Le retour au Panama 2015 - 2016

Notre arrivée au Panama .... la seconde fois donc depuis notre départ la première fois ....revenir en arrière sur le site chapitre 16

Après notre stop aux Antilles de 4 mois environ, le temps presse et nous rejoignons donc Curaçao en une traite depuis Union aux Grenadines - puis ce sera une route directe pour notre destination du moment... retrouver notre ancien Chamicha pour le déménagement vers la mi-août.

Les 7 et 8 août n'ont pas été favorables à un départ de Curaçao en direction de la Colombie, les vents qui devaient s'assagir n'ont pas tenu leurs promesses ... et nous devons passer le fameux "cap Horn" des Caraïbes, le Cabo de la Vela en Colombie.

Ce sera donc un départ le dimanche 9 août ...

Chamicha 2016

Arrivée le 14 août 2015 au mouillage de Puerto Lindo sur la côte caraïbe du Panama. Ouf, bien arrivés, pas de casse ... mais contents d'être à destination dans les temps. RDV le 18... il était temps

Petits passagers clandestins au repos pendant notre nav.



Copie du récit du voyage ... Curaçao - Panama

Navigation en direct depuis Curaçao, 705 milles en contournant la Colombie (pas fait de stop - timing un peu short), Damien le nouveau proprio de l'ancien Chamicha arrive le 18 août et nous voulions être sur place.

Nous avons mis 5 jours pour venir. Navigation assez agréable mais néanmoins quand même musclée au niveau de Santa Marta en Colombie (dans l'arrière pays, les sommets culminent à 5700 mètres et les vents s'en ressentent, donc nous aussi - une nuit avec des vents constants variant entre 30 et 35 nœuds, heureusement dans les fesses)

Nous avons eu des nuits totalement noires, peu d'étoiles le plus souvent car le ciel était assez nuageux et Madame la lune était en repos. Par contre nous avons eu quelques belles surprises avec la compagnie de dauphins quasi invisibles hormis leur trace grâce au plancton luminescent. Ils filaient le long des coques de Chamicha, se croisaient, repassaient, bref des moments magiques malgré la noirceur de la nuit.

Nous voici donc de retour au pays de la pluie, si si si, sommes justement à la saison des fameuses pluies, au pays des orages (parfois bien violents, gare à l'électronique), au pays où la moisissure est parfois reine.... gggrrrrr, bref, beau pays mais à éviter si possible à cette saison .... quoique les arbres soient magnifiques, il y a de l'eau pour laver les bateaux (et le reste), les fossés sont curés, les singes hurleurs hurlent à pleine gorge à chaque averse, nous avons aussi eu la chance de voir une tribu de singes capucins, la nature est magnifique, les oiseaux et les grenouilles chantent à plein poumons, les moustiques sont bien présents, les yens-yens aussi !!!!! Mais ici, pas de cyclone ... on ne peut pas tout avoir !

Nous sommes arrivés à Linton, à environ 40 milles de la ville de Colon et de l'entrée du canal. Nous sommes donc aussi à environ 40 milles des iles des San Blas de nouveau au programme tout bientôt, chic.... enfin le temps de prendre son temps après notre année de préparation du nouveau Chamicha et après la seconde transat dont le départ a été donné le 17 novembre 2014 de Sète. Déjà presque 5000 milles au compteur du bateau.

Nous avons retrouvé avec grand plaisir nos amis Monique et Jean-Claude de la Fée Verte qui habitent maintenant une jolie maison dans le secteur de notre mouillage.

Pour ce qui est du programme de ces 15 derniers jours, nous avons procédé aux "échanges de matériel" entre les deux bateaux, puisque nous avions dans nos soutes plein de choses pour Damien qu'il n'aurait pas pu transporter en avion, et de notre coté, nous avons récupéré ce qui était resté à bord de notre ancien Chamicha. Plus qu'à tout trier et éliminer tout ce qui est inutile. Pas une tâche bien facile ! surtout avec la chaleur étouffante (pas de vent) et l'humidité ambiante, on frise les 85 % !!!

Nous avons aussi retrouvé une connexion internet correcte, avec skype, mais surtout ... surtout ...merci de ne pas nous envoyer trop de blagues, sauf les vraiment excellentes.

Voilà, une fois que nous aurons tout remis en ordre, nous pourrons repartir prendre un peu de fraîcheur et faire une petite navigation du coté des San Blas.

Le site a été un peu mis au repos, sa mise à jour un peu retardée pour cause de déménagement donc, il faut dire que le programme depuis notre arrivée est surtout axé "boulot", pas trop de temps pour les loisirs, et le soir, qu'il est bon d'aller enfin se reposer en prenant soin de ne pas laisser les hublots ouverts, entre pluies et yens-yens, nos sommeils ne sont pas très réparateurs ... Il n'y a que Florentine qui échappe à ce rythme de forçats !

Le Panama ... seconde édition ...

Priorité donc... le déménagement des deux bateaux ...

Nous nous mettons à la marina de Panamarina, là où se trouve notre ancien Chamicha devenu entre temps "Colibri" mis au sec depuis sa vente. Nous avons apporté depuis la France beaucoup de matériel pour Damien qui viendra ici en avion. Une bonne partie de notre matériel laissé sur Chamicha premier est de retour sur Chamicha à deux coques.

Après de nombreux, très nombreux, trop nombreux voyages entre le chantier et notre maison flottante, nous ne pouvons presque plus entrer dans notre carré, il y en a de partout, mais aussi dans le cockpit, et puis aussi dans les coursives... plus qu'à trier, laver, ranger, jeter, bref, alléger au maxi notre bateau... enfin, essayer tout au moins ...

Quelques jours plus tard, après des journées laborieuses sous la chaleur, après un début de rangement ... et bien, on se dit ... pas gagné, la ligne de flottaison est encore plus basse qu'avant de déposer tout notre chargement rapporté aux différents copains depuis Sète !

Sans compter que nous avons laissé pas mal de choses à bord de notre premier Chamicha, puisque nous sommes depuis plus d'un an maintenant à bord du cata, il nous a fallu racheter de quoi vivre normalement.

Y'en a une qui trouve toujours une petite place quelque part dans tout ce capharnaüm !!

En plus du plaisir du déménagement, nous avons droit à un ciel plutôt gris avec des orages parfois violents... les joies du Panama à cette saison. Mais la chaleur est bien là, l'humidité aussi sans oublier les yens-yens bien sûr ainsi que les moustiques qui s'en donnent à coeur-joie !

Bar à chats et récupération d'eau de pluie,
c'est la saison qui commence sérieusement cette fois

... attention Florentine, ça peut servir aussi de baignoire parfois !!!





Et puis ... un beau matin ... on s'est dit ... ça y est .... ENFIN ...

Enfin du temps pour nous ...

Retrouvailles ... avec nos amis Monique et Jean-Claude de la Fée Verte. Ils attendaient eux aussi du matériel en provenance de France et de Martinique ... il ne fallait pas désespérer... Nous étions en route quelque part en Sète et le Panama. C'était notre dernière livraison !

Ils habitent maintenant une toute jolie maison construite à quelques kilomètres de la marina. Entourée d'une magnifique végétation tropicale, ils ont aussi quelques sympathiques compagnons à poils et à plumes... dans l'ordre de taille ...

Pépita ... un peu moins d'un an ... une belle rottweiller dont la tâche principale est de garder la maison et de faire des câlins.

Mia ....... une jolie minette rouquine qui n'avait connu que la vie de bateau mais qui se plaît dans la nature... sa tâche... dormir, ramener des souris et faire des câlins. Mais surtout ... dormir ...

Loro, un superbe petit perroquet vert, gourmand comme pas deux. Sa tâche, amuser la galerie, chanter la marseillaise (parfois en breton) et faire des câlins ... surtout à Monique

et une foule de mignons colibris attirés par le sirop mis à leur disposition.

Après deux semaines de durs labeurs, le cockpit a enfin repris une allure de cockpit et nous pouvons enfin accueillir nos amis pour un repas de midi. Même sans pluie !!!

A propos de pluie, nous avons aussi retrouvé le "chant mélodieux" des singes-hurleurs quand celle-ci arrive.

A la marina, une fin d'après-midi, en allant jeter allègrement quelques poubelles pour soulager nos bateaux respectifs, Damien et moi nous avons eu le plaisir de voir enfin de près un groupe de singes capucins. Dommage, je n'ai pas mon appareil photo quand je fais du déménagement !!! C'est pourtant rare de les voir de si près, si bien et surtout si longtemps. En voici un, trouvé sur internet, vous verrez sa jolie frimousse. Ces singes sont friands de fruits.

Lors d'une escapade express à Portobello pour faire nos formalités d'entrée dans le pays, nous avons retrouvé les fameux bus panaméens, il faut en profiter, tous ceux qui circulaient à Panama City ont été remplacé par des bus modernes... et maintenant il y a même un métro !

Nous retrouvons les images familières du Panama ...

*******A propos de formalités, petite info voyageurs en bateaux : tarif août 2015 : 200 dollars us pour le bateau, valide un an et 100 dollars us par personne pour le visa (valable un an également et en principe renouvelable sans souci - Le Panama est le premier pays depuis notre départ en 2006 où l'on peut rester si longtemps). Pour les voyageurs hyper rapides (juste le temps de passer canal pour autant qu'il y ait de la place) les formalités semblent gratuites (sauf erreur ... maxi 3 jours - mais difficile de tenir ce timming). Mais tout peut changer si vite... *****

Panama City, la capitale sur la côte du Pacifique

Panama ... la grande ville comme toujours ... avec en prime depuis notre départ en mai 2013 la fin des travaux et la mise en route du "métro" et quelques nouveaux somptueux buildings dans le centre.

