. Très affectueusement

 


De la part de Pascale et Pierrot ;
Souvenir de la tempête à la pointe d’Yvoire sur le bateau de Pater où tu avais failli passer par-dessus bord.
Souvenir de JC se nettoyant le derrière au chalet de Pierrot sous les yeux de Domi, Laurent en train de petit déjeuner
Souvenir de la fondue et des longeoles aux Tobago Cays.
Souvenir du Nouvel an à Sète en jouant au train mexicain
Et tellement d’autres moments super avec le capitaine

 



De la part de Monique de Panama de la Fée verte
Relater de bons moments ensemble…..des jours ne suffiraient pas.
Alors juste deux.
Souvenir d Entrecôte …….a Panamarina, bien sûr, et Souvenir d entre Cotes……. au large des Saintes.
(Il aurait bien aime ce jeux de mot, domaine dans lequel il excellait).
Entre cotes, donc c’est la mer, une mer très agitée par une nuit bien sombre.
Un petit « Chamicha » remorquant une grande « Fée Verte » L’aventure heureuse du sauvetage d’un homme a la mer et d’un bateau ne pouvant plus naviguer.
C’est cela qu’était Jean Claude entre autre, un grand marin.
Il n’était pas grand, mais la hauteur du « Bonhomme » était ses valeurs humaines.
Il m’appelait Monica
C’était mon Copain, c’était mon Ami.

 

 

De la part de Bruno 
cher Jean-Claude
Nous nous sommes connus aux Glénans lors d'une épique traversée de Concarneau aux Canaries. La traversée avait mal commencé quand tu as voulu mettre le moteur en marche à 300 km de nos côtes et que l'hélice s'était prise dans une écoute traînant dans l'eau: résultat:voie d'eau et retour à Port-la-Forêt pour réparer; départ de nouveau avec une météo très dure et voici que c'est moi qui me fend le crâne lorsque le bateau se couche sur une aulofée . Cette histoire nous soudera tous autour des dangers de la navigation mais ne nous enlèvera pas l'envie de naviguer . Toi tu l'as mis en pratique en achetant ton bateau Chamicha 1er et en partant naviguer avec Chantal en Méditerranée puis en Atlantique. Nous n'avons re navigué ensemble que des années plus tard quand tu m'as invité à venir vous rejoindre aux Canaries .Mon grand regret sera de ne pas avoir pu vous rejoindre encore une fois aux san Blas ou au Guatemala. Nous sommes toujours restés en contact après ces nombreuses années et je suivais vos pérégrinations sur la carte et par l'intermédiaire des nombreuses photos et publication de Chantal sur le net. Tu vas avoir beaucoup de souvenirs à raconter à tes amis dans le paradis des navigateurs.
Ciao l'ami tu vas me/nous manquer.

 

De la part de Sigrid :
Choisi une étoile et donne lui le nom Jean Claude.

 


De la part de Claudine de l’Akabé
En bonne gourmande, un de mes bons souvenirs avec lui c'est quand il m'a fait découvrir les pâtes au saumon et à la crème : un régal. Et chaque fois que j'en prépare, je pense à lui.
C'est aussi ce matin de départ, quand Jean l'a réveillé pour dire au revoir, au CVD. Ce sont nos échanges d'idées, j'aimais beaucoup parler avec lui, j'aimais sa soif de connaissances, son intérêt pour les autres...Je suis contente de l'avoir connu.

 



De la part de Joelle et de Jean Jacques de la Nature
Vous deux à bord de La Nature en juillet 2015 à Bequia, une très belle soirée !

 


De la part de Jean de l’Akabé
Je suis triste que Barbotin nous ai quitté il a réussi à me faire pleurer, lui avec qui j'ai eu de très bonne rigolades comme nos navigations en planche de nuit sur le lac Leman .Nos décentes en estafette à Salin où il pensait que le moteur allait exploser .
Nos navigations à poil à Salin
Et aussi le voir avec sa balayette quand Dominique dormait avec lui dans la tente et qu'il rentrait avec une tonne de sable.

