Une année de boulot quand même !

Vous allez dire, mais en dehors d'avoir vu ou reçu tout ce monde, qu'avez vous donc fait pendant une année ?

Et bien le nouveau Chamicha était officiellement "prêt à partir" ... enfin était presque prêt. Circonstances atténuantes, et malheureusement pour lui, Yvon, l'ancien propriétaire est tombé gravement malade, d'où la vente du bateau qu'il préparait pour un prochain départ avec son épouse Gyslaine et leur fiston. Le bateau a été mis en chantier et n'a que peu navigué depuis son achat en 2006.
Certains travaux avaient été commencés et donc non terminés quand nous l'avons acheté. L'intérieur du bateau, à savoir le carré, les quatre cabines, la cuisine, les sanitaires, tout avait été refait sur le chantier de Guillaume, chez Navi-Bois donc à Sète. Si d'aventure vous avez des travaux soignés à faire, n'hésitez pas, vous ne serez pas déçus.

Ici quand on déplace un bateau, tout le monde est à poste. Les bers sont sérieux, les calages bien faits, et Philippe, le chauffeur de l'Ancre, ce monstre qui sert à lever les bateaux, est un as. On peut lui faire confiance, même les jours de grand vent !

Les travaux ... enfin une partie ...

Tout d'abord, installation de sommiers à lattes dans toutes les couchettes. En vivant à bord en hiver avec le chauffage, les matelas étaient mouillés en quelques jours. Il a donc fallu les isoler de leur support. Evidemment aucun sommier n'est à la taille des couchages ! donc chaque latte a été adaptée et recoupée. Voila qui a occupé une bonne semaine.

Un bon lit douillet bien au sec !!!

Nous avons eu la surprise de voir que le dessalinisateur qui semblait installé n'était relié ni en eau ni en énergie. Donc travail à terminer et le Cap'taine en a profité pour installer les branchements pour la future machine à laver le linge offerte par nos amis de la Fée verte, Monique et Jean-Claude. On s'embourgeoise sur Chamicha !!! Ils ont construit une belle maison au Panama et n'ont donc plus usage de leur petite machine restée en France.

Dans la cuisine un magnifique rangement avec de beaux tiroirs ont été installés lors de la réfection du bateau. Les paniers en métal ne nous plaisaient pas, tout s'accroche dans les interstices. Le cap'taine, pendant les frimas de décembre a refait de beaux vrais tiroirs en bois, plus profonds que les paniers et montés sur de vraies glissières.

L'électronique et les instruments de navigation étaient tous à changer car les écrans restés sans protection au soleil étaient devenus illisibles. Girouette, anémomètre, sondeur et speedo. Tous les câbles électriques ont été à retirer dans les fonds, les nouveaux cadrans sont installés dorénavant sous le bimini à l'abri du soleil et des intempéries. Donc cela inclus aussi le montage en tête de mat des appareils spécifiques ainsi que ceux dans les flotteurs ... aie, percer une coque... on n'aime pas vraiment, surtout au moment de remettre à l'eau, toujours un grand moment de suspens ...

moment crucial ... ça fuit ou ça fuit pas ???

Nous avons installé une nouvelle Blu, un modem Pactor et l'antenne spécifique pour avoir accès à la messagerie en mer quand nous n'avons plus d'internet. La VHF d'un autre temps est aussi remplacée par une récente, et un système que nous connaissions mais n'avions pas testé avec Chamicha premier, un AIS et même celui-ci est émetteur dans notre cas. Il permet de voir les bateaux obligatoirement équipés à partir d'une certaine taille, leur nom, leur route, leur vitesse. Ce qui n'empêche pas de faire une surveillance visuelle lors des navigations. Tous les bateaux ne possèdent pas ce matériel.
Pour ceux qui veulent nous suivre, vous pouvez vous connecter sur le site de Vesselfinder en notant juste le nom du bateau. Vous pourrez ainsi nous localiser, mais attention, seulement dans un périmètre d'environ 30 miles nautiques autour du bateau car il faut bien sûr que le signal soit récupéré par les stations à terre ou en mer qui gèrent les données. En grande traversée, nous ne serons pas visibles. Bien se dire aussi qu'une panne de pc ou de matériel, un manque d'énergie, une fausse manoeuvre niveau informatique, ne pas vous alarmer ...nous n'aurons pas couler pour autant ! tout le modernisme a ses inconvénients. Je fais simple comme explication pour qu'elle soit à la portée de chacun, pour les curieux, il y a bien sur internet !