Par contre les travaux d'agrandissement des écluses du canal ne sont pas terminés.
Cela était prévu pour 2014 date importante afin de fêter le centenaire du canal mais ... comme toujours, nous sommes sous les tropiques... et les délais sont rarement respectés. qui sait ... peut être 3014 !!!

Nous sommes allés deux jours dans la capitale donc avec notre amie Monique. Nous en avons profité pour tester le nouveau métro. C'est génial, on peut traverser la ville en point de temps maintenant, tout est super nickel, étonnant... et pas mal fliqué (vaut mieux cela pour qu'il reste en bon état)

Les indiens kunas des San Blas semblent s'être bien adaptés eux-aussi à cette méthode de transport ... bien loin du temps des cayucos taillés dans les troncs de la forêt tropicale et pourtant souvent encore leur quotidien dans leurs îles aujourd'hui.

Quartier des banques ... débauche de magnifiques gratte-ciels ...
notre préféré, celui appelé ici "el tornillo" ... en clair, la "vis" .....

Dans ce quartier de privilégiés, découverte d'un nouveau centre commercial où les grandes marques rivalisent d'idées pour attirer la clientèle ... Pas de risque ici, on peut se balader en toute sécurité avec sa Rolex au poignet et ses boucles d'oreilles en diamants !!!

Ici les papilles sont aussi à l'honneur ...

gourmandises, gourmandises ???.... "Ladurée" ... nous, on ne connaissait pas ...

On a testé aussi par hasard ce salon de thé.... dans un centre commercial où l'on trouve du Dior, du Cartier, du Rolex, du Burberry, du Prada.... et j'en passe ... nous, on ne faisait que le traverser pour changer de rue... on n'a rien acheté mais en cours de chemin nous avons trouvé ce fameux salon de thé parisien "LADUREE" implanté dans les grandes villes hyper touristiques du monde entier.... la petite pièce 7,8 dollars.... on en a pris 2 pour 3 et on a partagé...des fois qu'elles n'auraient pas été à la hauteur de nos espérances ! avec un café chacun... 35 dollars... une paille !!!
Si d'aventure vous allez à Paris, voici le lien pour vous mettre l'eau à la bouche et vous indiquer l'adresse... ça vaut le déplacement, mais je vous rassure... pas tous les jours... le porte-monnaie va faire triste mine !

https://www.laduree.com/fr_fr/

voilà qui nous change des horribles gâteaux locaux plein de colorants et bourratifs à souhait ...

Le vieux quartier de Panama, le "casco viejo" va bientôt ressembler à la belle Carthagène en Colombie (enfin la partie de la vieille ville totalement restaurée)

Petit tour lors de notre escapade avec malheureusement une pluie diluvienne qui a un peu gâché le plaisir...

Depuis notre dernier passage, les travaux de rénovation ont considérablement avancé, bien sûr au détriment des habitants initiaux qui logeaient là pour quelques poignées de dollars et que l'on chasse au profit du profit comme toujours.

Aujourd'hui, encore quelques-uns arrivent à résister pour garder leur logement ... mais demain, il en sera autrement.
Sur la photo de droite, cette belle demeure qui n'était qu'une ruine dont seule la façade avait été conservée il y a quelques petites années est devenue magnifique et fait bien des envieux.

Pour info, quelques semaines après notre passage, la maison où se trouvent les enfants est vide, les portes et fenêtres sont murées... bientôt elle sera elle aussi rénovée et revendue à prix d'or.

Lors de notre premier passage ici, j'avais fait quelques recherches sur le Panama, si vous voulez faire une révision (pour ceux qui ont déjà vu cette rubrique) ou découvrir un peu ce pays mythique, cliquez sur le lien qui suit.
Il s'agit de notre périple de cette époque, donc dates, personnes rencontrées, tarifs etc ne sont plus forcement d'actualité !

Après la petite visite de Panama, il vous suffira de faire un retour en arrière sur votre pc pour revenir en 2015 !!!

Panama

bon, donc 2015 ...

Retour à la marina puis au mouillage de Puerto Lindo sur le bateau après notre bain de foule et de modernisme.

Quelques photos prises autour de notre confortable mouillage, il reste du rangement à faire après le déménagement, on en vient à bout petit à petit.

Repaire d'aigrettes qui viennent tous les soirs passer la nuit sur un arbre en bordure du mouillage

Beaucoup plus de pélicans cette année et de jolis martin-pêcheurs mais ces derniers sont trop rapides pour prendre une belle photo ... alors ce sera une d'internet

L'un des 3 singes "araignée" ou "atele" d'Isla Linton...
Gare aux morsures, pas toujours commodes ces z'animaux...
Le moussaillon se rappelle un vieux souvenir de belles blessures
en 2013 suite à l'attaque simultanée des 3 bestioles !!!

Trois personnes ont été agressées pendant notre séjour entre août et décembre, pas des infos de radio-ponton, du vrai en live, deux d'entre-elles étaient descendues à terre et une autre nageait à proximité du vieux ponton délabré, attaque donc encore plus étonnante car nous ne voyons jamais ces singes dans l'eau.
Il faut dire que certaines fin de semaine, des gens venus d'autres contrées viennent faire du tourisme à Isla Grande toute proche avec balade en lanchas. Après probablement moultes bières ou autres boissons alcoolisées ils viennent voir les singes et parfois, preuve d'intelligence sublime, leur jettent des noix de coco ou les effraient... Qui sont le plus primates ??? on se le demande ... toujours est-il que nous ne sommes guère surpris de voir ces animaux devenir un peu plus agressifs.

.

En allant à Panamarina, là où se trouve notre ancien bateau, tunnel sous la mangrove.
Un vrai miroir quand l'eau est calme, très bucolique. Ici cet endroit est appelé " le tunnel des amoureux"

Grande sauterelle ou beau criquet ??? ... le ou la vorace semble être un ennemi des palmiers... il ou elle mesure bien environ 8 cm quand même.

Un petit régal en passant ......... 28 septembre 2015
*********************************************

Hé oui, la vie en bateau permet aussi quelques découvertes terrestres intéressantes comme par exemple ... le lunch du dimanche midi à Panama City !!!

Plusieurs grands hôtels pratiquent cette coutume et nous avons été invités dans l'un des plus réputés par nos amis Monique et Jean Claude... pas de doute, l'invitation sera retournée... le plaisir a été immense...

Donc repas d'un dimanche midi (fait exceptionnel pour nous) au GAMBOA RESORT proche des écluses de Miraflorès
(pour info, 40 dollars tout compris ... les "jubilados" ou "retraités" en espagnol bénéficient d'une réduction de 25% ... ils sont sympas dans ce pays... que certains prennent exemple !!!)

Champagne à volonté !!! ah, voilà qui va en rendre jaloux plus d'un !!!

Je ne vous montre que quelques photos ... pour ne pas vous faire trop envie !!!

Le soir même, nous avons la chance de voir nous aussi cette magnifique éclipse de lune ... photo prise sur la route du retour.

.

Voyage dans les terres .... pour vous changer des îles et de la mer ...

Chamicha est à l'abri dans la petite marina de Panamarina et Florentine sous la bonne garde de Cathy, notre spécialiste locale des taguas (bijoux crées en ivoire végétal sur place ou dans les San Blas par elle et François, c'est une graine de palmier de la forêt tropicale - article à ce sujet dans la rubrique du Panama 2012) rassurez-vous, pas de massacre d'éléphant)

Sur la carte du Panama, nous partons de Isla Linton, en gros à droite de "Portobelo".

Nous louons une voiture et allons découvrir les montagnes proches de la frontière avec le Costa Rica.

Au programme, le Baru, volcan éteint, et Boquete, la petite ville au pied de ce géant de 3475 m, puis cap sur le secteur de Bocas del Toros.

Le Barú ou Volcán de Chiriquí est un volcan endormi de la cordillère de Talamanca, à l'Ouest du Panama. Sa riche végétation est protégée au nord par un parc national. Pas de chance, nous ne l'aurons à peine aperçu que sous les nuages. Il est situé à environ 35 km de la frontière avec le Costa Rica.
Il est possible, par temps clair, d'apercevoir, de la cime du Barú, à la fois l'océan Pacifique et la mer des Caraïbes. Ce sera pour une autre fois !!!

Au total pas loin de 1600 kms ... avec de très nombreux trous dans les chaussées, sans compter 200 kms de travaux interminables entre Santiago et David. Plutôt que de faire des petits tronçons, la totalité des travaux s'étend entre ces deux villes... j'avoue, parfois c'est quand même plus roulant... heureusement, sans quoi nous y serions encore !

Pour les futurs voyageurs allant dans cette direction, une adresse à retenir si vous désirez faire un stop en cours de route car la distance est longue avec tous ces travaux.

Sympathique hôtel à Las Jaras - 75 kms avant David, tenu par un charmant couple d'italiens à quelques kilomètres de la cote du Pacifique

Résidence Las Lajas - 4 étoiles
Calle Nueva Florida, Chiriqui, Las Lajas, Panama

Pour info, octobre 2015 : environ 45 dollars avec petit dej ... notre meilleur rapport qualité/prix et sourire !!! vous ne trouverez pas ces tarifs là sur Boquete et sur Bocas...

Avec en prime leur petit resto où vous trouverez d'excellents plats italiens maison ...mama mia... les pâtes !!!!

Bon, revenons à nos moutons ... Direction Boquete et le Baru

Ces régions sont peuplées principalement par les Ngöbe-Buglé

Ngöble-Buglé est une comarque (espagnol : comarca) du Panama, créée en 1997 à partir de terres des provinces de Bocas del Toro, Chiriquí, et Veraguas.

Sa capitale est Llanotugri. Ngöble-Buglé a une population de 110 080 habitants (recensement de 2000), la plupart étant des Guaymí (Ngöble et Buglé).

