Retour aux Antilles de La Martinique au Panama

Arrivée le 17 février 2015 ...

Bien loin de chez nous ...

Le mouillage de St Anne ... dire que l'on semblait tout seul sur la grande bleue...

Heureuses retrouvailles dans notre vie de marins ...

Maryse et Christian de Goyave, Tania et Bruno de Chinook, Valérie et Rémy de Tiamat, et un peu plus tard, Arnaud, Florence et leur fiston Robin de Yallingup.

Les "Goyave" ont préparé leur cata il y a quelques années chez Guillaume (Navi-Bois) et ils sont partis récemment sur la République Dominicaine. Nous espérons bien les retrouver quelque part un peu plus tard, pourquoi pas de nouveau sur les îles des San Blas... ou ailleurs ...

Nous sommes donc quatre équipages du chantier à nous être retrouvés ici après la transat 2015.
Manquent les Taravana dont le départ est repoussé dans le courant de cette année.

Apéro "canadien" sur Chamicha ... De cette équipe, nous avons dorénavant le plus grand cockpit pour ce genre "d'activité" !!!

Le rhum serait-il à l'origine de ce léger flou sur la photo ??? non, non... juste un souci de roulis ....

Jean-Yves d'Alizé vient de remonter des Grenadines ... il lui tardait de découvrir enfin sa belle planche de kite que nous avons transportée pour lui depuis la France !

Le programme ???

Ayant suffisamment mangé de milles marins depuis notre départ de Sète, nous prenons le temps de profiter du mouillage tout en modifiant ou améliorant quelques bricoles sur le bateau.

Le Cap'taine doit se faire opérer prochainement. Sa convalescence sera d'environ 3 semaines à un mois pendant lesquels nous ne pourrons pas non plus naviguer. Mais on se rattrapera début Mai, Pascale et Pierrot vont venir à bord et nous irons ensemble dans les Grenadines.

Bon, avouons quand même que ce n'est pas le pire endroit pour un convalescent !

Petite nav pour aller au Marin faire installer un support en inox pour l'éolienne. Même pas besoin des voiles tellement le trajet est long !!!
De toute façon nous avons le vent dans le nez dans le passage entre St Anne et le Marin. D'où cette magnifique coiffure au goût du jour !

Montage d'une éolienne, une Silentwind, elle semble bien référencée et bien cotée dans les différents essais pour ce type de matériel. Depuis qu'elle est installée, le vent a faibli !!!

dites M. Eole, vous voudriez bien souffler un peu pour que l'on puisse faire des tests !

Comme toujours notre Ro Minet, enfin débarrassé des puces de la transat, nous assiste moralement !
(Une famille au moins de ces charmants insectes avait élu domicile dans son beau pelage le temps de son séjour en chatterie - mais comme ils se sont trouvés bien installés et au chaud, ils ont coquinement et joyeusement copulé et à force de patience, j'ai pû en zigouiller au moins une centaine pendant les 22 jours de mer, sans compter un traitement conséquent à l'arrivée et un autre une quinzaine de jours après)

Parfois le temps change mais le soleil est vite de retour ... témoin ce magnifique arc-en-ciel juste derrière nous.

Une visite "nature"en allant voir le chirurgien à Fort-de-France ...

Balade au jardin de Balata ... un peu de verdure ... cela nous changera du turquoise !

C'est un jardin botanique privé situé à 10 kilomètres au nord du centre ville de Fort-de-France,

Commencé en 1982, le jardin de Balata est la création de Jean-Philippe Thoze. Il a ouvert ses portes le 19 avril 1986 et tient son nom de celui des arbres autrefois nombreux sur ces terres.

La propriété, acquise par le père de jean Philippe Thoze pendant la guerre, n'était alors qu'une simple maison de campagne aux allures de ferme.

Par la suite, elle fut revendue à la grand-mère de l'actuel propriétaire qui l'utilisa d'abord comme résidence secondaire puis comme habitation principale pendant sa retraite. A sa disparition le domaine fut laissé à l'abandon pendant dix ans.