Bref il y en a tellement que je ne peux pas toutes les écrire.
Mais celle qui est la meilleure pour moi c'est que j'ai été un peu la cause de votre rencontre.
Bon voyage Barbotin .Adieu l'ami .....

 


De la part d'Alain de Freya
Je vais me taper un 102 à sa santé ça lui fera plaisir

 

De la part de Sophie et de Xavier de Dugong
Les anges l’entourent d’affection et d’amour à travers ces nouveaux paysages. Libre il parcoure les mers, les océans, il n’a plus mal, il n’a plus peur, il est baigné de lumière.
A bord du cerf-volant il s’envole pour un autre voyage.
Biz le Capitaine !

 

De la part de Jean-Marc :

Salut capitaine en souvenir des bons moments passés ensemble et surtout merci de m'avoir trouver ce joli surnom qui ne me quitte plus , oui c'était toi .
Bon Vent ...
BIQUET

 

De la part de Jean Claude du Panama de la Fée verte
Un seul être nous manque et tout est dépeuplé.
Il n y a pas de justice, je suis plus âgé que toi et tu nous quittes. Comment pourrais-je oublier qu'accompagné de Chantal vous m'avez sauvé la vie.
Je n'oublierai jamais les moments vécus ensemble depuis les Aves jusqu’à il y a quelques mois. Quel gâchis d'avoir perdu ce temps précieux.
Cependant sache que je ne t'oublierai jamais.
En ce jour de tout cœur je suis avec toi.
L’autre J.Claude

 


Cathy Ivoire gros bisous a tous les deux mais surtout à Jean Claude ...bon courage à vous deux pour la suite rentrez pas tout de suite cela caille dur en France un vrai hiver on pense à vous Cathy et Francois😍🙂

 
 

Chantal Chamot Une jolie phase envoyée par Yves :

Que le vent te pousse en avant et que le soleil illumine ton visage, que les vents du destin t'emmène danser avec les étoiles - poème chinois de Georges Jung Blow



De la part de Liselotte et de Gilbert :
Chère Chantal,
Nous nous sommes rencontrés à Gran Canaria, ce n'était que bref mais intense. Depuis je vous ai suivi dans tous vos périples grâce à vos récits, je ne vous oublie pas. Gilbert n'aime pas se baigner, il me disais toujours... "j'aime bien être sur l'eau mais pas dans l'eau .... pourtant nos cendres seront jetés dans l'océan, tel est notre dernière volonté. Nous y rencontrerons Jean-Claude et te donnerons de ses nouvelles.





De la part de Geneviève :
Je veux me rappeler de nos diners au chalet quand nous riions et mangions une bonne fondue bourguignonne, ce temps a fui mais le bon souvenir reste.
Je regardais Jean Claude et dans ses yeux je voyais une grande sérénité et un amour pour toi .
Tu n'oublieras jamais mais tu dois être fière de l'avoir accompagné jusqu'au bout comme je l'ai fait avec Jean....

 

De la part de Dominique, Panama et France :
Chantal,
Je ne sais comment te remercier pour tout ton travail d'information auprès de nous, tes copains malgré tes problèmes, tu es une lionne et tu as le sens des réalités, je sais que tu trouveras une bonne solution pour poursuivre ta route même sans mon super copain que j'ai tant apprécié malgré le peu de temps partagé avec lui et c mon grand regret...que de bons moments passés sur la fée verte a remettre en route et vous les fille a briquer le pont en plein soleil !! Et les grillade de crevettes a bord de Chamicha préparées par notre capitaine souvenirs indélébiles, merci encore mon Jean Claude de m'avoir permis de partager cela avec toi, avec vous, aujourd'hui tu navigue seul sans nous mais nous nous retrouverons un jour a bord dans tes nouveaux mouillages, pour d'autres aventures...