La tenue traditionnelle encore portée par la plupart des femmes est appelé "nagua", c'est une sorte de longue robe à manche courte toujours unie, mais dont les bords sont "brodés" d'autres couleurs vives.

Deux mômes souriants et curieux rencontrés sur notre route en allant voir les plantations de café de la Finca Lerida.

.

Autre particularité de ce territoire ... Un oiseau mythique ... le quetzal ...très difficile de le rencontrer, donc pas vu non plus (photo internet)

Le Quetzal resplendissant (Pharomachrus mocinno) est une espèce d'oiseau mythique de la forêt tropicale — l'oiseau sacré des Mayas — et l'oiseau national du Guatemala.
Cet oiseau cache son plumage d'émeraude et de rubis dans l'épaisseur végétale de la forêt tropicale. C'est pour cela qu'il est si difficile à repérer.

Pour les curieux ...
http://www.oiseaux.net/oiseaux/quetzal.resplendissant.html

Un autre encore que je trouve magnifique avec ses tons de bleu
mais la canaille a été trop rapide pour moi, un Tangara évêque ...
donc re-photo internet !!!

Quelques paysages ... des cours d'eau, de petits torrents, quelques cascades, de belles forêts tropicales, des pins aussi, des fleurs, plein d'oiseaux ... et le volcan ...

Ce que que l'on aurait pu voir avec un peu plus de chance ... (photo internet)

Et voilà ce qu'on a eu !!!
voilà qui rappelle les belles journées en Hte-Savoie !!!

Des fleurs d'hibiscus grandes comme une main, magnifique....

Quelque part sur notre chemin, une petite église avec ce panneau étonnant ... "No se vende" .... en français "pas à vendre" !!!
Comme quoi Boquete est assurément à la mode ! Même les églises pourraient être recyclées en magnifiques villas !

Ici, en plus du café et beaucoup de cultures maraîchères, on cultive aussi des fraises.... nous n'avons pas pu résister...mais bon... pas inoubliables... le cadre néanmoins était assez rigolo

D'ailleurs dans l'ensemble, niveau hôtels et restaurants, les prix sont surfaits à Boquete...
Peut -être est-ce dû à l'altitude ! Pas mal d'étrangers se sont installés là, y ont de magnifiques propriétés et l'immobilier n'a pas échappé à cette escalade de prix.

Lien avec quelques photos prises lors de notre petit périple dans le secteur

Boquete et ses environs

Voici les mêmes photos sous forme de diaporama
cliquez sur le petit triangle pour le visionner

Le café ... terrain de prédilection... la terre du volcan est fertile ... partout des plantations même dans les terrains les plus pentus.

Un autre lien et quelques photos sur l'histoire du café au Panama. Sa réputation y est excellente. cliquez toujours sur le lien.

Le café au Panama - région du Baru

Sur la route en descendant de Boquete, en se rapprochant de la mer caraïbe, de jolies maisons en bois, surélevées par rapport au sol, bien plus saines que beaucoup dans le secteur populaire de la Costa Ariba. Ici les gens ne semblent pas riches mais les habitations et les villages sont bien tenus, la nature magnifique et les routes .... comme d'hab... un peu trouées !!!

Après cette balade en montagne, nous redescendons au niveau de la mer... Bocas del Toro.

On laisse la voiture sur le continent à Almirante (3 dollars par jour, gardée, pas de souci)

De là, une lancha nous amène à l'île de Colon, la plus "civilisée" de toutes. (on peut aussi venir en voiture, un petit ferry fait le trajet mais compte tenu du peu de route, cela n'est pas indispensable, d'autant plus qu'on ne pourra pas aller dans d'autres îles avec notre véhicule ...pourquoi ? tout simplement car il n'y a pas de route !)

Isla Colon, c'est la ville qui vit, la ville "fun" !!! Restos, bars, boutiques, commerces, locations de vélos, de quads, tout pour les actifs et les couche-tard... Surf, plongée, baignade, bateaux, bref, tous ceux qui y viennent doivent trouver chaussure à leur pied !

Surtout ne pas confondre avec Colon... la ville oubliée proche de l'entrée du canal de Panama coté Caraïbe.

Une nuit sur place, une balade le lendemain pour allez voir la plage principale, El drago, un peu déçu, rien d'extraordinaire. Bon, nous avons vu... la nature par contre est très exotique, belle forêt, arbres immenses.

Cliquez sur le lien

Bocas del Toros et ses îles

.

La petite ville très fun de la partie touristique ...

maisons aux couleurs flash (dommage, l'envers du décor l'est nettement moins)

Réhabilitation d'anciens véhicules

Voici les mêmes photos sous forme de diaporama
cliquez sur le petit triangle pour le visionner

Puis nous prenons de nouveau une lancha pour aller sur l'île de Solarte
***************

Ici pas de route, de la forêt, un hôtel sympa avec piscine en bord de mer, Bambuda Lodge, il propose aussi des dortoirs pour les backpackers.

2 nuits, farniente, lecture, bref.... on se repose !!! je vous imagine déjà... non, non, on ne rigole pas, la vie de bateau n'est pas forcement farniente.... vous devez le savoir depuis que vous nous suivez....

Vous remarquerez le coté design "Roche-Bobois" du lit !!!

.

Dernière étape de notre visite ... et pas la moindre ....

Isla San Cristobal ...
*******************

Bernard, une connaissance des San Blas (il faisait du charter avec France son épouse sur un cata) vient nous récupérer à Solarte avec sa lancha. Leur fille, Clarisse, qui travaille avec eux, est, elle aussi, une hôtesse hors pair, pleine d'idées et d'énergie. (dommage je n'ai pas osé leur demander de poser pour une photo d'eux ensemble)

"""Nathylodge""" retenez ce nom....

Nous allons découvrir leur nouveau domaine ... un éco lodge tout neuf (ouverture prévue en fin d'année) situé sur cette l'île encore très sauvage tout près du continent.

Pourquoi "éco lodge" ?

Sur cette île et sur d'autres comme Solarte, pas d'électricité, pas d'eau courante ... donc comme en bateau, on récupère l'eau du ciel à la saison des pluies, et on espère que le soleil sera de la partie pour le coté électricité. Tout est prévu, de gros containers pour le liquide et plein de panneaux solaires et de batteries pour l'énergie.

Ils n'ont pas encore de site internet, mais je vous assure que le lieu est magnifique, aménagé avec goût, parfaitement entretenu, au calme absolu, bref... idéal pour les stressés que nous sommes !!!
Un lien internet cependant en attendant sous facebook sous le même nom "Nathylodge" (ouverture décembre 2015)

3 bungalows de belle taille plus un tout petit tout mignon aussi, une piscine, un jacuzzi, la nature tout autour, un petit resto, bref, une affaire de famille, des gens charmants, pour nous, une nuit seulement... mais on reviendra les voir... en bateau cette fois. Nous leur souhaitons bonne chance et une belle réussite ...

Ciel de la saison de pluies... mais rassurez-vous... dans quelques semaines, le soleil sera de retour...

.

A ce jour le pont suspendu doit être terminé

Un aperçu de ce petit paradis
(la piscine et le resto sont terminés mais je n'ai pas de photos, dommage)

Ce sera notre dernière nuit dans les îles de Bocas. Il en reste une autre à voir, bien plus grande, et quelques plus petites, avec paraît-il de belles plages et de magnifiques sites de plongée, mais ce sera pour une autre fois...

Après ces quelques belles escapades, il est temps de rentrer retrouver notre Ro'minet qui nous attend sagement et impatiemment sur Chamicha. Il a permis à Cathy de se réconcilier avec la gent féline !!! Faut dire que notre matou est d'une gentillesse exceptionnelle ...

Au revoir Bocas et ses îles ....

Retour sur notre maison flottante, presque 800 kms en sens inverse, toujours avec cette partie si intéressante de l'autoroute en travaux. donc pour couper ce trajet en deux, on s'arrête juste avant la zone des travaux dans l'hôtel de nos "italiens" de Las Jaras" pour une nuit, accueil toujours aussi charmant, et bonne table une fois encore.

Le lendemain, cap sur Panama City, une partie de la route sous la pluie, mais joli temps en arrivant au bateau.

A Panamarina c'est la soirée "accordéon" du vendredi soir au resto en compagnie notre amie Monique et de divers équipages, entres autres, Cathy et François de Tagua, et nos amis Tom et Nadine de Vanille que nous retrouvons enfin à leur retour des San Blas.

Mais avant d'arriver ... sur les bords de la route allant à Linton .... chose étonnante...
De nombreux marcheurs semblent venir de loin ... qui sont-ils ??? ce sont des pèlerins se rendant à Portobelo à la cathédrale du Cristo Negro, le Christ Noir ...

Pour ceux qui ont déjà suivi notre périple, vous vous souvenez peut-être de cette étrange procession qui se déroule le 21 octobre au Panama dans cette petite ville située à 18 kms environ de notre mouillage de Puerto Lindo.
Ayant déjà assisté une fois à ce spectacle bien particulier, et n'ayant pas de faute à expier ... donc pas de pèlerinage à faire, nous n'avons pas jugé utile d'y retourner cette année !!!

Pour ceux qui veulent soit se rafraîchir la mémoire, soit découvrir cette journée si particulière !!!
Ce sont les photos prises sur place en 2012... rien n'a changé !!! sauf nos rencontres des amis de bateau du moment.

https://www.youtube.com/watch?v=f-9FSKuEnZk&feature=plcp

https://plus.google.com/photos/107711078931050845792/albums/5803041663807661777?banner=pwa

.

A propos d'amis, nous avons aussi retrouvé avec grand plaisir Tom et Nadine de Vanille.

Eux aussi sont contents de nous revoir.... nous leur apportons du bon rhum de Martinique !!!