Jean Philippe Thoze, horticulteur à la tête d'une entreprise de paysagisme, utilisait les lieux délaissés comme stockage pour les plants qu'il avait l'habitude de rapporter de ses nombreux voyages. Puis vint le jour où la famille décide de vendre et c'est tout naturellement à Jean Philippe Thoze qu'on demande de défricher.

A cette occasion il redécouvre Balata et en tombe littéralement amoureux.

Il rachète la propriété et, de ce qui était devenu une savane où la nature avait repris ses droits, il crée progressivement ce jardin qui abrite aujourd'hui plus de 3000 espèces de plantes tropicales.

http://www.jardindebalata.fr/

La rose de porcelaine… Les colibris sont friands de son nectar, et assurent sa pollinisation.

Ici les colibris se sentent à l'aise, toutes sortes de fleurs sont à leur portée.

On a le droit de me chiper mes photos mais merci d'en indiquer la source !

Vue d'en haut, un parcours spécial dans les arbres pour admirer le parc et éventuellement voir quelques espèces qui ne poussent qu'ici



Avril 2015

Après cet aperçu de notre visite tropicale, retour au bateau pour accueillir dans quelques jours, probablement le temps d'un apéro à bord des amis de France.

Sur 8 visiteurs, 2 sont connus ... la petite équipe a loué un cata pour de se faire une petite croisière sympa dans les îles.

Nous retrouvons donc avec grand plaisir nos chers amis de l'ex Ti'bouchon, Lysiane et Willy.

Nous les aurions bien accompagné dans leur périple en direction des Grenadines mais le Cap'taine, qui vient de se faire opérer, doit se reposer un mois ...

Ceci n'empêche pas de se retrouver pour une ou deux soirées avant qu'ils ne partent en direction du Sud.

Parmi cette fine équipe, seuls nos amis sont de vrais marins, pas vrai Lysiane ???

Apparemment le séjour s'est bien passé, tous remontent bronzés avec une bonne mine et, semble-il, prêts pour une autre aventure maritime !

Mai 2015

Et puis ... enfin ... une visite chez nous aussi ... maintenant que nous avons davantage de place à bord, Pascale et Pierrot ...cousine et cousin de Haute-Savoie, viennent en Martinique sur Chamicha à 2 coques (c'est vrai que leur maison est du style .... disons... quelques deux cents mètres carrés ...) donc il leur fallait un peu plus d'espace pour se décider à nous rejoindre.

Le bateau est prêt, les appros sont faits, nous allons les chercher à l'aéroport. Ils sont là pour 18 petits jours...

Tout d'abord, se mettre en condition ... ti'punch ou planteur ???

Lors d'une balade en direction de la plage des Salines, ils ont trouvé une petite résidence sympa à restaurer pour leur vieux jours !!! un peu d'huile de coude et le tour est joué ...

Mais bon pour l'heure il n'est pas question de travail ... mais d'aller un peu plus dans le Sud, du coté des Grenadines et des fameuses Tobagos Cays ...

2 petites journées à bord de Chamicha, histoire de s'amariner, balade à pied le long de la côte sud de la Martinique pour rejoindre la belle plage des Salines.

Puis c'est le départ de Ste Anne, on longe l'île de St Lucie avec un arrêt pour la nuit dans le sud, aux "2 pitons".

Le lendemain cap sur St Vincent (pas de stop), arrivée dans l'après midi à Bequia, formalités pour faire notre entrée dans les Grenadines de St Vincent, petit tour de ville, terrasse avec bière ou jus de fruits locaux.

Au petit matin, cap sur Mayreau, notre mouillage favori, Salt Whistle Bay.

L'église catholique de Mayreau.
Jolie messe du Dimanche avec chants locaux

Nous voici enfin dans le "turquoise" des Tobagos Cays ...

Tortues et raies à coté et sous Chamicha

Pour nous cela est bien sûr du déjà vu, mais nous revoyons avec plaisir ces lieux enchanteurs et protégés

Iguanes, oiseaux marins et tortues terrestres semblent se partager ce petit ilôt en tout harmonie

Vous en connaissez vous, des qui se tapent une petite fondue savoyarde aux Tobagos ?

Après notre court séjour aux Tobagos Cays, cap sur l'île d'Union à quelques milles de là.

Apéro à Happy Island, la petite île construite sur un amoncellement de coquilles de lambis.