De la part de Françoise de Pénélope
Un petit mot pour te dire que je pense bien à Jean-Claude qui est parti et à toi qui restes, après de longues semaines éprouvantes que j’ai suivies de près avec Bruno
Pas de condoléances as-tu dit. Alors je dirai seulement que je garde un très bon souvenir de votre accueil et de votre gentillesse à tous 2 sur le bateau aux Canaries. Même si je ne l’exprimais pas toujours bien à cause de ma fatigue....Ca fait partie des bons moments de ma vie que je n’oublie pas
Jean-Claude et toi avez pu réaliser votre rêve pendant plus de 10 ans, et ça ça reste quelque chose de formidable




De la part de Pascale de Mimosa
Sur qu’au paradis des bons vivants il doit se taper un gueuleton d’anthologie ! et plus aucune limitation bassement corporelle !

J’ai passé avec vous 2 un merveilleux séjour sur Chamicha et je me souviendrai toujours des supers petits plats qu’il nous préparait. Un régal.
Capitaine et Chef Jean-Claude tu nous manques.




De la part de Dominique et Dominique d’Antho
Mais nous ne pouvons-nous empêcher de te témoigner notre sympathie, nous n'avons jamais oublié la façon dont vous nous avez si gentiment accueillis à Sète. Nous avions passé un tellement bon moment sur votre beau catamaran refait à neuf :)
alors que de notre côté nous étions un peu perdu après la vente de notre Antho...
Nous gardons le souvenir d'un sympathique BBQ à Bonnaire, d'apéros aux San Blas et d'une magnifique balade en annexes sur la rivière de Rio Diablo (le plein d'eau douce et récurage des marins)




Michaela Batchelor
Coucou Je ne connaissais pas Jean-Claude mais grâce à lui tu as vécu une sacrée aventure... il devait être un vrai personnage. Je sais pas trop quoi dire sauf courage...




Patrick Marquoin
j’ai bien vu ton message mais il me faut du temps pour admettre cette terrible réalité
je te souhaite beaucoup de courages pour faire face à ta douleur et de force pour maîtriser tous les problèmes matérielle et administratifs auquel tu dois faire face j’espère que tu pourras fréquenter encore le monde de la plaisance

C’est le seul endroit où tu rencontres une personne l’après-midi et tu finis à 2 h du matin après avoir passé un moment à l’apéro, resto et casino et je

m'en rappelle 12 ans après.

pleins de bisous
Patrick




De la part d'André et de Suzanne :
Je n’oublierai jamais ce cadeau, ce merveilleux geste de Jean-Claude.

Le 31 décembre 2002, Suzanne et moi nous apprêtions à prendre un modeste dîner. Les huîtres étant absentes car Suzanne ne pouvait plus les ouvrir après son AVC et ma pomme en est incapable ! Coup frappé à notre porte d’entrée, c’était Jean-Claude, portant un énorme plat recouvert de nombreuses huîtres, ouvertes SVP ! Un merveilleux premier réveillon post AVC pour nous deux.

Salut Jean-Claude, encore un tout grand et affectueux merci, en pensée nous




De la part de Liselotte et Gilbert sur leur bateau
Nous nous sommes rencontrés à Gran Canaria, ce n'était que bref mais intense. Depuis je vous ai suivi dans tous vos périples grâce à vos récits, je ne vous oublie pas. Gilbert n'aime pas se baigner, il me disait toujours... "j'aime bien être sur l'eau mais pas dans l'eau .... pourtant nos cendres seront jetées dans l'océan, tel est notre dernière volonté. Nous y rencontrerons Jean-Claude et te donnerons de ses nouvelles.