Parfois une fin d'après-midi cool sur le pont ... nous profitons de ce beau coucher de soleil et de cette lumière exceptionnelle, ce ne sera pas tous les jours pareil à la saison des pluies

La preuve, dès le lendemain, ces pélicans font bien triste mine tout mouillés sur le balcon d'un bateau voisin !!!
pas un temps pour la pêche et pourtant sous le cata, il y a de quoi se régaler ... un nuage de petite friture croustillante à souhait !

malgré cette météo, ceux-ci sont plus courageux et se régalent de ces friandises frétillantes

.

Dire que certains imaginent que nous sommes toujours sous un soleil de plomb ... pas étonnant que la végétation soit aussi luxuriante dans ces pays d'Amérique centrale !

Malgré notre dessal, nous continuons à récupérer toute cette belle eau... Le bateau a besoin d'un bon nettoyage, un peu de "verdure" et de "moisi" par-ci, par-là, il faut en profiter avant la belle saison.

Comme dit le proverbe, "après la pluie, le beau temps", le soleil est de retour, nos pélicans ont enfin retrouvé leur beau plumage !!!

Y du champagne dans l'air !!!

Il y a toujours un prétexte pour boire un petit coup et faire la fête ... c'est l'anniversaire de Dominique, un sympathique ami de nos amis de la Fée en séjour chez eux pendant la mauvaise saison en France. Il fête ses .... printemps .... allez cela se verra sur le gâteau de toute façon !

Comme toujours notre Monique a mis les petits plats dans les grands... elle ne peut pas s'empêcher de régaler son monde... et surprise aussi... un petit foie gras en entrée ramené récemment de France par un ami navigateur, Jean-Claude du bateau Viking (hé oui encore un Jean-Claude, ce jour-là, il y en aura 3 autour de la table !)

Pour changer de programme ... ah, non, encore un casse-croûte ? faudrait pas chercher à reprendre les kilos perdus pendant la transat quand même ... c'est vrai que vous nous avez tous gâtés pendant notre retour niveau gourmandises, la balance n'avait pas aimé du tout ... et le moussaillon encore moins !

Et comme toujours en tant que bon français, nous ferons notre dernier repas de l'année 2015 dans notre restaurant préféré du Dimanche, celui de l'hôtel Gamboa ... (je sais, nous y étions il n'y a pas si longtemps... mais la gourmandise est un vilain? défaut ... tant pis.... l'an prochain nous ferons le pèlerinage à Portobelo le jour du Christ noir pour nous faire pardonner !)

Gamboa donc, lunch du "sunday" ... toujours à volonté, vin ou jus de fruits ou champagne ! Ce sera une façon de fêter Noël avant l'heure avec nos amis avant de partir enfin sur les îles des San Blas. Le restaurant a mis ses habits de fêtes lui- aussi ... il y a même une magnifique dinde rôtie au menu.

Sous un magnifique soleil, fêter Noël est toujours un peu particulier ... on s'y fait quand même ... d'ailleurs prochainement (en juin 2016) cela fera déjà 10 ans que nous sommes partis, donc on s'habitue à voir des sapins décorés sous les cocotiers !

A l'heure de la digestion, un petit tour dans le parc avant de rependre la route, un magnifique toucan nous fait l'honneur de rester dans un arbre à quelques mètres de nous. C'est chose rare, il faut en profiter ...

A Panamarina, un autre toucan. Il est en convalescence dans une très grand cage, il a une aile cassé, il ne volera probablement plus jamais. Les couleurs de son bec semblent avoir été peintes avec un pinceau, c'est magnifique. Très différent de celui aperçu dans les arbres à Gamboa.
Il est en compagnie d'une jolie perruche, ses 2 copines ont été mangées chacune par un serpent pendant une nuit, mais bien mal acquis ne profite jamais, victimes de leur gourmandise, une fois leur ventre plein, les 2 compères voleurs n'ont pas pu ressortir à cause des mailles de la cage... ils ont été tués mais les petits oiseaux n'en n'ont pas réchappés.

Revenons à Noël ... Nous avons loué une voiture pour faire nos derniers appros avant notre départ et devons aller à Panama City à l'ambassade de France dans la lancée.

La vieille ville a elle aussi mis sa parure de fête. Les grands centres commerciaux rivalisent entre eux pour savoir qui aura le plus grand et plus beau sapin !!! et surprise, il y a même de la neige pour faire des bonshommes !!!

Place de la cathédrale dans le "casco viejo"

le Père Noël est en avance ... nous avions commandé une caisse de champagne (pour rire) mais elle était trop grande pour sa hotte ... c'était une caisse de magnums de Don Pérignon (voir le prix d'une bouteille sur la photo ! dissuasif ! petit calcul : s'il existait des cartons de 12, cela ferait 592 dollars x 12 plus 10 % de taxe ....7.590 us dollars !!!) C'était vraiment pour rire !!! On se contentera de "péteux"

************************************************************************************************************************************

L'archipel des San Blas ... édition 2015 - 2016 - Territoire des indiens "KUNAS"

pour retrouver certaines infos du site sur cette magnifique région, allez sur une partie plus ancienne du site :
http://chamichaevasion.fr/lessanblasjanvie/index.html

Départ le 18 décembre au petit matin de notre mouillage de Linton pour rejoindre l'archipel. Le vent annoncé n'a tenu que partiellement ses promesses, donc moteur et voiles !!!
De toute façon, les prévisions météo sont pessimistes niveau mer dans les jours à venir. Le jour du départ, le vent théorique est du Nord-ouest, la houle de 1,10 mètre. Donc les conditions sont favorables, ensuite, dès le lendemain la houle passera à 2,8 m avec vent d'Est de 15 à 18 noeuds dans le nez. Il ne faut pas rater cette opportunité.
Nous n'avançons pas très vite mais confortablement sur nos 42 milles, c'est le principal.

Nous faisons une partie de la route avec Marc et Brigitte du cata Diabolo Menthe, le même que celui du chanteur Antoine mais en turquoise !

Arrivée dans l'après-midi au mouillage de Chichime ... début de notre nouveau périple dans ces îles déjà connues mais toujours agréables. Il faut en profiter, déjà sur cette première île, on voit apparaître des "cabanas" et de petits restos montés sur "parpaings"... et quand on connaît le style "architectural et raffiné" des îles habitées des indiens kunas, cela ne présage rien de bon pour le look de ces charmants îlots dans les années à venir.

Petite baignade le lendemain avec les copains, mais bien sûr aussi un peu de bricolage et d'entretien comme toujours ...

Retrouvailles de nos îlots, dépaysement assuré, pour combien d'années encore ???

Petite nav pour venir, avec Brigitte et Marc, rencontrés rapidement au moment de notre départ du Panama en 2013.

leur cata ...une couleur de lagon pour le mimétisme, turquoise,
et avec un joli nom, Diabolo-Menthe

Au loin la barrière de corail qui nous protège ... de l'autre coté, des vagues de 3 mètres environ viennent se casser à cette période.

Les îles de Chichime, les huttes originales ... sans parpaing mais malheureusement on voit de plus en plus de construction non adaptées au paysage ... quel dommage

Belle langouste vendue par les pêcheurs Kunas. C'est une source de petits revenus pour eux.

A cette saison on peut se laisser tenter de temps en temps, bientôt ce sera la période de reproduction, alors là... malgré leur pêche illégale, ce sera interdit d'acheter ... qu'on se le dise ....
Cette interdiction s'étale en gros de début Mars à fin Mai.

Miammmm.... mon plat préféré .... Je vous assure,
et elles ne sont pas servies dans des assiettes à dessert !!!

J'ai aussi une autre gourmandise... enfin... une de plus .... "La vache qui rit" et mes marins de patrons en ont trouvé ici aussi au Panama... elle a le même goût que chez nous, contrairement à certains autres produits de nom français mais fabriqués aux US.
Petite surprise cependant, fabriquée aux USA mais avec une originalité qui vous laissera peut être perplexe ... origine "Suisse" ... Recherche faite ... ces ricains, ils doivent toujours être les meilleurs... et pourtant elle est bien française notre "vache qui rit" et ça ne date pas d'hier mais de 1921 !!! bientôt un siècle donc, on en vend maintenant dans 136 pays, et 240 portions sont fabriquées chaque seconde. Comme quoi les voyages forment la jeunesse, venir au Panama pour découvrir l'origine du fromage qui est classé 4ème sur le marché mondial du fromage ... cocorico !!!

Fermons la parenthèse et laissons Florentine déguster

La vraie vie de marins va reprendre enfin son cours, un peu de farniente, un peu de boulot quand même sans quoi ce ne serait pas une vraie vie de bateau !!!

Isla Verde ... pour le temps des fêtes

Noël 2015 ...

Un Noël supplémentaire sous les cocotiers avec 3 autres équipages

Nadine et Tom de Vanille, Brigitte et Marc de Diabolo, Cathy et François de Tagua ainsi que Soizic et Gérard de H2o.

Mignonnette petite plage, quelques gourmandises liquides et solides

Un bon moment tous ensemble pour notre 25 au soleil.

Donc en attendant, nous vous envoyons toute notre amitié, vous souhaitons de Joyeuses fêtes et une année 2016 la plus prospère, la plus riche, la plus belle qui soit, tant au niveau de l'argent mais surtout, oui surtout ... de votre santé à tous ! En bons égoïstes, nous nous souhaitons la même chose !!! Charité bien ordonnée commence par soi-même !!!

Comme notre journée de Noël s'est bien passée... nous avons décidé d'un accord commun et sans contestation de remettre cela pour la soirée du 31 décembre... et de finir les restes le 1er janvier 2016, histoire de fêter tous ensemble la nouvelle année !