Pendant cette pause, un kiter local sort le grand jeu ! il s'éclate sur sa planche.
Bière proposée par une équipe de sympathiques suisses, chopée au vol ! bue en l'air et ramenée à la case départ.
Les suisses sont presque de "par chez nous", du coté du lac Léman, le joli petit village de Lutry, presque en pays en connaissance.

Les boutiques de fruits et légumes de Clifton la "capitale"

Histoire de se dégourdir les jambes, un petit tour de l'île à pied, un resto sympa au bord de l'eau qui donne l'envie d'y passer un peu de temps.

Deux journées encore trop vite passées.

Il est déjà temps de remonter vers le nord. Le temps passe trop vite... la prochaine fois, il faudra venir plus longtemps... promis ???

Nouveau stop au sud de Ste-Lucie avec, en arrivant aux "2 pitons", la joie de voir enfin un groupe de joyeux dauphins devant l'étrave de Chamicha

Petite vidéo souvenir ...

problème pour la lecture de cette vidéo, pas suffisamment d'internet pour la passer sur You Tube, la lire avec movie maker, à moins que vous n'ayez une autre solution à me proposer... étude en cours

mon film dauphin pour site def.wlmp

*******************************************

Retour en Martinique pour passer quelques jours sur la terre ferme en gardant le bateau comme base de vie.

Au programme, visite du domaine Clément et de sa fameuse rhumerie.

Si le cap'taine ferme les yeux c'est qu'il a peut être dû abuser de "la part des Anges" ... les vapeurs de rhum qui s'évaporent du bois des fûts ! (faux : seulement la photo prise au mauvais moment... mille excuses)

Le parc et la propriété Clément sont magnifiques, plusieurs photos dans le petit diaporama qui suivra un peu plus bas.

Le lendemain, départ pour la montagne Pelée en passant par l'intérieur de la Martinique en traversant de somptueuses forêts, une végétation à couper le souffle. Avec en prime un joli torrent d'eau claire ... et frisquette ... Un papy y vend sa récolte de fleurs et des sachets de canne à sucre et de cocos prêts à être dégustés.

Un peu plus haut sur notre route, visite du "domaine de l'Emeraude", très joli jardin tropical, moins connu ni aussi impressionnant que celui de Balata mais très bien tenu et avec du personnel très aimable.

Pascale se voit déjà, cherchant les essences et les plantes qu'elle pourrait mettre dans le jardin de leur jolie maison en Hte-Savoie... mais .... ne rêve pas Cousine... il manque quelques degrés pour que cette belle végétation résiste à nos durs climats montagnards !

Puis plus loin vers le nord, juste sortie des nuages... la montagne Pelée ...

Nos visiteurs ont chaussé leurs plus belles tenues de montagnards et sont partis affronter les pentes arides du site. De retour une petite heure plus tard !

Pendant ce temps, Jean-Claude se fait un petit somme dans la voiture, tandis que Dame Mangouste cherche sa pitance ... peut être reste-t-il encore une vipère "fer-de-lance" à se mettre sous la dent dans le secteur.

De retour au bateau pour les derniers moments passés ensemble

Notre Pierrot est stressé rien qu'à l'idée de rentrer

Notre Pascale se voit encore et toujours,
semant les petites fleurs exotiques dans sa pelouse...
elle répète inlassablement le geste des semeuses d'antan ...

Afin d'illustrer tout cela, voici un choix de photos de tous ces bons moments passés ensemble ... cliquez sur les petites flèches à gauche de la photo pour les faire défiler

Déjà l'heure du départ ... derniers achats à l'aéroport ... et pour moi un joli bouquet offert avec le coeur ... Merci tout plein Pascale

Après leur départ, notre vie reprend son cours, on profite de la dernière journée de la voiture de location pour aller voir quelques plages, non encore envahies par les sargasses.

L'Anse Trabaut ... avec ses belles vagues qui déferlent et font la joie des enfants et des plus grands.

Une petite marche à pied nous conduit à la Baie des Anglais, beau mouillage bien protégé sur la côte au vent de l'île.

Toujours à l'Ouest mon cher Tournesol .... ce sera pour nous aussi notre prochaine route.