De la part de Jean Michel et Martine de Cadence:
Cher Jean-Claude
Je me souviens encore de ce jour un peu sombre pour la fin de l'été. Je te connaissais à peine mais nous étions voisin de ponton, alors le contact avait été facile et en plus je crois que nous nous sommes vite appréciés.
Oui devant la petite mer franco-suisse je n'osais pas sortir, le ciel était bas et le vent d'est soufflait un peu fort. Quand tu es arrivé, avec ton large sourire, tu m'as aussitôt proposé de sortir. J'ai accepté avec enthousiasme. Dès les premiers bords, le bateau bien gité je me suis senti en sécurité, t'observant régler les voiles avec attention et précision. Tu m'avais confié la barre (j'étais fier!) et tu te promenais sur les passe-avant avec l'aisance de ceux qui maitrisent leur sujet. En revenant vers Yvoire, vent arrière, les voiles en ciseau nous étions silencieux et heureux de cette balade passée seuls sur le lac gris et houleux.
Tu m'avais déjà parlé de tes rêves de grand large et d'océan et je savais que tu les réaliserais et que tu t'éloignerais de notre port.
Ainsi tu repars une seconde fois, pour plus loin et plus longtemps mais peut-être sur une mer lumineuse et bienfaisante.
Alors bon vent Jean-Claude.



De la part de Françoise .
...Jean Claude naviguera à jamais pour moi au pays des Kunas. C'est là-bas que je l'ai connu et vu pour la dernière fois. C'était un indien lui aussi...Capitaine Jean-Claude je te salue.



Gilles Pfeiffer
Salut Chantal,
J’ai loupé un peu le coche; je ne voyais pas que tu continuais à donner des nouvelles sur la même page ... du coup j’ai loupé le grand départ de ton Capitaine !!! Bon courage; maintenant une nouvelle page, honnêtement, je crois que c’est mieux ce départ du Guatemala, ça fait partie du voyage. Un rapatriement en France était un peu comme un retour à la case départ, comme dans les jeux. Et puis trop compliqué et stressant, un départ en navigation est toujours plus souhaitable. Quelle histoire quand même, ça nous tombe dessus comme ça, encore moins prévisible qu’un cyclone. Je suis de tout coeur avec toi pour surmonter ce chagrin ; et si je peux aider sous quelque forme, je suis là (En Australie quand même...) bises de tout cœur
Et puis Jean-Claude n’a pas fait de vieux os, et c’est probablement un choix... il a bien vécu, c’est l’essentiel je crois. Tu me diras, c’est dur pour ceux qui restent derrière, mais bon, chacun sa route



Norbert Vidal nous garderons un bon souvenir passer ensemble, quand vous avez fait escale à Fabrégues au moment où vous étiez à Sète.



Norbert Vidal Renée et moi-même pensons très fort à toi, dans quelques temps, si tu le veux ou si tu le désires, nous te recevrons avec le plus grand plaisir chez nous à la bonne franquette comme l'on dit. Grosses bises.

 

Gilles Pfeiffer An unforgettable spirit

 

[Description : L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes assises]  

De la part de Valérie et Jean Pierre :
Moi dès que je pense à Jean Claude et à  vous c'est les bonnes soirées qu'on a passées ensemble, celles avec Andrée aussi sans se prendre la tête, sans refaire le monde juste à apprécier l'instant présent et le plaisir d'être ensemble.

Je pense toujours à jean Claude quand de temps en temps j'écoute l'émission humoristique sur France inter entre midi et deux car il l'écoutait toujours quand il bricolait dans son garage et forcément ça finit par un éclat de rire.