Quelques clichés des dernière réjouissances de 2015 ...

et des toutes premières de 2016 ...

Pourvu que ça dure

Une bien joyeuse équipe

Toutes les nanas ....

et tous les mecs .....

et après ça le Cap'taine ira vous dire qu'il a mal aux genoux !!!

Cerise sur le gâteau .... Il y a même une soupe à l'oignon préparée par Cathy et François, comme plus personne n'avait faim dans la nuit du 31 et bien on l'a mangé le 1er à midi !!!

le top avec 30 degrés ... histoire de réchauffer encore un peu plus l'ambiance ... et en plus, elle était excellente ...

Voilà donc 2016 qui commence, ce sera une date anniversaire pour nous... bientôt 10 ans, hé oui, déjà, que nous avons largué les amarres à la Grande-Motte un certain 22 juin 2006 !!!

Que nous réserve cette nouvelle année ? nous le saurons assez tôt, pour le moment nous profitons des San Blas, avec comme projet de monter sur les îles du Honduras afin de rejoindre le Rio Dulce se mettre à l'abri pour la future saison cyclonique ... wait and see ...

Aussi un projet qui germe dans la tête du moussaillon, la location d'un camping-car deux mois pour aller visiter les USA... sujet encore à l'étude.

En attendant nous avons la visite d'amis suisses de début janvier à début février ... nous les attendons avec impatience...

***********************************************************************************************************************************

Les San Blas ... version 2016 avec Monique et Gilbert

Voici nos visiteurs Monique et Gilbert, ils arrivent d'un pays froid ... bbbrrrr la Suisse...

Laissant le bateau sous la garde du Cap'taine et de Madame Flo, le temps d'aller à Panama les accueillir.

Visite en leur compagnie de Panama City un peu plus long que prévu par "obligation" ...
motif : une valise égarée par Ibéria...

Tout n'est pas perdu, Gilbert le gourmand a retrouvé le sourire !!!

Depuis le temps qu'on en parlait ... ils se sont décidés à venir nous rejoindre, nos montagnards... aimeront-ils la mer ??? l'avenir proche nous le dira !

Arrivée pour eux le 7 janvier à l'aéroport de Tocumen pour un peu plus de 3 semaines à bord de Chamicha.

Je quitte Chamicha le matin même des San Blas par la piste de "Carti (seule route permettant de relier les San Blas au Panama, une partie du voyage en lancha, l'autre en taxi 4x4 pour aller les accueillir à l'hôtel à Panama city. Comme dit Gilbert, on a un peu l'impression de faire du "grand 8" sur les 40 kms à travers les forêts du Kuna Yala.

Petit rappel : c'est toujours une aventure que de se rendre en "ville" depuis nos îles.
Sans compter le tarif, compter en moyenne 50 dollars le trajet, soit 100 l'aller-retour plus le paiement d'une taxe en rentrant sur le territoire des indiens Kunas... 20 dollars par personne, même si nous payons déjà cela avec les bateaux tous les mois. Pas de petites économies chez ces gens-là ! Certains navigateurs les traitent de "cupides" mais avec le temps le mot devient faible. Bon, on se plaît ici, il faut faire avec ... mais beaucoup trouvent que les dirigeants du Congresso (autorités locales des San Blas) deviennent de plus en plus gros et gourmands, financièrement parlant !

Revenons à nos visiteurs. Tout semble s'être bien passé, sauf que ... Hé oui, j'ai bien dit "semble" car une valise manque à l'appel à l'arrivée.

Au lieu de rester une nuit comme prévu avec un départ dès l'aube pour rejoindre le cata, nous restons bloqués deux jours complets ensemble plus une nuit supplémentaire pour moi dans l'espoir de voir venir cette "maleta" (valise en espagnol).
En fait nous apprenons qu'elle est partie de Madrid vers le Costa Rica au lieu de venir par le vol du 8 au soir directement sur le Panama... les mystères des compagnies aériennes, la logique en moins !
Pas moins de 15 vols journaliers entre ces deux destinations, et bien non, elle mettra 4 jours pour arriver du Costa Rica au Panama, un record de vitesse ! A ce jour, le 7 février, les amis viennent de repartir et selon les recherches dans la rubriques "bagages" d'Ibéria via internet, elle n'est toujours pas notée comme "livrée" ni même retrouvée ou en attente quelque part !!!

Enfin, sans donner plus de détail, ce serait vraiment trop long, cette dernière sera enfin à bord le 14 janvier, soit 7 jours plus tard après avoir remué ciel et terre, et au dernier moment récupérée grâce à l'aide de navigateurs et amis pour la faire acheminer enfin sur les îles.

Monique va enfin pouvoir s'habiller !!! toutes ses affaires étaient en vadrouille !!!

Un petit résumé de leur séjour ici.

En attendant la fameuse valise, nous restons au mouillage d'Isla Verde. Ce n'est pas vraiment une punition, l'endroit est magnifique.

Premier bain de soleil sous haute protection pour nos amis. Ils viennent de quitter l'hiver et n'ont pas vu le soleil sur leur peau depuis quelques temps, quoique le Valais en Suisse soit une région privilégiée avec environ plus de 300 jours de soleil par an.

Je n'avais pas donné cette précision, mais Isla Verde est une île non habitée, sauf occasionnellement par une petite famille de kunas. Plusieurs marins habitués du mouillage prennent grand soin de la garder proprette.

Une séance "ramassage poubelles, plastiques, tongs, bouteilles, etc" s'organise régulièrement et c'est probablement la seule île à avoir son rivage impeccable. Nadine de Vanille veille !!! On pourrait appeler cette île Clean Island !
C'est ici que nous faisons nos pique-niques.

Gilbert a vite compris qu'ici le mot de passe est "planteur"...

Chasseurs sous-marins confirmés et efficaces, Tom et Nadine ont pris une magnifique carangue. Invitation de leur part à la partager sur la plage.
Nous nous sommes régalés, la bête était succulente, sa cuisson impeccable et l'ambiance au top ! Merci les amis.

Quelques jours plus tard, autre repas sur la plage organisé par un sympathique couple de navigateurs. Une "soupe" locale parait-il "exceptionnelle" (encore qu'on se demande vraiment si le terme local ne serait pas typiquement réservé aux marins ou autre sorte de touristes, les kunas ayant une nourriture nettement plus simple)

Il s'agit d'un mélange de bananes plantains, des ignames, du manioc et des patates (sauf erreur) cuit dans une immense marmite sur un feu de bois. Ce sont deux jeunes kunas qui sont en charge du repas. A cela s'ajoute de magnifiques, énormes, superbes langoustes "émincées" et de petits coquillages ressemblant étrangement à des lambis mais que l'on trouve à de plus grandes profondeurs (environ 10 à 12m)

Le résultat ??? et bien, on aime ou on n'aime pas... pour beaucoup d'entres nous, nous aurions largement préféré déguster les langoustes et les coquillages à part, car dans la "soupe" tous ont perdu leur saveur, sans compter l'ajout en trop grande quantité de coriandre que tout le monde n'apprécie pas forcément. Nous avons préféré largement le poisson de Tom et de Nadine. Merci quand même aux organisateurs, l'intention est bonne, l'ambiance super sympa, la journée très belle et la trempette qui a suivi dans le turquoise un bonheur !

Etoile de mer peu commune ... Cherchez l'erreur ... réponse par mail svp

Notre Cathy profite des amis pour leur présenter sa collection de "tagua", l'ivoire végétal.

Monique craque pour un joli ensemble qui lui rappellera les îles à son retour en Suisse.

Toujours le même souci dans nos îles, les appros et malgré les derniers achats faits à Panama ces jours derniers en attendant la "valise", il faut toujours profiter des produits frais apportés en lancha directement aux bateaux grâce entre autre à Giraldo, surnommé par nos soins Mi Amor.

Plus tard sur d'autres îles plus éloignées, il n'y aura quasi pas de barque et encore moins de petites "tiendas" locales comme à Nargana. On ne peut pas tout avoir !

.

La vie à bord, c'est un peu "d'exotisme européen"pour nous !
J'en connais qui vont dire "ah ceux-ci avec leur fondue".... mais celle-ci justement est encore différente ! Une moitié du fromage ramenée de Suisse par les amis est restée dans la fameuse valise pendant une semaine !!! La fondue n'en n'était pas moins bonne mais nous n'avons pas traîné pour la manger ... avec des pommes de terre d'ici, fort bonnes par ailleurs, le pain local des kunas n'étant pas prévu pour cet usage, nous n'aurions eu que des miettes au fond du caquelon avec le risque de finir au fond du lagon avec les pieds attachés ! tiens, il a peut être trop lu Astérix chez les helvètes le moussaillon !!!

Balade sur le Rio Diablo proche de Nargana, petite île habitée avec quelques commerces de base.

A chaque fois que nous emmenons quelqu'un à Nargana nous en profitions pour leur faire visiter ce petit rio à travers la forêt. S'ajoute à cette sympathique balade en annexe une petite lessive pour rafraîchir les derniers vêtements portés et les serviettes de toilette en arrivant en haut du rio. Et du coup, trempette pour nous aussi ! L'eau ne fait pas ses 30 degrés ici mais elle est douce et bien revigorante.

Au retour, shopping en "ville" on a même trouvé du rhum et du "Château Carton", le vin des marins en brick (moins de pollution - l'emballage se brûle aisément) mais quasi aucun produit frais, hormis 3 tomates solitaires et misérables et quelques patates au fond d'un bac en plastique. Un peu de pain local, des oeufs, du lait et quelques menues bricoles. Ce n'était pas le meilleur jour pour les appros.

La suite du programme ...

Direction les îles de Coco Bandero, puis celles des Holandes, et enfin Banedup et plus si le programme le permet.