Nous devrons être au Panama mi août (non pas pour passer le canal, tout simplement pour rejoindre notre ancien Chamicha, dorénavant sous le nom de "Colibri" pour ceux qui n'auraient pas suivi, déménager nos affaires et livrer celles qui se trouvent dans nos cales à ses nouveaux propriétaires)

Mais avant cela, encore quelques jours à profiter de la Martinique avant de redescendre sur les iles des du Sud et celles du Venezuela et des ABC.

************************************************************************************************************************************

Les dernières rencontres en date

Le bateau ChrisAnge avec Angèle et Christian, deux artistes plein de talent.

L'une peint, l'autre soude et sculpte !!!

Mais pour en savoir plus et surtout admirer quelques-unes de leurs oeuvres, n'hésitez pas à aller sur leurs sites respectifs. Dire que nous étions à deux pas de leur galerie à Balaruc quand nous avons préparé le bateau du coté de Sète !

Si vous aimez le métal, le verre, la pierre, les couleurs, les fleurs, les tons sur tons, n'hésitez pas à aller les voir si d'aventure vous passez par là.

************************************************************************************************************************************

Nous faisons aussi la connaissance de quelques nouveaux bateaux ou en retrouvons certains rencontrés il y a quelques années déjà.
Cata "La nature", Jean-Jacques et Joëlle et ceux "d'Ho la la".... Jacky et Marie-Thérèse rencontrés aux Canaries en 2007

************************************************************************************************************************************

Et et et ....

Le moussaillon profite de la pause à rallonge en Martinique pour enfin se décider à suivre quelques cours de plongée en scaphandre. Parmi tous les clubs présents dans le secteur c'est celui du bourg du Marin qui sera choisi "Marin plongée".

Voici leur site internet :
http://www.marinplongee.com/

Si d'aventure vous passez par là et avez envie comme moi de passer votre examen, n'hésitez pas à faire appel à eux. Professionnel et sympa.

Me voici enfin en possession de mon Open water diver !!! youpi... je peux descendre à environ 20 m avec un "Binone", à savoir avec une autre personne.

Valérie de Tiamat avait aussi la même intention et le fait d'être 2 nous a motivé l'une et l'autre. Le Cap'taine n'a pas l'air décidé, dommage... ça aurait été plus sympa pour la suite du programme ...

Exercice d'aide à son compagnon de plongée (avec Valérie) quand celui-ci ou celle-ci n'a plus suffisamment d'air dans sa bouteille ... et on ne se lâche surtout pas...

et aussi... on ne rigole pas ... le brushing "maison" est revu et corrigé !

Mon René (bateau Taravana pour ceux qui ont suivi), je t'attends pour aller faire une trempette tous les deux ... Mais attention, en eau chaude, pas sous les icebergs dans le grand nord loin d'ici.

Quelques photos faites par notre prof Mathieu ... avec du vrai matériel photo de plongée avec fash déporté (le mien, un Canon Powershot D20 ne résiste qu'à 10m de profondeur - sauf à ajouter un boîtier externe permettant de descendre à 40m)

J'avoue... je l'ai envié ... mais pour nous, ce sont pour le moment des heures d'apprentissage de la plongée, et pas encore le moment de faire des "photos plaisir" ... un jour peut-être, si le loto aussi veut bien se montrer généreux !

Merci Mathieu pour tous ces beaux clichés.

Certaines de ces photos ont été prises au Diamant, un magnifique site de plongée situé au sud de la Martinique.

Au fait, que s'est-il passé sur ce Rocher, lieu de ma dernière plongée des cours PADI ?

Pour en savoir plus, cliquez sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Rocher_du_Diamant

Mais je rappelle quand même à ceux qui ne font pas de plongée bouteille et
aussi pour info, voici ce que l'on peut faire avec le petit appareil Canon Powershot D20 en PMT - palmes masque et tuba
photos faites par le moussaillon aux San Blas

************************************************************************************************************************************

Nous avons le plaisir d'assister à un joli festival de danses traditionnelles à St Anne.

Sourires, grâce, charme et belles couleurs ...

