La physalie (Physalia physalis)

Egalement appelée galère portugaise, elle ressemble à une méduse mais n'en est pas une du tout.

Elle se compose d'une centaine de polypes suspendus à un flotteur, pouvant mesurer jusqu'à 30 cm de long.
La physalie est dangereuse pour l'homme.

Portrait de la physalie

Contrairement aux apparences, la physalie n'est pas une méduse mais un siphonophore.
En effet, la physalie n'est pas un organisme unique, mais une colonie de centaines de polypes.
Sous le corps flottant se trouvent des grappes de polypes reproducteurs et digestifs, d'où traînent des tentacules d'un pourpre vif ou bleu.

Il existe quatre types de polypes ayant chacun leur rôle : reproduction, digestion, production du poison.

Le corps peut mesurer jusqu'à 30 cm.

Les tentacules mesurent 20 cm en général mais peuvent atteindre 50 cm. (erreur lors de la dernière édition, il s'agit de cm et non de mètres)
Le corps, transparent, peut être rose, bleu ou violet.

Cette étrange créature est composée d'environ 90% d'eau. Elle ne nage pas. Une crête en haut du flotteur (pneumatophore) joue le rôle d'une voile.

Ce pneumatophore permet donc à la colonie de se déplacer en fonction des vents et de la marée.
Ce flotteur est rempli d'air et de dioxyde de carbone.

En cas de danger, le pneumatophore se dégonfle pour permettre à la physalie de s'immerger.

La physalie peut attraper d'assez grosses proies comme des maquereaux.
Les poissons qui passent entre les tentacules sont paralysés par le venin puis aspirés par les polypes digestifs et ingérés.

Certains poissons, comme le poisson-clown, produisent un mucus protecteur qui leur permet de se nourrir des tentacules, lesquels sont constamment régénérés.

La physalie vit dans la plupart des mers tropicales et subtropicales.

Sa répartition est très vaste : Océans Atlantique, Pacifique et Indien, mers des Antilles et mer des Sargasses.

Les dangers de la physalie

Mieux vaut admirer la belle physalie à distance. En effet, le venin de la physalie est très toxique.
Les longs tentacules peuvent infliger une douloureuse brûlure aux nageurs.

Chez l'homme, il provoque des lésions et des malaises graves pouvant entraîner la mort dans les cas extrêmes.
Le contact provoque un état de choc qui devient très dangereux en pleine mer pour les plongeurs.

les physalis de Chamicha ... photos prises aux San Blas

Créature d'autant plus dangereuses car la physalie se déplace en grande colonie pouvant atteindre plusieurs millions d'individus.

Même morte et échouée sur la plage, les cellules de la physalie conservent leur toxicité.

Classification

Règne: Animalia
Phylum: Cnidaria
Classe: Hydrozoa
Sous-classe: Hydroidolina
Ordre: Siphonophorae
Sous-ordre: Cystonectae
Famille: Physaliidae
Genre: Physalia
Espèce: Physalia physalis

Un peu de science naturelle ?

3 photos prises aux San Blas par le moussaillon ...