Gilbert s'essaie au kayak, pas convaincu, surtout pour la remontée à bord en cas de dessalage !l

Coco Bandero

Maintenant aussi ici il faut payer pour aller sur certaines îles un peu mieux entretenues ayant une plage et parfois un resto, ce n'est pas la mer à boire, deux dollars (c'était 1 en 2013... ici aussi les prix grimpent !) mais comme nous ne sommes pas là pour venir à la plage et comme nous n'avons jamais d'argent dans nos maillots, alors nous papotons un peu avec les kunas, et repartons après un court tour d'horizon. Ici aussi quelques "magnifiques" constructions en parpaings qui se sont d'ailleurs effondrés car construites au ras de l'eau qui grignote gentiment les bords des îles. Beaucoup de cocotiers ont malheureusement les pieds dans l'eau et s'effondrent avec de mourir.

Aux Holandes, nous retrouvons un superbe mouillage où seuls 3 bateaux sont à l'ancre. Nous serons le 4ème. L'endroit est toujours aussi joli, nous y sommes déjà venus plusieurs fois mais nous ne nous lassons pas. Petit tour à terre sur une île habitée par quelques familles kunas.

Nous rencontrons un groupe de mômes bien sympas, 4 frères et une toute petite soeur qui se font un malin plaisir à poser pour la photo ...

De retour au bateau, tri, impression et plastification des photos dans la lancée. La maman qui vient chercher de l'eau sur Chamicha semble être très contente d'avoir toute sa marmaille sur papier glacé et à l'abri de l'eau de surcroît !

Le lendemain au réveil... surprise... pas moins de 32 bateaux nous entourent... qu'est-ce donc ???? Jumelles en main, la vérité éclate .... ce sont les bateaux de l'ARC qui arrivent de Santa Marta en Colombie. (pas de photos)
Auparavant ils étaient à Ste Lucie après avoir traversé l'atlantique en troupeau depuis Las Palmas aux Canaries. Beaucoup s'arrêtent aux Antilles mais certains continuent leur périple vers le Pacifique. Ce sont ces derniers qui sont arrivés dans la nuit. Ils auront fait quand même 2 escales depuis leur départ pour arriver ici !!!

Ils passeront le canal de Panama le 30 janvier.
D'accord, certains mettent 7 ans pour n'être qu'au Panama me direz-vous... mais il y a une moyenne entre les deux !

Laissons-les à leur super-méga organisation marathonienne tout inclus et revenons à nos moutons ou du moins à nos jolis paysages en prenant le temps de les apprécier.

.

Exceptionnellement on se fera un p'tit resto de midi ...

En attentant de voir nos langoustes, le Cap'taine semble inquiet !!!

Le résultat n'est pas mal, on se régale, l'endroit est magnifique, nous avons même pu apporter notre petit " Château carton blanc millésime 2016", le resto n'en ayant pas... Tout est parfait !

Petite remarque en passant : par rapport à notre dernier séjour ici en 2013, nous remarquons qu'il y a beaucoup plus d'oiseaux sur les îles. Nous avions été étonné d'en voir si peu, peut être que leur nourriture est un peu plus abondante.

Quelques colonies de pélicans perchés sur leur cocotier toujours à l'affût d'un banc de poissons, de jolis petits échassiers picorant ici et là pour trouver leur pitance, presque chaque île a son petit rapace, parfois même un couple. Aussi des oiseaux de mer, quelques fous, et naturellement plein de petits merles locaux.

Gilbert nage à quelques mètres des pélicans, expérience peu commune.

Ici aux San Blas il s'agit de pélicans bruns

Selon source internet, c'est le seul pélican marin. Il en existe 8 espèces différentes.
Le notre vit en Amérique du Nord, du Sud et centrale.
Il fréquente les côtes rocheuses et sablonneuses, à proximité des fonds marins peu profonds et limpides.
Il peut ainsi plonger, parfois à de grandes profondeurs, pour attraper sa nourriture.
plus d'infos sur : http://www.dinosoria.com/pelican.htm

Le pélican brun utilise une technique de pêche particulière. Quand il aperçoit un poisson, il plonge descendant en piqué et ouvre grand le bec pour avaler sa proie.

Nous en avons tout autour du bateau certains jours, c'est un spectacle magnifique que de les voir plonger, planer à quelques centimètres au-dessus de l'eau, ou percher en haut des cocotiers surveillant leur futur repas.

Jolis petits échassiers à la chasse ou à la pêche ... c'est selon

Cap sur Banedup, Lemon cays Est

Plusieurs habitations authentiques où habitent quelques familles, un petit resto accueille les touristes à la journée venus de Panama city ou d'ailleurs.

Corvée d'eau au puits par cette mamy et ses petits-enfants.

Pour toutes, la vente de molas auprès des bateaux de passage un peu partout.
Ici tout le monde ne profite malheureusement pas de taxes prélevées sur les touristes par le "Congreso" pour vivre. Il faut se débrouiller. La plupart des kunas ne roulent pas sur l'or.

Re-resto ... sur l'île Frégate de Banedup

Nous y avions déjà mangé avec nos amis de Jiloumé en 2013, nous y retournons avec Monique et Gilbert, un autre midi, d'autres langoustes, mais toujours un petit régal.

Dog Island

Plongée sur une vieille épave de bateau à quelques mêtres de la plage. Malheureusement elle s'effondre gentiment, l'acier se faisant ronger inlassablement par l'eau salée. Elle sert néanmoins de cachette et de logement pour de nombreux poissons (qui ne rêvent qu'à une fin de journée tranquille quand tous les touristes repartent de leur abri pour vivre enfin en paix)

Nous y allons avec Valérie et Rémy de Tiamat que nous avons retrouvé depuis la Martinique et qui naviguent aussi depuis quelques temps aussi sur l'archipel.

""moi, j'préfère la montagne ... pas moyen d'être étanche avec mon masque !!!
et pourtant j'en ai essayé tout plein !!! ""

Sur l'îlot, quelques bungalows, des hamacs et bien sûr encore et toujours les fameux molas, travail de patience certes mais si on écoutait les indiens Kunas les murs en seraient tapissés !

A chaque arrivée dans un mouillage, pas même le temps de poser l'ancre qu'ils sont déjà là ... "molas, molas" ...

De retour au bateau, trempette plaisir, parfois aussi s'en suit une petite séance "poubelles" ... histoire de réchauffer l'atmosphère mais surtout de ne pas les laisser aux locaux ou dans un "coin" d'île comme certains le font malheureusement. Ici tout est brûlé et le lendemain on vient enlever les résidus s'il en reste. Pas de bouteille en verre dans le feu, pas de boîte de conserve, pas de pile, bref, essayons d'être écolo un maximum.

Quelques autres photos de la vie à bord pendant leur séjour... impossible de tout mettre, il faut faire un choix, toujours difficile !

Encore notre gros minet qui profite de la gentillesse de Monique ... Elle lui sert tous les matins son "lait quotidien" et ses "noisettes de beurre", et parfois selon le menu du jour Gilbert lui donne un peu de sa gourmandise préférée, de la langouste ! mais je vous rassure, ce n'est pas Noël tous les jours !

Depuis leur départ Mademoiselle Chat devient difficile et nous avons droit chaque matin à un petit concert de miaou(sss) tant que son lait n'est pas servi ! Merci Monique !

Le chef au fourneau comme toujours, parfois une partie de "petit train mexicain" de fin de journée au moment de l'apéro ou plus tard. La vie de bateau, quoi...

Lemon cays ouest - Elefante

Petit groupe d'îles desquelles nous partirons pour rejoindre Panama. C'est le plus proche pour prendre les lanchas pour Carti sans trop se faire mouiller. Surtout au retour quand les vagues sont de face.

Tiadup, la première île en entrant dans la passe a bien changé elle aussi, une construction pas terrible sur le lagon bleu clair, c'est un resto pour "touristes" à la journée, des bungalows sur l'eau, avec des tuyaux d'évacuation des eaux noires peu discrets, un peu de béton, tout un secteur sur lequel les cocotiers ont été coupés pour faire place à un terrain de jeu, bonjour la chaleur sans l'ombre des arbres, le restant de l'île inondé de désherbant pour tenter de faire disparaître la végétation dans laquelle se plaisent les chicras, vous savez, ces bestioles volantes quasi invisibles qui vous dévorent à peine le pied posé à terre ! Déjà des bungalows avaient été construits à terre, mais ces insectes avaient eu raison du lieu. Pas sure que le nouvel établissement résiste à leurs quenottes gourmandes ! Cette fois les nouveaux bungalows sont sur pilotis côte au vent de l'île... peut être un peu plus de chance pour les clients d'être épargnés

Alentour un peu de snorkeling ... le dernier pour eux avant de partir

Il y avait un tombant sympa dans ce secteur, avec ses petits jardins sous-marins mais aujourd'hui ils sont désertés par ses habitants ... les poissons.
Ces derniers se sont faits bien rares. Trop de pêche, pose de filets destructeurs dans les coraux comme dans pas mal d'endroits, coraux éclatés pour capturer les langoustes, même les toutes petites. Un peu partout dans les îles, le kuna ne recule devant rien et ne respecte pas son trésor marin pour attraper le dollar immédiat ! Quelle tristesse ... c'est pourtant un endroit si beau, encore authentique au niveau des paysages ...

Dernière soirée avant leur départ, apéro sur la plage d'Elefante.

C'est ici dans ce lagon que nous laissons Chamicha et Florentine deux jours pour raccompagner nos amis à Panama city. Tout est bien prévu pour que notre Ro-minet n'ait pas trop chaud, soit bien nourri et puisse se désaltérer.

Retour à la civilisation le 2 février, nous quittons les San Blas car les amis prennent l'avion demain, déjà...
Départ à l'aube de Chamicha en lancha, puis depuis la cote nous prenons un taxi qui nous emmène en ville.