Petit rappel historique sur la Haute-Taille

Les origines : Le quadrille est une danse d'importation du 17ème siècle d'origine européenne. Elle fut tout d'abord adoptée par les colons des milieux bourgeois, puis par le milieu rural ; cette adoption fut influencée par les musiques déjà existantes dans les campagnes. Dans la Caraïbe, le quadrille comprend à la fois des apports d'origine européenne et d'origine africaine.

En Martinique, le François est reconnu comme le berceau de cette danse et de cette musique transmises de génération en génération. Ceci s'explique, selon les experts, par le nombre important d'habitations présentes sur ce territoire à l'époque coloniale. Le travail des groupes de quartier puis des associations a permis de conserver intact ce pan du patrimoine martiniquais.

Les instruments : Pour l'accompagnement instrumental, se côtoient l'accordéon, le violon, la guitare, aux côtés du chacha – (hochet), du siyac (racleur) ou du tambour de basse (tambour sur cadre). Cette musique, fortement métissée, a conservé certaines caractéristiques du quadrille européen, par les carrures binaires, l'absence de modulation, la constante des trames harmoniques. L'apport africain se manifesta dans l'aspect syncopé des mélodies et des rythmes.

Dans le quadrille, la variation et l'improvisation sont très développées. Le quadrille est une musique complexe qui demande des musiciens expérimentés pour son exécution.
En Martinique, on parle de la Haute Taille ou Taille haute. Il semblerait que ce nom soit celui donné à une coupe de robe très prisée à cette époque que portaient les dames pour se rendre au bal d'où la dénomination de cette danse.

Les mouvements : La pièce maîtresse de la danse Haute Taille est le commandeur. Art à commandement, la Haute-Taille comprend 4 figures avec mazurka, 1 biguine et 1 quadrille. Les différents mouvements sont dictés par le chanteur commandeur qui donne la cadence et le rythme. |

************************************************************************************************************************************

Hé oui, encore une !!!! une quoi ???? une année de plus !!!!

Le moussaillon fête ses ....hou la la.... allez, j'avoue ...56 printemps.... et c'est toujours le 18 juin....

Petit apéro la veille au soir avec les amis de bateaux pour se mettre dans l'ambiance !

Les cours de plongée ... c'était le cadeau du Cap'taine !

Un très joli bouquet local cueilli le matin même par notre ami Jean-Yves
Bougainvillées et hibiscus. Merci tout plein ...

Départ de la Martinique le 9 juillet 2015, cap sur Ste Lucie

Le programme des jours et semaines à venir, descendre les petites Antilles jusqu'aux environs de Cariacou ou d'Union, puis cap sur les iles du Vénézuela, et de là route vers les iles ABC avec Bonaire et Curaçao. Puis rejoindre le Panama, sans stop sur la Colombie, le temps passe et nous commençons à être en retard sur le programme.

En fait, la première partie de cette route est celle que nous avons déjà faite il y a deux mois avec Pascale et Pierrot pour aller dans les Tobagos Cays.

Arrivée à Rodney Bay au nord de Ste Lucie le 9 Juillet, après environ 25 milles d'une jolie navigation cool quoique sous un ciel bien chargé, joli grain à l'arrivée avec 24 noeuds dans le nez... juste au moment de mouiller l'ancre !!!

Les Boats-boys : Chacun essaie de gagner sa vie comme il peut.
ici pas de social, pas de RSA, il faut se débrouiller pour vivre. Nous sommes loin des "assistés" des iles françaises.
Sa barque penche dangereusement, chargée de fruits, de légumes et aussi de plantes aromatiques parfois même en pot. Nous sommes son gagne-pain....

Les flamboyants sont en fleurs,
c'est magnifique.

Peu de monde dans la marina, ni même au mouillage. C'est étonnant à cette saison, la ruée vers le sud a donc déjà bien commencé pour ceux qui vont se mettre à l'abri des cyclones. Il doit y avoir du monde à Grenade !

Nous apprendrons quelques jours plus tard que le skipper d'un bateau de charter s'est fait agressé par un local (parait-il 17 ou 18 coups de couteaux - règlement de compte, problème de drogue ou autre ??? nous n'en saurons pas plus, par chance, il semble s'en être sorti. Nous nous méfions néanmoins des radio-ponton mais l'histoire semble véridique)

Deux nuits sur place (avec la musique parfois infernale de "Friday night" droit devant le mouillage jusqu'à 2h du mat)

Cap sur les "deux pitons" au sud de l'île, beaucoup plus tranquille... Départ au petit matin pour rejoindre Béquia.