On est triste ...mais on garde son sourire



De la part d’Hermann et d’Ucchi :
A mon ami Jean Claude
Notre 1ère rencontre était de nature professionnelle dans les années 1965 -70. Jean-Claude travaillait comme retoucheur aux ateliers de Roto-Sadag et moi comme typographe-metteur-en-page au journal de la Tribune de Genève. Les deux maisons se trouvaient côte-à-côte au square de la rue du Stand.
***
Jean-Claude, fin connaisseur de la langue française, tout de suite, après m’avoir entendu parler à cette époque, décelait mes faiblesses linguistiques, me rectifiait et m’encourageait à faire attention sur ceci ou cela. Pourtant, jamais mes fautes de français n’ont pu lui donner l’occasion de se moquer de moi ou d’en rire cyniquement. Son esprit gentil et bienveillant n’avait de place que pour des compliments à mon égard.
***
S’enchaînait des rencontres et naissait une sincère et franche amitié d’hommes. En d’autres occasions réunis à son mignon « Galopin » à St Cergues, il nous proposait ses excellentes grillades ou son fameux couscous à sa manière. En hiver, petit-à-petit mais avec un plaisir grandissant, nous nous retrouvions sur nos pistes favorites entre Les Carroz, Samoëns et Flaine et après avoir dévalé l’ultime défi, la redoutable Corbalanche nous reprenions force et courage au resto du « Chalet des Molliets » ou habituellement, pour clore la journée, nous descendions la « noire » du Vercland et prenions volontiers le p’tit verre de gnole à l’arrivée.
***
L’année dernière, en juin 2017, lorsque Chantal et J.-C. nous rendaient visite à « l’Alp’elli », à Verchaix-en-Haut, nous causions de tout et de rien et il faisait allusion à des histoires drôles puis citait ce dictons populaires dont les mots mes reviennent très fort :
Il me disait : « Tu sais Hermann, après tout, la vie est comme une culotte d’enfant…trop courte et pleine de merde… ». Aujourd’hui je sais que c’est faux et injuste pour Jean-Claude, d’autant plus, car entre-temps, il y a 12 ans déjà, s’est réalisé son vieux rêve d’enfant, ouvrir l’horizon …partir en mer… sur son monocoque Chamicha1 avec sa Chantal, Pénélope et Florentine.
***
Ils ont passé les côtes des Îles Grecques et la Tunisie et nous rendaient visité à Cullera en septembre 2007. En train nous roulions à Valencìa et s’attardions sur la place de la Reina puis nous nous disions « au revoir » sur le port d’Alicante. Puis les mois passaient, devenaient des années et voilà qu’ils nous revenaient pleins d’idées pour leur Chamicha2. Avec Ulli nous y dormions deux nuits, à ~3m du sol, en cale sèche, amarrés parmi d’autres « monstres marins ». Nous visitons Sète au soleil et croyions entendre Georges Brassens « Les Copains D’abord »
Non ce n’était pas le radeau
De la Méduse, ce bateau,
Qu’on se le dis’ au fond des ports
Dis’ au fond des ports
Il naviguait en pèr’ peinard
Sur la grand-mare des canards
Et s’appel’ait les Copains d’abord
Les Copains d’abord.
Et s’écoulaient encore d’autres années remplies d’escapades sur ces îles de la mer des Caraïbes. Ils nous faisaient rêver de plages vierges et de cocotiers et leurs images et récits nous enchantaient. Nous partions avec eux dans la jungle colombienne et traversions le Canal du Panama. Nous entrions avec eux au Guatemala et découvrions la cité Maya de Tical…et maintenant, là-bas, dans son doux Rio Dulce  il a jeté l’ancre pour la dernière fois.

Décidemment...non ! Jean-Claude…ta vie n’a pas été trop courte, ni pleine de merde.




De la part de René et Josy de Taravana :
Mon cher Jean-Claude, toi et ta Chamichette, on vous connaissait depuis le 14 novembre 2008 ou quelque part entre le Sénégal et le Cap-Vert, Chamicha monocoque & Taravana 1° se sont croisées et nous avons parlé quelques minutes par Vhf. On ne le savait pas encore, mais une grande amitié venait de naître.