Arrivés à Panama City, nous avons le plaisir de retrouver Monique de la Fée Verte et leur ami Dominique (mais sans Jean Claude qui est resté garder la maison et les compagnons à 2 et 4 pattes). Ils sont venus en ville pour régler quelques affaires.

Il est prévu de se retrouver à l'hôtel en fin de matinée. Nous passons l'après-midi visiter tous ensemble les écluses de Miraflorès, celles coté Pacifique donc, puis une balade dans le Casco Viejo suivi d'une sympathique soirée.

Quelques moments de bonne rigolade lors du trajet pour se rendre aux écluses, dommage de prendre deux taxis alors qu'un seul, en se serrant bien, pourrait faire l'affaire... sitôt dit, sitôt fait ... à 6 dans une voiture... le chauffeur, 5 à l'arrière bien tassés, les plus petits forcement et Gilbert à l'avant ... ne pas faire cela en France, tous risqueraient d'aller faire un tour au commissariat et le pauvre chauffeur de perdre sa licence.

.

Les écluses de Miraflorès

Il y en a qui regardent passer les train .... d'autres les bateaux ... je me demande si le Cap'taine n'est pas entrain de mater autre chose d'ailleurs !!!

Pour plein d'info sur le canal, son histoire etc et plus de photos nous pouvez aller réviser tout cela sur le chapitre 16 du site.

.

Fin d'après midi dans le Casco Viejo

Apéro à rallonge suivi d'un casse-croûte, l'endroit est sympa, l'addition un peu moins, nous sommes loin des cuba-libre à 3 dollars des îles ! mais bon, on ne vit qu'une fois et demain ... et bien, nous reprendrons tous nos petites habitudes !

Alors Santé les amis ... rassurez vous, nous avons retrouvé l'hôtel, et personne n'avait mal à la tête au réveil !

.

Le lendemain midi donc, dernier jour ensemble, tous au marché aux poissons.

Le restaurant y propose une carte assez sympa, le tout dans la bonne humeur.
Il faut bien en profiter dans quelques heures Monique et Dominique retourneront à la maison à Linton, Monique et Gilbert prendront l'avion pour aller voir si la neige est enfin arrivée en Suisse et nous, nous irons refaire des appros avant de partir dès l'aube suivante retrouver notre Rominet qui nous attend impatiemment aux San Blas.

Et nous ? et bien, nous reprenons taxi et lancha pour retrouver notre matou qui nous attend aux San Blas avec le ventre "presque" vide... enfin tente-t'il de nous l'expliquer !

Concert de miaous et câlins à profusion e reprise de la vie de bateau ...

Nous n'avons pas beaucoup changé de place ces jours donc skype pour téléphoner est toujours aussi nul, et internet très moyen.... Mais tout à coup ce matin.....Magie .... Magique...... un groupe d'une dizaine de gros dauphins à quelques mètres seulement du cata, tout proche... Superbe..... Une heure de spectacle... Inoubliable sauf si Alhzeimer..... Pourvu que non....

Jean-Claude a mis son masque et ses palmes et à nager à coté d'eux. Moi je faisais des photos et des vidéos depuis le bateau et après j'y suis allée aussi... Mais la plupart étaient repartis... Il en restait quand même, c'est superbe sous l'eau... Avec ça j'ai terminé la vaisselle de la veille au soir à presque midi !!!! Mais bon.... Pas tous les jours que l'on a droit à une si belle matinée ...

Sous le bateau, une foison de minuscules poissons qui viennent de naître, des légèrement plus grands, on en a de toutes les tailles mais aussi plein de carangues qui les chassent, ça bouge de partout.... Il y a de la vie sous les coques... Quelques jours plus tard, 21 calamars trouveront aussi la planque agréable et n'iront pas chercher refuge ailleurs. Ils changent de couleur perpétuellement.

Notre copain Jean-Claude de Viking passionné de chasse sous-marine n'arrête pas de nous rapporter des pagres ou de grosses carangues, entre 3 et 5 kgs ...
"poisson pour le chat" dit-il en déposant de magnifiques bestioles sur la jupe du bateau...
Il adore chasser et son frigo est plein alors il nous gâte.... Flo se gave de poisson frais... Fait exceptionnel, elle est même descendue sur la seconde marche des jupes à l'arrière pendant que je préparais le poisson, elle adore venir chercher des petits bouts de tout frais bien choisi, Miss Courage "j'ai la trouille de tout" a surmonté sa trouille justement...C'est dire...

Petite contrepartie, quelques invitations à bord de Chamicha dont une fois... avec recette inédite , poulet au coco et gingembre préparé par le moussaillon, moi donc, un régal... Pas souvent que je me mets aux casseroles mais c'était super bon... Aie mes chevilles !!!!
Voilà c'est un autre épisode de la "vie de bateau" dans nos îles.

Le Cap'taine ne fait pas de miracle cette saison niveau chasse... et à la vue des exploits de Viking, il est presque dégoutté !!!
Heureusement, Dame Nature dans sa grande bonté, nous a envoyé un cadeau non pas du ciel mais de l'eau en direct... Lors d'une chasse pour attraper des plus petits poissons pour son 4 heures, un magnifique tazard a sauté tout seul dans notre annexe, dommage pour lui ! Voilà qui fera des heureux... nous par exemple, et bien sur Madame Flo.

Service rendu ... rage de dent... un mal dont notre chasseur sous-marin se passerait bien, surtout ici. Alors entre Jean-Claude, on s'entraide... piqûre d'antibio. Aux grand maux, les grands remèdes !

Cette saison la météo n'est pas très agréable, souvent une mer assez forte, beaucoup de nuages, un jour sur deux en moyenne, l'effet El Nino n'est pas ravageur ici mais nous n'échappons pas aux caprices de la météo.

Grandes vagues sur la barrière de corail.
Autres pêcheurs, autres techniques...
Les indiens kunas ne semblent pas impressionnés et vont pêcher comme d'habitude, tranquilles dans le lagon à l'abri ou alors façon musclée dans les déferlantes.

*****************************************************************************************************************

L'avez-vous reconnu ???

Au large nous voyons un bateau que nous connaissons bien, et pour cause...

De passage aux San Blas pour se faire la main ... C'est bien notre premier "Chamicha" avec ses nouveaux propriétaires, Cécile et Damien.

Cela nous a fait tout bizarre mais nous étions bien contents de le revoir naviguer enfin après deux ans d'inaction à Panamarina... Leur projet, profiter de deux ans sabbatiques pour partir sur la Polynésie...

Bon vent à vous et à Colibri ... donnez nous des nouvelles de temps en temps...

Et celui-ci ??? ce bateau vous dit-il quelque chose ?

Il s'agit de l'ancienne "Fée Verte" de nos amis Monique et Jean-Claude. Le bateau a été vendu ici au Panama comme le notre, il navigue dorénavant avec deux sympathiques canadiens, Randy et Dawn sous le nom de "Renaciento".

*****************************************************************************************************************

Nouvelle rencontre avec Sylviane et Jean-Paul de Sherazade. Nous les retrouverons sur le Rio Dulce dans quelques mois.

et dans la même période, retrouvaille de longue date avec nos amis de Cétus. Petite tour d'île entre nanas histoire de se dégourdir les jambes tout en papotant.

Quelques photos bien d'ici ...

Visite à bord de Pascale de Mimosa rencontrée lors de notre passage aux Canaries fin 2014 et nous passons quelques jours avec l'équipage de Cetus, Casimir, Claudine et leur fiston Charly que nous connaissons aussi depuis les Canaries depuis 2007. Ils vont passer bientôt le canal de Panama.

Pascale reste une semaine à bord avant de rentrer en Belgique. Son bateau est à Bocas del Toro au "nord" du Panama. Moral pas top car elle a perdu récemment sa fidèle et gentille compagne à 4 pattes nommée étrangement "Souris", une rottweiller adorable comme tout.
Ne connaissant pas les San Blas, hormis pour y être juste passée et faire ses formalités d'entrée au Panama, elle les découvre avec plaisir en se promettant d'y revenir bientôt.

Moment difficile à Isla Verde ... un parmi tant d'autres !

Dire que l'on a connu Charly quand il avait 3 ans... que le temps passe...

oui... le temps passe ... déja 10 ans cette année que nous avons largué les amarres avec Chamicha 1er un certain 22 juin 2006 que nous sommes partis de la Grande-Motte ...

En promenade sur un îlot avec Pascale

Difficile navigation entre les îles... Pascale est à fond...

Direction Nargana pour quelques appros et une fois de plus, balade dans le rio Diablo avec notre petite équipe qui ne connaît pas encore.

Achat de bananes, photos, douche à l'eau douce... une fois de plus quelques heures bien remplies avec rencontres ailées au retour.

Après cette escapade "verdure", retour dans le "turquoise"... vous l'avez deviné... c'est la couleur préférée du moussaillon !

Aux cayos holandes, une adorable petite chienne, de l'île proche, semble aimer venir sur nos bateaux, à la nage, tranquillement... A-t-elle vécu sur l'un d'entres-eux ou est-ce une aventurière qui aimerait bien se faire adopter ? on ne saura pas mais toujours est-il qu'elle profite à chaque fois d'un tour gratuit ... soit en annexe soit en kayak pour revenir sur son île.
Renseignements pris, il semble qu'elle ait été sur un bateau toute petite, mais par quelle circonstance est-elle arrivée là ? laissée par le dit-bateau ? souci de santé du proprio ou autre motif, toujours est-il qu'elle est venue faire un tour sur Chamicha et qu'elle y serait bien restée... mais bon, pas facile les animaux en grand voyage, et notre Flo ... aurait-elle apprécié de partager ses croquettes ? Non, pas sérieux, avec un animal à bord, difficile de laisser le bateau plus de 3 jours pour partir découvrir un pays. Le plus difficile étant un retour en avion à la maison, souvent cher, voir très cher (prix du billet, frais vétérinaires divers souvent inutiles mais obligatoires, formalités locales souvent stupides quand on voit l'état des pauvres animaux sur place, parfois aussi une quarantaine...)
Mais bon, celle-ci comme notre minet Ti Gris du chantier de Sète nous auraient bien adopté sans hésitation.