Arrivée en cours d'après-midi le 12 juillet à Bequia, porte d'entrée des Grenadines. Formalités d'entrées remises au petit matin du lundi pour éviter les horaires "over-time"
Nav déjà plus musclée, entre 23 et 25 noeuds d'Est dans les canaux, régulier, un peu de mer. Contents d'arriver.

Port-Elisabeth, pas mal de bateaux au mouillage. Petits commerces, pêcheurs, ici aussi chacun essaie de vivre comme il peut. Les bateaux sont une source de revenus pour certains, service de laverie, livraison d'eau, de gas oil, etc.

Un petit malin un peu (?) kamikaze vient au large de la baie en annexe prendre des photos sous voiles des bateaux qui arrivent. Il passe le lendemain les vendre, soit sous forme de photo imprimée, soit sous forme de fichiers sur une clé USB. En voici une ...
(son adresse mail est sur la phot)

Nous retrouvons plusieurs bateaux rencontrés en Martinique, c'est vraiment la grande ruée vers le sud...

"La Nature", le cata de Joëlle et Jean-Jacques se trouve là aussi et ils viennent nous accueillir au mouillage. Evidement, cela se terminera par un chouette apéro à leur bord, un petit grain grain suivi d'un autre le lendemain sur Chamicha.

Poissons frais du jour des pêcheurs locaux, des "red snapers" qui auront l'honneur de connaître notre plancha... un délice...

Sur notre route, un stop incontournable aux TOBAGOS CAYS .... Hé oui, nous y étions déjà il y a deux mois avec Pascale et Pierrot mais difficile de ne pas refaire une petite halte dans de si belles eaux ...

En ce moment peu de monde, le gros de la saison des charters est terminée, hormis bien sûr les vacances d'été de métropole.

A notre arrivée, à peine l'ancre posée, les pêcheurs locaux nous proposent du poisson. On ne résistera pas à une belle moitié de dorade coryphène péchée au large ... un régal aussi pour notre Flo.

Comme toujours les tortues et les raies pastenague sont reines ici. Autour du bateau, à quelques mètres de nous, elles nagent et se nourrissent. La carcasse de notre dorade sera un plat de choix car à peine touché l'eau que déjà 3 raies viennent faire un festin.

Si la faune est protégée, les moyens de communication le sont aussi ! sauf à prendre un pass pour internet. Compte-tenu de la courte durée de notre séjour, nous ferons le nécessaire à Union en passant. donc pas d'internet, pas de tel, une idée de ce que seront notre prochaines semaines en partant vers l'ouest.

Les Tobagos sont une réserve protégée. Les gardes du parc passent tous les jours prélever la "dime" - 10 dollars EC (dollars caraïbes - en gros un peu moins de 3 euros par jour et par personne)

Sous le bateau, une foule de carangues et deux poissons-coffre attendent les restes de nos repas.

Les oiseaux de mer et les petits merles noirs sont toujours aussi vigilants quand il s'agit de venir se nourrir ... Visite systématique à l'heure du petit déjeuner !

Un peu de snorkeling (PMT, palmes masque et tuba), nous trouvons malheureusement que les coraux sont beaucoup plus abîmés qu'il y a quelques années, trop de monde, pas assez de respect, contact direct avec les mains, pose des palmes un peu partout, mystere ????? ou la nature tout simplement.

Nous restons quelques jours dans ce petit paradis, histoire de se "reposer", le cap'taine n'est pas très en forme. Poisson pas frais ??? non, visiblement, alors quoi ??? mystère, mais rassurez vous tout est rentré dans l'ordre.

Départ des Tobagos le 20 juillet, stop à Union pour les formalités de sorties, prendre un peu de frais (fruits, légumes) du pain, donner des nouvelles et tenter une mise à jour du site, faire peut-être du gas-oil à l'ile de Petite-Martinique pas loin de là.. puis mettre le cap sur la Blanquilla, notre premier stop sur les îles du Vénézuela à environ 190 milles.