Et pour la première fois le 31 janvier 2009 après sa transat’, au mouillage du Marin à la Martinique, Taravana 1er  mouillait son ancre à côté de celle de Chamicha

Puis a suivi presque une année de navigation zigzagodromique dans l’arc antillais jusqu’aux cotes du Venezuela, avec des mouillages de rêve, de superbes rencontres avec d‘autres oiseaux du large tels que les Vanille, Alizé, La Fée verte et bien d’autres... le tout agrémenté de visites à terre en voitures de locations.

Et aux Aves, les crises de fou-rires à notre retour de chasse sous-marine ou tu brandissais fièrement ta première prise d’un ‘’suicidé‘’ de quelques dizaines de grammes à peine !

… ou les orgies d’huitres dégustées les pieds dans l’eau, à l’ombre des parasols.

… ou encore lorsque tu as bu un jus de fruit qui contenait tellement de colorants que ta langue est restée orange quelque heures.

Je me rappelle le 21 avril ou à ma demande, tu n’as pas hésité à laisser ''ta Belle'' et les minettes au mouillage du Marin pour être Capitaine ‘’au pied levé‘’ de Taravana 1er jusqu’à Ste Lucie ou notre fils Xavier devait prendre l’avion.

Mes ennemis d’alors, des vertiges, m’obligeaient à rester allongé. Bien que ne le connaissant pas, tu as mené TARAVANA d’une main de maître !!

Le jour de mes 57ans, nos routes se sont séparées à St Martin car Taravana a mis le cap vers le Nord, en direction du Canada et du cercle arctique… la vôtre allait vers l’ouest, au plus proche de l’équateur, à la poursuite du soleil couchant.

En juillet 2013, après bien des péripéties, nous sommes de retour à Sète avec Taravana II pour des travaux. Quelques mois plus tard, vous y faites l’acquisition de Chamicha  et suit alors une année de cohabitation et d’entraide sur le chantier, avec de bons moments comme les Bbq le soir sur le bord de l’étang, avec les Poereva, Chinook,  Elea, Rame-Jane, Tiamat…

Puis arriva le jour ou fin prêt, Chamicha  passe les ponts de Sète… et en annexe avec Gilles, Philippe, Josy et moi on vous accompagne jusqu’à quelques miles au large.

Petit à petit, Chamicha II disparait derrière l’horizon, t’emportant avec la Chamichette et leur minette vers de nouveaux rivages.

Et depuis, bien que nous soyons revenus au Canada, grâce à l’informatique depuis vos eaux cristallines, notre amitié a perduré.

En plan B, on avait même envisagé, en cas d’échec pour le passage de Nord-Ouest, de redescendre vers l’équateur et vous retrouver sous les cocotiers pour tracer d’autres sillages ensemble.

Mais cette putain de maudite faucheuse en a décidé autrement !

Au paradis des navigateurs où parait-il il n’y a pas de toubib pour t’empêcher de manger et boire car pas de maladie, pas de douaniers pour t’emmerder, et où tu as ta place réservée sur un hamac accroché aux cocotiers célestes, cherche mon ‘’maître de voile et Ami navigateur‘’ Jacques Dinard, ainsi que notre ami commun Dominique de Damdour  eux aussi fauchés trop tôt… je suis certain que vous allez bien vous entendre et rigoler ensemble.

Et si, du haut de votre paradis et entre deux rigolades, vous constatez que Taravana fonce droit sur un gros glaçon… déviez-le de sa trajectoire !

Bon vent Capitaine, ici-bas, tu es et tu resteras dans le cœur des amis navigateurs… et navigatrices.

René & Josy




De la part de Tania et de Bruno sur Chinook :
Hey, Cap'tain Jean-Claude !!!

Tu nous as quittés trop vite !! Tu avais encore des rendez-vous à honorer !!
Nous n'en étions qu'aux répétitions !!...