.

Quand les gaulois remplacent les sangliers par de magnifiques poissons .... bravo à Jean-Pierre et à Jean-Louis.

Voilà un pagre qui ne savait pas qu'il finirait sa vie en papillote un 1er mai... ce n'est plus la saison, Noël est passé !!!

Avec les équipages de Ti Bag et de Lady Athena aux Cocos Banderos...

De belles journées ponctuées parfois d'une superbe averse... et aussi d'un coup de vent aussi rapide qu'éphémère mais qui peut tout emporter sur son passage ou faire déraper le bateau si l'ancre ne tient pas... la saison des pluies gagne du terrain, on remplit de nouveau les bassines et pouvons prendre des douches à profusion !!!

Eternel recommencement, pas de cyclone ici mais une saison de pluies souvent bien arrosée.

Il semblerait que le Rio Dulce vers lequel nous allons nous diriger pendant cette période soit aussi une zone où l'eau du ciel ne manque pas !

Changement de liquide !!!

Quand j'en ai la possibilité, j'aime donner un petit message à l'attention des "généreux donateurs" (tiens, on se croirait en Afrique, là dis donc) des bonnes choses offertes lors de notre retour en France ... aujourd'hui, ce sera un grand merci à Danièle et Alain de Bordeaux (enfin, juste à coté) pour leur coffret de 3 belles bouteilles parmi lesquelles se trouvait un excellent vin blanc que nous avions mis à l'abri dans un coffre pour notre retour au Panama... vous pouvez en mettre quelques bouteilles de coté... un régal, merci les amis...

Il y a encore dans nos coffres quelques rares petits trésors enfouis... pour le Guatemala !!! des fois qu'il y aurai de la sécheresse là-haut !

********************************************************************************************************************************

Une dernière info sur ce beau pays qu'est le Panama, pour d'éventuels futurs visiteurs - article d'un journal local sérieux paru il y a quelques mois.

"Une île du canal de Panama devenue la Mecque de la biologie tropicale"

L'île de Barro Colorado, installée sur le canal de Panama est devenue un véritable laboratoire de biologie tropicale le 23 novembre 2015.

Une île artificielle de 15 kilomètres carrés au milieu du canal de Panama est devenue la Mecque de la biologie tropicale : la communauté scientifique internationale voit dans ce petit paradis un laboratoire à ciel ouvert pour analyser les effets du changement climatique.
Barro Colorado ("boue colorée" en espagnol) est située au coeur du lac artificiel de Gatun, créé au début du XXe siècle lors de la construction du canal de Panama.

Géré par l'Institut Smithsonian pour la recherche tropicale (STRI), ce territoire héberge une des principales réserves de forêts humides tropicales au monde et quelque 350 projets scientifiques y sont actuellement conduits.

"Barro Colorado est probablement la forêt tropicale la plus étudiée au monde et cela nous a beaucoup aidés pour comprendre le fonctionnement des autres forêts à travers la planète", déclare à l'AFP William Laurance, chercheuse associée du STRI et professeur de l'université australienne James Cook.

Parmi les scientifiques qui travaillent sur l'île, située à 40 kilomètres au nord-est de la capitale Panama City, certains ont choisi d'y vivre pour profiter pleinement des installations : laboratoire de recherche, serres, insectarium, salles d'informatique et de conférence. D'autres s'y rendent en bateau depuis le village de Gamboa.
"Si on nous demande quelle est la Mecque de la biologie tropicale, je réponds Barro Colorado", assure Camilo Zalamea, un biologiste et botaniste colombien spécialisé dans l'étude des graines, qui a obtenu son doctorat en France.

Sur l'île, on compte 465 espèces de vertébrés, dont 72 de chauves-souris, 500 espèces de papillons, 400 de fourmis, 384 d'oiseaux et cinq types de singes: l'araignée, le capucin, le titi, le hurleur et le douroucouli.
On y trouve aussi des agoutis (rongeurs), des tapirs, des nasuas (petit mammifère), des tortues, des crocodiles, des pécaris (sorte de sangliers), des salamandres et des serpents. Certains scientifiques assurent même y avoir aperçu des cerfs, des pumas et des jaguars.

En avançant sur les sentiers de Barro Colorado, le visiteur pénètre dans une forêt dense riche de plus de 1.200 espèces de plantes et arbres, dont certains plusieurs fois centenaires.
Les chercheurs relèvent différentes mesures des arbres, comme leur taux d'humidité, leur taille, leur circonférence et les échanges gazeux.
Pour cela, ils utilisent un appareil d'analyse au gaz infrarouge en l'introduisant dans des tubes de PVC situés sur le terrain et l'écorce des arbres, et ont recours à un dendromètre, équipé d'une bande métallique qui enceint le tronc.
Ils cherchent ainsi à mesurer la croissance des arbres et la quantité de dioxyde de carbone libérée dans l'atmosphère par cet écosystème.
"Face au changement climatique, nous sommes en train d'essayer de comprendre comment réagit la forêt aux variations de températures et comment le taux de carbone évolue en fonction de la température et l'humidité du sol", explique la biologiste et ingénieur environnementale Vanesa Rubio.
D'après les scientifiques, la pollution environnementale et la déforestation font que les forêts libèrent une plus grande quantité de dioxyde de carbone, un gaz à l'origine du réchauffement climatique - car le gaz stocké dans les écorces est libéré lorsque les arbres sont abattus.
"Le cycle du carbone a changé. Il est devenu fou", déplore Vanesa Rubio.

Sur l'île, une cinquantaine d'hectares, avec plus de 200.000 arbres marqués et recensés tous les cinq ans, sont dédiés à l'étude de l'évolution de la forêt.
"A cause du changement climatique, la sécheresse est plus forte et la température a augmenté. Il semble que les arbres ne le supportent pas", estime Rolando Perez, un botaniste panaméen qui identifie les arbres sur Barro Colorado depuis un quart de siècle.
Il explique que si le nombre d'arbres n'a pas "énormément" diminué, il y a eu des changements dans la "composition des arbres ou des espèces sensibles" changement climatique.
Camilo Zalamea, à l'image d'autres chercheurs qui travaillent sur Barro Colorado, espère que le travail effectué sur l'île fera partie des discussions de la conférence sur le climat COP21 qui se tient à Paris.
Un groupe de 52 pays avec des forêts tropicales exige que l'accord mondial sur le changement climatique reconnaisse l'apport de ces écosystèmes et qu'une coopération mondiale soit mise en place pour les protéger.

Un technicien mesure le diamètre de certains arbres.

D'après les dernières recherches, les effets du changement climatique sont visibles sur l'accroissement des arbres et des lianes tropicales, ce qui tend à réduire les capacités de stockage du dioxyde de carbone et à altérer la composition des plantes.

Affaire à suivre ...

********************************************************************************************************************************

Voyez comme quoi, les voyages forment la jeunesse !!! De 7 à 77 ans, on apprend tous les jours quelque chose... et comme disait notre très très chère amie et voisine de chalet Andrée .... "mieux vaut mourir le soir que le matin, on aura toujours appris quelque chose dans la journée ..."

A propos de date et de voyage ... 2006 - 2016 ........????

10 années déjà que nous avons naviguons, certes un peu au rythme des tortues, mais qu'importe, la vie ici et ailleurs n'est pas si mal, le monde est grand, où irons-nous encore ??? l'avenir nous le dira...

Mes dernières photos avant le départ.....

en revenant de Panamarina sous la voûte des grands palétuviers ... enfin... un singe capucin dans mon objectif

puis un joli serpent ... très long et très fin... lequel ? pas causante la bestiole ...

et un craintif lézard "jesus cristo" avec son aile sur le dos ... vous savez, le lézard qui marche sur l'eau comme quelqu'un de bien connu !

aussi un joli toucan avec une aile cassée, il est dans une belle cage chez Sylvie et Jean Paul à la marina. On dirait que son bec est peint avec un pinceau magique par Dame Nature. En sa compagnie un petit perroquet à l'oeil malicieux.

et en prime si cela veut bien fonctionner ... bonus

colibri.wlmp

ou depuis un essai via YOUTUBE

https://www.youtube.com/watch?v=jYJ_h0Ym3yY

Bye bye Panama ....

Voilà les amis, de nouveau un peu de connexion pour une petite mise à jour du site. Je sais, je radote, mais c'est tellement difficile en bateau que cela en est presque une exception ...

Je sais que pour ceux qui nous suivent régulièrement que c'est un peu du "réchauffé" toute cette histoire depuis notre retour en France, mais promis, avant la nouvelle saison cyclonique, nous repartons pour de nouvelles aventures ... qu'on se le dise !!!

Au programme l'île de Providencia (elle fait partie de la Colombie mais se trouve au large du Costa Rica) puis les îles du Honduras et enfin le Guatemala pour se mettre à l'abri des cyclones dans le Rio Dulce. Une place pour la saison 2016 est déjà réservée... Le Panama ne pose pas de problème à cette saison mais il faut bien changer de place !

Certains d'entre-vous trouvent que l'on prend trop souvent racine dans les endroits qui nous plaisent ...

Amitiés à toutes et tous,

et à bientôt pour la suite du programme

Chantal et Jean-Claude, vos marins préférés (enfin ... on espère !!!)