Internet va devenir une denrée rare, alors nous donnerons de nouvelles quand nous le pourrons, soit à Gran Roque aux Roques, soit en arrivant sur Bonaire.

Petite info technique concernant le système informatique du suivi du bateau avec l'AIS

Il n'est pas possible de visualiser l'emplacement du bateau si nous nous trouvons :
- à plus de 30 milles des cotes, donc nous devenons invisible en mer
- au mouillage s'il n'y a pas de station à terre pour faire le relais

Nous redevenons donc visible seulement si une station terrestre réceptionne les données AIS captées des navires émetteurs comme nous par exemple et bien sûr et surtout les gros bateaux de commerce pour lesquels ce système est obligatoire, ces données étant reprises par les sites comme Vesselfinder, Marinetrafic ou autres.

C'est le cas dans de nombreux endroits hors des sentiers battus, c'est pour cela que vous nous avez vu souvent dans des lieux insolites, comme par exemple scotchés entre Ste Lucie et la Martinique, ou plusieurs semaines au large des Canaries, etc.

Donc pendant notre transat Petites Antilles - Panama, ne vous inquiétez pas si vous ne voyez pas Chamicha. Probablement une mise à jour des sites sur internet se fera (indépendamment de notre volonté donc) sur Bonaire ou Curaçao sur notre route, ou ailleurs selon les stations à terre qui existent... n'oublions pas quand même que ce système est réservé aux professionnels de la marine, et que nos routes ne suivent pas nécessairement celles des cargos !

Arrivée le 26 juillet à ...... Bonaire.... hé oui, les conditions étaient presque parfaites, le Cap'taine a décidé de faire route sans s'arrêter comme prévu sur les îles du Vénézuela, tant pis, ce sera pour une autre fois !

Bonaire est la première des 3 îles des ABC en venant de l'Est.

Jolie nav de 460 milles environ, trois nuits en mer, nous avons calmé la cadence de façon à arriver au petit matin et non de nuit, le mouillage étant interdit ici, c'est un parc national et une réserve sous-marine. Nous devons donc prendre des bouées, opération parfois délicate plus facile à réaliser de jour, surtout avec des rafales de vent à 20 noeuds.

Les douaniers sont super sympas, souriants, blagueurs, c'est presque un plaisir de venir s'annoncer, et en plus, c'est gratuit !

Une fois les formalités accomplies, nous nous reposons un peu... pas terrible de dormir en mer ... Notre Flo trouve toujours son compte de sommeil.

Nous n'avons pas croisé de grosses bêtes... mais au cours d'une nuit, tout à coup... une forte odeur flotte dans l'air ... une veille odeur de poisson pourri .... nous avons dû croiser quelque chose de gros et de près mais la nuit trop noire ne nous a pas permis de voir de quelle bestiole il s'agissait. Au moins, selon sa taille, elle n'aura pas eu à nous faire peur !

En cours de nav, la dernière avant notre arrivée vers 22h, petit incident technique .... la drisse de la grand voile (gv) a cassé en tête de mat ... la voile s'est affaissée mais un petit morceau de sangle s'est évidement coincée dans le rail.
Résultat Jean-Claude a dû monter pour le décoincer et ainsi permettre de laisser descendre la GV dans le lazzy bag. Opération pas trop périlleuse mais évidement de nuit, cela a plus de charme !

Lors de notre dernier passage en 2011, j'ai le même type de photo du Cap'taine en hauteur... serait-ce le lieu qui tend à lui donner des idées de grimpette ?

Bonaire donc ...

Les toutes petites maisonnettes servant autrefois d'abri aux esclaves travaillant dans les salines, et une des trois marques permettant aux bateaux de l'époque pour se repérer depuis le large.

Les marais salants occupent une bonne partie sud de l'île. Depuis le large nous voyons nettement les montagnes de sel.