Voici le lien pour nous localiser

http://www.vesselfinder.com

soit en visualisant le bateau sur une carte normale soit en choisissant un carte google

Chamicha a été démâté afin de reconstruire un guignol (sorte de triangle situé sur le mat à la hauteur des barres de flèches) qui avait été supprimé par les anciens propriétaires afin d'installer une trinquette auto-vireuse. L'expert n'a pas aimé du tout (photo) ! Le moussaillon en a profité pour repeindre le mat et la bôme, tous deux ayant subi l'outrage des ans. La bôme en alu a été complètement mise à nu, 7 couches de différents produits appliquées par la suite.

Le chef en a profité pour installé des marches de mats. Il aime bien son indépendance pour le cas où il devrait grimper là-haut tout seul.

Une pièce en or avait été posée sous le mat pour porter chance au bateau, elle sera conservée précieusement et remise lors du rematage. Il s'agit d'un "vreneli suisse".

Les coques depuis longtemps soumis aux caprices de la météo avaient besoin d'un bon coup de polish. Cela a été fait par une petite main du chantier, les nôtres étant déjà soumises à rude épreuve par tout le travail qui reste à faire. Les jupes du bateau, rallongées au chantier par les prédécesseurs n'ayant pas la même couleur que le gel-coat du bateau, la petite déco avec de jolis poissons exotiques (en attendant les vrais) leur donne une allure plus sympathique.

Une bonne partie des hublots ouvrants avaient les plexis faïencés, donc à changer. Voir le ciel tout craquelé ce n'est pas terrible !
Voila aussi une activité qui a bien occupé le moussaillon, pas moins de 14 hublots de différentes tailles sont passés entre ses mains. Les joies du sika lui sont réservé, le Cap'taine étant un tantinet allergique à ce produit, non non pas par pure allergie, seulement par le simple fait de le manipuler !
La plupart des hublots ont été démontés et refaits dans l'atelier chez Guillaume, bien à l'abri par série de 3 ou 4. Seuls 2 n'ont pas pu être enlevés et ont dû être refaits sur le bateau. Que de travail mais quel plaisir de voir le ciel bien net.

Le grand plexi du roof s'est fendu pendant l'hiver suite aux différents écarts de température. Plutôt que de le changer en une pièce, nous avons préféré le scinder en trois parties afin d'éviter que cela ne se reproduise. Je peux vous assurer que le sika, ça tient bien ...

Dans les cales avant des flotteurs, la désinstallation des pompes avait été commencée, probablement en vue d'un remplacement dans les normes mais le travail était aussi resté en plan. Voila qui est remis en ordre. Idem dans le reste du bateau, installation de système plus sécurisant à ce niveau. Le capt'taine avait un peu le dos en miette ... pas facile d'aller bosser là au fond.

Pour ce qui est des moteurs, ceux d'origine en 27 cv ne semblaient pas de toute première jeunesse. Voulant partir tranquille à ce niveau et ne pas renouveler l'expérience d'un changement en cours de voyage, nous avons fait installer par Jean-Luc nautisme de Sète deux moteurs neufs de 40 CV ainsi que leurs saildrives respectifs.
Le bateau est équipé d'hélices Max prop qui se mettent en drapeau quand nous sommes sous voile. Bon travail, professionnel sérieux, adresse à recommander. C'est Pascal qui s'est chargé de l'installation, toujours de bonne humeur malgré l'inconfort inhérent à ce travail.

La grand'voile restée dans le lazzy bag mal fermé et un peu en vrac était d'une saleté repoussante, d'où la nécessité de s'occuper de son cas pour lui refaire une allure digne de ce nom.
Le lazzy ayant lui aussi son âge et ayant aussi subi des affres du soleil conjugué à ceux de la pluie, sans compter la présence pas très loin du chantier de poussière agressive, a été remis en ordre par le moussaillon. Il n'a pas fallu longtemps pour que la machine à coudre reprenne elle aussi du service. Une bonnesemaine de travail avec une machine domestique ... et peu de place pour étaler cette grande housse de 6 m de long.