Même si ce sont des bons souvenirs, ces soirées à Sète, sur Chamicha ou Chinook, ou sur le terre-plein de Navibois.... des barbecues conviviaux, ou mêmes les goélands s'invitaient; il fallait leur disputer les côtelettes... l'occasion de goûter tes spécialités, dont le gratin de riz... et aussi pour toi l'occasion de te laisser aller sur les pâtisseries made in Chinook, gourmand que tu étais !!...

Et te souviens-tu de cette fête de la musique, que nous avons dû rejoindre en ramant avec les mains... et oui, ça tutte, un yam' 30ch... Bruno n'oublie plus de vérifier régulièrement la jauge du réservoir de l'annexe, maintenant !!!

Mais tout fut trop court, trop rapide, occupés que nous étions, tous, par la préparation de nos canotes !!!

C'est maintenant que nous allions pouvoir en profiter !! Même l'épisode en Martinique, avec cette mémorable "soirée Navibois" à bord du Chamicha, n'était qu'un avant-goût de la dolce vita à laquelle nous aspirions, et que nous avions convenu d'explorer ensemble, lorsque nos destriers caracoleraient de conserve....

Sous ce soleil que tu affectionnais tant, nous avions rendez-vous !! Tu ne nous as pas habitués à te défausser ainsi, tu n'avais pas le droit de nous abandonner à la veille de la réalisation des promesses !!

Ton sourire, ta joie de vivre, ton humour... et tes éclats de rire, vont nous manquer, cap'tain....

Nous n'étions pas sur le quai pour agiter nos mouchoirs à cet ultime départ, Jean-Claude, mais nos souvenirs, les meilleurs, t'accompagnent sur ce parcours inconnu...

Tania, Bruno, Chinook...

Ensemble vous avez accompli vos rêves sur Chamicha et en camping-car ...vos chemins se séparent....le Capitaine est partis seul pour un long voyage ...Chantal ton désir est de poursuivre cette belle aventure on te souhaite de belles années de bonheur, voyages et découvertes....et nous arrivons bientôt ...




Monique Spring Nous nous souviendrons de notre séjour mémorable à bord aux San Blas Gilbert les yeux qui pique, moi je prenais l’eau dans tous les masques .... le capitaine nous
régalait de bons petits plats, langouste et j’en passe.
Notre visite à Panama city, taxi à 6 personnes les uns sur les autres… enfin nous étions heureux .
Adieu Capitaine on ne t’oubliera jamais.........

 

 

De la part de Laure :
Superbes photos! Superbes souvenirs... que cet ultime voyage lui soit doux...



De la part de Vali de Yeratel
Ma très chère Chantal, chaque jour une pensée affectueuse accompagne le voyage de Jean Claude. Je n'ai pas un regard triste sur ce passage, bien au contraire, alors non pas de condoléances, juste des sourires et des souvenirs de notre rencontre, de nos retrouvailles et de bons souriant, conciliant et si doux. Par chance, Georges conservera longtemps les palmes et les chaussons de l'Ami et moi le souvenir d'un daltonien qui faisait ce qu'il pouvait pour ne pas être largué au Petit Train!!! Je t'embrasse très affectueusement, j'espère pouvoir te parler dès que tu le pourras...



De la part de Claudine et Gérard de Cassiopée
Quelle triste surprise ! Il est vrai que nous ne sommes pas « des pros » du Facebook, cette nouvelle nous touche énormément. Le passage du Canal de Panama nous a permis de vous découvrir et reste pour nous un très bon souvenir. Nous pensons bien à toi et la pensée que Jean-Claude soit parti rejoindre la mer des Caraïbes, nous réconforte et nous attriste. Bien affectueusement, Claudine & Gérard de Cassiopée.




De la part de Claude mon beau-Frère
Qui aurait pu le croire quelle pêche quel dynamisme, 7 mois déjà tu grimpais comme un chamois le sommet du Chasseral! Admiratif de cette crête du Jura un changement radical de ces mers de ces océans tu étais un véritable amoureux de la nature d'une vie riche de savoir et de connaissance un fin gourmet. Cette fondue dégustée en milieu d'après-midi quel régal ! Un régal de vous avoir tous les 2 en visite quelques jours que du bonheur un moment privilégié pour nous pendent votre s2Jour sur le continent!