Pour en savoir plus sur ces îles, vous pouvez retourner dans le site avec le lien suivant : (problème de connexion avec le site de base.... encore un mystère de l'informatique ... donc encore quelques heures à se pencher là-dessus ...alors que tout fonctionnait et que rien n'a été changé depuis la dernière mise à jour)

GGGGGGGGRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR (lien à venir)

Bonaire, c'est un peu tout ça..... des maisons pas case créole du tout, bien colorées de type hollandais, une végétation assez pauvre, des ânes en liberté, le pays des flamands roses, des poissons multicolores et bien protégés, du vent, kiteurs et autres amateurs de sports d'eau sont gâtés, paradis aussi et surtout de la plongée sous-marine.

Quelques maisons locales ...

Comme nous avons déjà visité Bonaire à plusieurs reprises, par nous-mêmes une première fois, puis avec nos amis de Freya et encore plus tard avec notre Claudius, donc nous ne louons pas de voiture cette fois-ci. Nous restons sagement sur nos bouées, le bateau au milieu du turquoise à quelques mètres du rivage et de la "capitale" Kralendijk.

Bye bye Bonaire

Le 31 Juillet .... 40 milles plus à l'ouest








Petit stop à Curaçao en passant, le temps d'attendre une meilleure fenêtre météo pour passer le trop fameux Cabo de la Vela, appelé aussi "le cap Horn des Caraïbes", tout un programme donc.

Petite révision pour ceux qui l'ont déjà un peu visité grâce au site lors de notre précédent passage en 2011 (et bien sûr un lien à venir quand l'ancien site dans lequel il se trouve voudra bien refonctionner)


Pas de stop de prévu en Colombie, cap sur le Panama en direct si tout va bien ... mais cela, on ne le sait jamais à l'avance ! On peut juste croiser les doigts.


Pour le moment les conditions ne sont pas top du tout, peut être une ouverture vers le 7 août.


On connaît cet endroit au large de la Colombie pour y être passés fin 2011, dans des conditions d'ailleurs assez sympas. Mais les années se suivent et ne se ressemblent pas... et la météo encore moins !

En attendant, petit tour à Curaçao, dont la capitale, Willemstad regorge de coins sympas.

Curaçao et ses maisons de type hollandais, toutes colorées, pleines de gaieté

Le vieux pont pivotant si célèbre qui relie les deux cotés de la ville "Emma bridge"

Toute son histoire et ses caractéristiques dans l'ancienne partie du site... quand tout sera remis en ordre.

Le marché flottant si typique de Curaçao : les lanchas du Vénézuela sont là pour apporter fruits et légumes, et aussi aussi du poisson frais. En fin de journée nous en voyons partir quelques-unes en mer pour aller pêcher.

L'Emma bridge et la ville le long du canal à la tombée de la nuit

A l'heure de l'Happy Hour ....
Ce n'est pas parce que le vent ne veut pas se calmer que l'on doit se laisser aller ...
Santé les amis

Le nouveau quartier de Renaissance avec son immense centre commercial dédié principalement aux touristes des grands paquebots de croisière et aux autres aussi bien sûr. Débauche de grandes marques et de trucs inutiles ...

Mais aussi un endroit où déguster un excellent "frozen capuccino" ou si vous préférez un café glacé comme il est rare d'en trouver.

V'la t-y pas que le Cap'taine a un cas de conscience... laquelle choisir ???


Ici on aime la couleur et la fantaisie

Iguane en balade dans le centre touristique de Renaissance.
Au moins ici, la bestiole a moins de chance de finir en ragoût !

A propos de bestiole, nous n'avons pas rencontré de buffles mais les voitures de police sont bien protégées ...
Y aurait il aussi quelques voyous dans ces îles ???

Petite balade d'une journée pour revoir certains coins sympas de l'île

Bye bye les ABC ... on part retrouver la pluie du Panama .......

Les 7 et 8 n'ont pas été favorables à un départ en direction de la Colombie, les vents qui devaient s'assagir n'ont pas tenu leurs promesses ...

Ce sera donc un départ le dimanche 9 août ...

Arrivée le 14 août au mouillage de Puerto Lindo sur la cote caraïbe du Panama.

Priorité donc dès notre arrivée ... le déménagement des deux bateaux ...

Vider Chamicha monocoque pour remplir le nouveau Chamicha à deux coques !!!

Retour au Panama 2015 - 2016

A bientôt pour la suite du programme ..... Chamicha au Panama

Amitiés de vos marins préférés ....