Nous avons supprimé le ridoir pélican de la trinquette afin de permettre à nouveau les virements de bords dans de bonnes conditions. La trinquette a été modifiée et montée sur du dynema, cordage hyper résistant remplaçant l'étai en inox.

Changement de la cuisinière, l'ancienne était en excellent état mais n'avait pas de grill, ce qui manque passablement en voyage.

La nouvelle a déjà bien servi, l'équipe des employés de chez Navi-Bois, sans oublier le patron Guillaume, étant de nature gourmande, de nombreuses tartes leur ont été préparées afin de les remercier des petits tuyaux techniques qu'ils nous ont gentiment donnés tout au long de notre passage chez eux.

Changement des supports des panneaux solaires pour les rendre orientables. Les anciennes fixations latérales en bois avaient leur grand âge et ne semblaient plus vraiment en forme. Nous avons donc installé des fixations qui nous permettront d'incliner les panneaux afin de mieux gérer l'arrivée d'énergie.

Le changement de sens d'ouverture de la porte du carrée. Celle d'origine n'est pas pratique, elle s'ouvre en deux battants et il n'est pas commode d'aller s'asseoir sur le banc du cockpit. Nous modifions l'ensemble de façon à ce que les deux battants se replient l'un sur l'autre sur le coté droit.

Les marches ... les jupes avaient été agrandies, histoire de gagner en flottaison et en confort. Mais une seule petite marche, celle d'origine, permettait de monter à bord. Peu pratique, il a fallu remédier à cela et construite quelque chose de confortable et espérons le de solide. Le moussaillon s'est chargé des plans, du choix des matériaux et notre ami Jean a permis leur réalisation, puisque grâce à sa passion, la planche à voile, il s'est rendu expert en polyester. Petite touche supplémentaire et personnelle... des jolies petites lumières bleues les éclairent le soir venu.

Changement également des fixations de l'annexe sur les bossoirs. achat d'une nouvelle annexe de la marque AB fond rigide de 2,9m. Egalement trouvé un moteur Yamaha de 15 cv en deux temps.

Installation d'un support extérieur pour la survie afin de récupérer plein de place dans le coffre dédié initialement à ce matériel. stratification du fond de ce coffre pour le rendre étanche.

L'anti fouling ... 40 litres ... 6 couches .... pauvre épaule, pauvre bras ... mais quel beau résultat; les berniques n'ont qu'à bien se tenir !

Tout ceci n'est qu'un aperçu des travaux qui nous ont bien occupés. Une foule d'autres s'y sont joints, la liste serait trop longue.
Remise en ordre de plein de détails électriques, de pompes, de tuyaux d'eau, de misères à résoudre car nous n'avons pas eu la chance d'avoir des contacts avec l'ancien propriétaire compte tenu de son état de santé. Bref, une année à vivre à bord au chantier, avec la compagnie de René et de Josy de Taravana revenus spécialement du Canada au chantier de Guillaume pour préparer et améliorer leur nouveau bateau. D'autres rencontres agréables ont permis de vivre sur place de façon assez agréable malgré le programme chargé.

Mais nous sommes déjà en novembre 2014 et il est grand temps de REPRENDRE LA MER ........

et voilà, c'est reparti, moi qui reprenait goût à la vie terrestre ... mais bon, je sais qu'il y aura du poisson frais et peut être bien de la langouste ou du crabe de temps en temps

Premier et seul test effectué avec le bateau sur l'étang de Thau, en compagnie de Philippe, de la Rame Jane.
Deux heures de navigation par tout petit temps ... un régal ... pourvu que ça dure .. mais on sait que ce n'est pas vrai !

A bientôt pour la suite du voyage ... enfin ... pour le moment,

un redépart pour rejoindre les ANTILLES

ha oui, petite précision, le site vous semble un peu décousu, je vais le modifier de façon à ne pas mélanger notre voyage sur les deux bateaux. Encore quelques heures à me creuser le peu de cervelle qui reste après cette année de transition.

20 - Chamicha Cata - France - Antilles - 2ème transat