Merci Jean Claude pour ce que tu nous a fait partager, pour ton amour, ta gentillesse, ta sensibilité, et ton amitié. Tu nous manque Jean Claude tu nous manque à tous ! Mais c'est certain tu es là avec nous dans notre mémoire et nos cœurs. Claude

 



De la part d’Odette et de Gilles de Bouduma
Jean Claude et toi êtes des êtres à part qui ont le don de frapper le cœur et la mémoire du monde et vous l'avez pas mal parcouru...c'est comme ça qu'on gagne la postérité  :)



De la part de Jocelyne et de Laurent et de quelques copains de Hte savoie :
Chère Chantal,

Nous avons fait une marche en raquette vendredi dernier pour la Full moon. Avec Pierrot, Pascale, Solange, Domi et Laurence nous avons eu une pensée pour vous. Ton voeux  est exaucé : chacun a raconté une anecdote avec Jean-Claude (Delaï lama bien sûr ...), les personnes étaient émues bien sûr,  mais je n'ai entendu que des histoires drôles et gentilles sur lui. Chacun s'est accordé à dire que vous aviez eu le courage de vivre votre passion. Je trouve super de garder un souvenir positif cela rend les choses moins difficiles.

Pour toi maintenant bien sûr la confrontation à la solitude et des tracasseries administratives sont très difficiles. 

Nous pensons bien à toi

 

De la part de Carole et Dominique d’Hipposcamp
Chères Chantal et Florentine, Nous venons de rentrer au port et prenons connaissance de la triste nouvelle. Nous sommes sous le choc et pensons très très fort à toi.  Je revois tous les bons moments tous ensemble Portobelo, Linton,  les San Blas et tout dernièrement notre après midi à Montréal !  Je passe mon temps à retrouver son sourire et sa voix ....sa gentillesse et ses chemises à fleurs ! ( Oui je ne sais pas pourquoi pour moi Jean Claude vient avec des fleurs.. ) J’ai retrouvé quelques photos que je t'envoie ainsi que plein de tendresse  car j'imagine sans peine combien c’est dur.  Vos projets nous inspiraient et nous étions admiratifs entre les changements de bateaux, de moteurs, et l'achat du camping car, c’est bien que vous ayez foncé dans vos envies, c’est bien. Tu as raison, la santé est précieuse. Je ne sais si tu es déjà en France et pour combien de temps mais nous arrivons en France début Avril et j’aimerais te parler. Je t'embrasse et pense bien fort à toi. Carole

Tu as bien raison: ce sont les bons souvenirs qu'il faut célébrer.  Alors, pour moi, le dernier bon souvenir de Jean Claude est notre discussion enthousiaste sur la planche a voile, entre passionnés, au mois de septembre dernier à Montréal, lorsque nous vous accompagnions à votre bus de retour.  C'est cette image que je conserverai.  Je t'envoie le souffle patagonien, connu pour ses vertus revigorantes. Dominique




Ultime message pour Jean Claude

A tous qui lisez ce petit mot .... à ceux qui ont suivi ses derniers jours, à ceux qui ne sont pas allés jusqu'au bout de mes terribles récits …
Jean Claude, qui a rejoint le paradis des marins le jeudi 22 février, poursuit son chemin comme il le désirait. Il est parti seul hier matin rejoindre la mer des Caraïbe en suivant le cours du Rio Dulce ...........
Nous sommes allés avec quelques copains de bateau lui rendre ce dernier hommage.... Au milieu du lac proche de la marina, ses cendres filent tranquillement le long de ce magnifique canyon en direction de la mer. Le Rio Dulce lui plaisait beaucoup....


De belles photos de mon Capitaine